Les choix de délibéré – 15 oct. 2018

Mona et George, Ozouf et Eliot

L'autre George : à la découverte de George Eliot, de Mona Ozouf, Gallimard, 242 pages, 20 euros.« La première fois que j’ai lu le nom de celle que je prenais alors pour un homme, c’est sur la couverture d’un livre en deux volumes qui figurait dans la bibliothèque de mon père sous un titre curieux, Daniel Deronda. » Décidément, la bibliothèque paternelle (joliment décrite dans Composition française) aura été pour Mona Ozouf un puits d’émerveillement et de découvertes, pour elle puis pour nous. Ozouf n’avait guère plus de dix ans lorsqu’elle s’est hissée sur la pointe des pieds (on le suppose) pour attraper son premier livre de George Eliot. Aujourd’hui, elle nous raconte sa rencontre et son cheminement avec cette romancière dans un livre qui n’est pas une biographie mais « une promenade dans la forêt des romans en compagnie d’une femme supérieurement intelligente, assez brave pour affronter l’ostracisme social que lui vaut sa liberté de moeurs et d’esprit ». Mona Ozouf parvient, à sa façon subtile et personnelle, à nous communiquer son enthousiasme pour cette Anglaise bien moins connue en France que Henry James, écrivain auquel Ozouf a consacré un autre bel ouvrage, La Muse démocratique. EL

L’autre George : à la découverte de George Eliot, de Mona Ozouf, Gallimard, 242 pages, 20 euros.

 

Take the Trane

John Coltrane, l'amour suprême, de Franck Médioni, éditions Castor Astral, 270 pages, 20 euros (parution le 8 novembre).De John Coltrane, il nous reste la musique et l’esprit. Franck Médioni part sur les traces de l’une et de l’autre dans une nouvelle biographie riches de points de vue et d’anecdotes. Elle s’ouvre sur ces mots d’un autre grand saxophoniste ténor, Archie Shepp : « Ce qu’a fait Coltrane, c’est bien plus qu’une simple succession de notes musicales, c’est une quête, une recherche profonde. Pas seulement pour la musique, pour le sens de la vie. » Elle se clôt sur cet avertissement du poète Zéno Bianu : « Il ne faut jamais interrompre le cours de la musique. Jusqu’à tomber comme un arbre foudroyé. » Entre préface et post-face, Franck Médioni se sera employé à faire sentir tout ce que la musique du Trane a de singulier et de nécessaire. EL

John Coltrane, l’amour suprême, de Franck Médioni, éditions Castor Astral, 270 pages, 20 euros (parution le 8 novembre).

 

Un dernier rhum pour la Route

L'épopée transatlantique : les multicoques sous l'emprise du Rhum, de Dino Di Meo et Antoine Grenapin, éditions Hugo Image, 224 pages, 29,95 euros.Le 4 novembre, parce qu’il commencera à faire froid et que les îles Chausey suffisent à notre bonheur, nous n’embarquerons pas sur un de ces navires invraisemblables qui volent de Saint-Malo à Pointe-à-Pitre en quelques jours. Mais, à défaut de partir sur la Route du Rhum, « la plus belle des transats », nous en avons un avant-goût un goût ambré dans le beau livre que les journalistes Dino Di Meo (collaborateur de délibéré) et Antoine Grenapin ont consacré à cette course, à ses aventuriers et à ses artisans. L’ouvrage revient en textes et en images sur les dix éditions déjà courues depuis 1978, puis se projette dans la prochaine, qui sera à la première ce qu’un livre de science-fiction est à un roman de Balzac. La mer, elle, est restée la même : imprévisible, souriante ou menaçante selon les moments, insensible à la technologie mais pas au courage. EL

L’épopée transatlantique : les multicoques sous l’emprise du Rhum, de Dino Di Meo et Antoine Grenapin, éditions Hugo Image, 224 pages, 29,95 euros.