https://i0.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/20150601_bestias_FredericJEAN_NoemiePerruche_10x15-1-e1480893232611.jpg?w=960 https://i0.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/20150601_bestias_FredericJEAN_NoemiePerruche_10x15-1-e1480893232611.jpg?w=960
https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/Ce-ne-andiamo-per-non-darvi-altre-preoccupazioni-©-Elisabeth-Carecchio_42-1-e1480893150393.jpg?w=960 https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/Ce-ne-andiamo-per-non-darvi-altre-preoccupazioni-©-Elisabeth-Carecchio_42-1-e1480893150393.jpg?w=960
https://i1.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/425022-1.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx-1-e1480891278835.jpg?w=960 https://i1.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/425022-1.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx-1-e1480891278835.jpg?w=960
https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/image-27-1-e1480891343554.jpeg?w=960 https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/image-27-1-e1480891343554.jpeg?w=960
https://i0.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/ProjetMD_©patricklaffont-1-e1480891216942.jpg?w=960 https://i0.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/ProjetMD_©patricklaffont-1-e1480891216942.jpg?w=960
https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/BIG-W-DJ-1-e1480891810993.jpg?w=960 https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/BIG-W-DJ-1-e1480891810993.jpg?w=960
https://i1.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/data-danse.jpg?w=960 https://i1.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/data-danse.jpg?w=960
https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/D3S1698_bestias_IanGRANDJEAN_PetitsPas_10x15-e1480893355402.jpg?w=960 https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/D3S1698_bestias_IanGRANDJEAN_PetitsPas_10x15-e1480893355402.jpg?w=960
https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/Sophie-Calle-Ainsi-de-suite-e1480891536414.jpg?w=960 https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/Sophie-Calle-Ainsi-de-suite-e1480891536414.jpg?w=960
https://i1.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/Zulu_DEC_verso-1-e1480891758268.jpg?w=960 https://i1.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/Zulu_DEC_verso-1-e1480891758268.jpg?w=960
https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/04wycinkafotnataliakabanow-1-e1480268639947.jpg?w=960 https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/04wycinkafotnataliakabanow-1-e1480268639947.jpg?w=960
https://i1.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/screenshot4-1-e1480891412723.png?w=960 https://i1.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/screenshot4-1-e1480891412723.png?w=960
https://i1.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/D3S1258_bestias_IanGRANDJEAN_CamilleBonito_10x15-e1480893275748.jpg?w=960 https://i1.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/D3S1258_bestias_IanGRANDJEAN_CamilleBonito_10x15-e1480893275748.jpg?w=960
https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/Mention-1-e1480891449300.jpg?w=960 https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/Mention-1-e1480891449300.jpg?w=960

Guide
Les choix de délibéré

Démarche d'un poète de Jean Cocteau, ou l'impossibilité d'écrire ses mémoires. S’enfuir ou le récit d’un otage en bande dessinée par Guy Delisle. De la danse : les Pièces d'Ambra Senatore à Besançon et à Nantes, Lisbeth Gruwez qui danse Bob Dylan au Théâtre de La Bastille, un menu Best Of aux Subsistances de Lyon. Du théâtre : Thomas Bernhard à la sauce Lupa, Joris Lacoste à Clermont-Ferrand. Une revue pour lire la musique : deltaT. Et les œuvres d'un électromécanomaniaque nommé Gilbert Peyre.
Suivez le guide !

2017, Année terrible
Résistance

par Édouard Launet
Il est aux alentours de trois heures du matin lorsque René Cassin fait irruption dans le caveau XXIV du Panthéon où Victor Hugo repose du sommeil du juste, Alexandre Dumas ronfle et Émile Zola fait des mots croisés.
– René Cassin : Hugo, debout ! Une grande mission vous attend. Je n’irai pas par quatre chemins : la France a besoin de vous. Vous allez faire un grand Président de la République. Partez recueillir le suffrage du peuple, il est encore temps. 
– Victor Hugo : J’ai un respect, exagéré peut-être, pour la liberté du choix ; trouvez bon que je pousse ce respect jusqu’à ne pas m’offrir de moi-même. Et puis il me semble qu’il y a déjà suffisamment de candidats. Vous me voyez me présenter à la primaire de la gauche ? C’est déjà assez bouffon comme cela. (Lire l'article)

Chroniques avéryennes
Aristote à Hollywood (1)

par Nicolas Witkowski
Aristote à HollywoodLes superstitions et les théories loufoques sont un grand ressort du comique avéryen. Et plus une idée est ancienne, plus grand est son pouvoir comique potentiel. Aristote, avec son étrange (méta)physique dont il n'a pas été facile de démontrer la fausseté, et sa conception très personnelle de la causalité, est spécialement précieux. (Lire l'article)

Design
Isabelle Daëron est comme l'eau vive

par Anne-Marie Fèvre
Une fontaine à eau, un collecteur de feuilles, un cadran solaire, une veilleuse solaire… Avec ses objets dits “Topiques”, comme autant de greffes possibles dans l'espace urbain, la designer tire parti de nos ressources naturelles, des flux et des réseaux qui traversent un lieu. Comme le vent, le soleil, l'eau surtout, de pluie ou non potable. “J'ai appelé Topique, expliqueelle, un objet autonome déconnecté des réseaux énergétiques et connecté au milieu… Ils tentent de réinventer ces relations d'interdépendance entre un sol, une flore, une faune et les flux qui traversent un lieu, dans la constitution de notre habitat urbain.” Elle ne fait pas un retour poétique vers un univers vernaculaire mais projette des dispositifs alternatifs, simples, comme autant d'énergies potentielles, durables, et d'usages à réenchanter. (Lire l'article)

Danse
Les trois Grosses en fugue à Créteil

par Marie-Christine Vernay

Trois grandes fugues, par le Ballet de l'Opéra de Lyon. Grosse Fuge, Maguy Marin ©Stofleth

Le Ballet de l’Opéra national de Lyon, dirigé avec doigté par Yorgos Loukos, vient de présenter à Lyon un nouveau programme – Trois grandes fugues – qui réunit trois grandes dames de la danse contemporaine : Lucinda Childs, Anne Teresa De Keersmaeker et Maguy Marin. À voir à la Maison des Arts et de la Culture de Créteil, puis au Théâtre des Amandiers à Nanterre. (Lire l'article)

Footbologies
L'art de la simulation

par Sébastien Rutés
Contre Rennes vendredi, l’entraîneur de Toulouse a reçu un avion en papier sur la tête. Interloqué, Pascal Dupraz observe un instant l’objet volant non identifié avant de porter les mains à sa tête et de tomber à genoux pour le plus grand affolement de ses adjoints, plus habitués à ce genre de saynète de la part des joueurs que d’un entraîneur qui se fait par ailleurs le chantre de la sincérité. Un des plus grands paradoxes du football moderne est de prétendre promouvoir le spectacle tout en bannissant la simulation. Or, qui peut nier qu’ils soient liés ? La simulation relève de la performance. Pas la performance physique chère aux sportifs ; la performance artistique. Le geste de Pascal Dupraz est un happening au sens strict. (Lire l'article)

Diogène en banlieue
Contact

par Gilles Pétel
contactAprès avoir examiné les visages fermés des élèves de ma terminale scientifique, je compris qu’il me faudrait d’abord regagner leur confiance. Cela signifiait affronter une forme de suspicion que je n’avais jamais rencontrée au cours de ma carrière : les élèves me prenaient pour un professeur au rabais. Je tombais du ciel avec trois semaines de retard et ils s’imaginaient à l’évidence que je ne possédais aucune qualification. On ne m’avait embauché qu’en désespoir de cause. (Lire l'article)

baumgartner-longtemps-je-me-suis-2

Ordonnances littéraires
Pour Bernard Cazeneuve,
ministre de la sécurité intérieure

par Christophe Giudicelli
Longtemps je me suis couché de bonne heure pour raisons de sécurité : un ouvrage à la fois succinct, d’une grande qualité littéraire et en accord avec les circonstances dramatiques qui – nous sommes priés de le croire – justifient l’inscription de l’état d’urgence dans un horizon indéfini. Pour Bernard Cazeneuve, homme d'État d'urgence. (Lire l'article)

Le Nombre imaginaire
Propositions délicates

par Yannick Cras
Si vous êtes propriétaire d’une chaîne de magasins et que je vous demande combien vous possédez de boutiques à Paris et à Lyon, il y a bien des chances que vous me donniez le nombre global des boutiques que vous avez dans ces deux villes. Le logicien, lui, et dans certains cas la base de données informatique, vous répondra zéro sans la moindre hésitation. En effet un magasin peut être situé à Paris ou à Lyon, mais jamais les deux à la fois ; vous n’en avez donc aucun qui soit dans ces deux villes. Voici une première brèche au sens commun, et ce ne sera pas la seule… (Lire l'article)

Le genre idéal
L'avocat et les assassins

par Lionel Besnier
En 1996, deux immigrants kurdes sont condamnés par la cour d’assises du Jura pour le meurtre sauvage d’une femme de vingt-cinq ans laissée pour morte après avoir été violée. Peu de choses ensuite, dans ce roman aux faux airs de récit pénal, sont entièrement imaginaires. Souvent, les romans de genre exposent l’indicible et décrivent le chaos avant de ramener l’ordre. Conservateurs et rassurants. Après la peur et le frisson triomphe la normalité. Parfois, un texte est tout simplement bon et décale les règles. C'est le cas de Récit d'un avocat, roman d'Antoine Brea publié aux éditions Le Quartanier. (Lire l'article)

Photographie
Un regard de biais sur l'Occupation

par Édouard Launet
Près de 1500 photos faites par un jeune soldat allemand (Egon Pfende) durant la Seconde guerre mondiale, présentant l’Occupation en France (et dans les îles anglo-normandes) sous un angle très subjectif : c’est ce trésor inédit qu'a exhumé le jeune historien Valentin Schneider. Ce contre-champ de l’horreur occulte la rigueur de l’Occupation en en offrant une vision singulière et décalée. Pfende aura traversé la guerre avec, à la fois, un œil acéré et des œillères. Comme quoi voir est autant une question de morale que d’optique. (Voir les photos)