https://i0.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/20150601_bestias_FredericJEAN_NoemiePerruche_10x15-1-e1480893232611.jpg?w=960 https://i0.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/20150601_bestias_FredericJEAN_NoemiePerruche_10x15-1-e1480893232611.jpg?w=960
https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/Ce-ne-andiamo-per-non-darvi-altre-preoccupazioni-©-Elisabeth-Carecchio_42-1-e1480893150393.jpg?w=960 https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/Ce-ne-andiamo-per-non-darvi-altre-preoccupazioni-©-Elisabeth-Carecchio_42-1-e1480893150393.jpg?w=960
https://i1.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/425022-1.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx-1-e1480891278835.jpg?w=960 https://i1.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/425022-1.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx-1-e1480891278835.jpg?w=960
https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/image-27-1-e1480891343554.jpeg?w=960 https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/image-27-1-e1480891343554.jpeg?w=960
https://i0.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/ProjetMD_©patricklaffont-1-e1480891216942.jpg?w=960 https://i0.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/ProjetMD_©patricklaffont-1-e1480891216942.jpg?w=960
https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/BIG-W-DJ-1-e1480891810993.jpg?w=960 https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/BIG-W-DJ-1-e1480891810993.jpg?w=960
https://i1.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/data-danse.jpg?w=960 https://i1.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/data-danse.jpg?w=960
https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/D3S1698_bestias_IanGRANDJEAN_PetitsPas_10x15-e1480893355402.jpg?w=960 https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/D3S1698_bestias_IanGRANDJEAN_PetitsPas_10x15-e1480893355402.jpg?w=960
https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/Sophie-Calle-Ainsi-de-suite-e1480891536414.jpg?w=960 https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/Sophie-Calle-Ainsi-de-suite-e1480891536414.jpg?w=960
https://i1.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/Zulu_DEC_verso-1-e1480891758268.jpg?w=960 https://i1.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/Zulu_DEC_verso-1-e1480891758268.jpg?w=960
https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/04wycinkafotnataliakabanow-1-e1480268639947.jpg?w=960 https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/04wycinkafotnataliakabanow-1-e1480268639947.jpg?w=960
https://i1.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/screenshot4-1-e1480891412723.png?w=960 https://i1.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/screenshot4-1-e1480891412723.png?w=960
https://i1.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/D3S1258_bestias_IanGRANDJEAN_CamilleBonito_10x15-e1480893275748.jpg?w=960 https://i1.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/D3S1258_bestias_IanGRANDJEAN_CamilleBonito_10x15-e1480893275748.jpg?w=960
https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/Mention-1-e1480891449300.jpg?w=960 https://i2.wp.com/delibere.fr/wp-content/uploads/Mention-1-e1480891449300.jpg?w=960

Guide
Les choix de délibéré

Le 43e anniversaire de la Zulu Nation au Centre Culturel hip hop La Place. Du théâtre : Thomas Bernhard à la sauce Lupa, A love room of one’s own de Patrick Laffont et Nicolas Guimbard au théâtre du Petit Matin à Marseille, Ce ne andiamo par non darvi altre preoccupazione, de Daria Deflorian et Antonio Tagliarini, à l’Odéon. Du cirque avec Bestias, de Baro d’Evel Cirk Cie. Une nouvelle plateforme numérique pour la danse. Des livres : Michaël Mention, Sophie Calle, Aude Lancelin et Laurent Mauduit. Sully, le dernier film de Clint Eastwood. Et les prix Marcel Duchamp au Centre Pompidou.
Suivez le guide !

Le genre idéal
Les habits d’ombre

par Lionel Besnier
Une jeune femme sans passé et sans famille, après avoir braqué un homme à la sortie d’un bar, retourne son arme contre elle et se tire une balle entre les deux seins. Sa cible lui a tourné le dos sans se retourner, ni même accélérer au bruit de la détonation. Personne ne sait. Personne ne parlera. Mieux vaut privilégier la thèse de la violence faite à soi-même en ultime désespoir. La facilité du chagrin d’amour. Le suicide d’une femme. L’Argentine Eugenia Almeida pose son récit à l’heure de la convalescence crépusculaire d’un pays martyrisé. Cela pourrait être partout où, de l’histoire des dictatures et des coups tordus, remontent des créatures à la gueule grand ouverte. L’Échange, d’Eugenia Almeida, traduit par François Gaudry et publié chez Métailié : magnifique et glaçant. (Lire l’article)

Chroniques avéryennes
Aristote à Hollywood (2)

par Nicolas Witkowski
hollywood-2La forme, dans le cadre de la science moderne, s’explique entièrement par les propriétés de la matière. La forme d’Aristote, elle, était une “essence”, une “idée” venant d’un mystérieux monde extérieur pour informer la matière brute. Tex Avery, bien sûr, se saisit de cette notion surprenante. (Lire l’article)

Le Nombre imaginaire
On aura ta peau, Socrate !

par Yannick Cras
Les énoncés logiques expriment des propriétés ou des concepts avec une remarquable économie de moyens : des prédicats, des concepts, des symboles de variables, des connecteurs et des quantificateurs… Voilà qui suffit à énoncer de puissants énoncés. Socrate est humain. Tous les humains sont mortels. Donc Socrate est mortel. Logique ? Non, bon sens n’est pas logique. L’évidence n’est pas plus une preuve en logique qu’elle n’en est une en droit ; il nous faut une règle. Voire plusieurs. Dans le cas de Socrate, on pourra faire appel à la règle d’élimination du quantificateur universel et au modus ponens avant de conclure que Socrate est mortel et qu’il peut donc en toute légalité prendre sa ciguë comme l’en ont aimablement prié les autorités. Tout ça pour ça, me direz-vous. Sans doute. Mais ce formalisme, ce rigorisme, ce sens du détail, sont tout ce qui sépare les maths d’un vague agrégat de croyances et de raisonnements approximatifs.  (Lire l’article)

Diogène en banlieue
Art

par Gilles Pétel

Diogène en banlieue: une chronique de Gilles Pétel. Chapitre 6: Art

Peut-on apprendre à vivre ? Désirer, est-ce nécessairement souffrir ? Y a-t-il une vie avant la mort ? L’expérience instruit-elle ? Travailler, est-ce perdre son temps ? Peut-on expliquer une œuvre d’art ? Passé le premier moment de stupéfaction, les élèves regardaient la dissertation d’un nouvel œil. Les questions leur plaisaient, certaines mêmes leur parlaient un peu. Je choisis de traiter la dernière malgré plusieurs protestations. (Lire l’article)

Footbologies
Les compagnons d’Ulysse

par Sébastien Rutés
Le football est le plus individuel des sports collectifs. Les joueurs auraient-ils besoin de réitérer que “c’est la victoire de toute l’équipe” ou que “l’important, c’est le collectif” sinon ? Une équipe de football a besoin d’un leader. “Il faut que j’assume mon statut”, répètent parfois les joueurs comme un mantra, “le coach me demande de prendre mes responsabilités”. Disons les choses, ce mythe de l’homme providentiel n’affecte pas ces derniers temps que les footballeurs en mal de leadership. L’ambition est dans l’air du temps. En politique, d’autres se déclarent prêts à “prendre leurs responsabilités”…  (Lire l’article)

2017, Année terrible
Disparition

par Édouard Launet
Victor Hugo sur son lit de mort, 1885 (photo: Nadar)Victor Hugo a disparu ! Ce matin, son caveau a été retrouvé fracturé, et par ailleurs absolument vide. Le commissaire Morandeux et son adjoint Bourmal ont été dépêchés au Panthéon pour mener l’enquête. (Lire l’article)

le-garcon-683x1024

Ordonnances littéraires
Marcus Malte pour la France vieillissante

par Nathalie Peyrebonne
La primaire de la droite, c’est fini mais ce n’est que le début. Le spectacle d’une France vieillissante, conservatrice, apeurée et fermée nous a bien occupés, mais elle nous occupera de nouveau souvent à l’avenir. Le France se fait vieille. C’est un fait, écrit Marcus Malte dans son dernier roman, Le garçon (Zulma), le monde se fait chaque jour un peu plus vieux”. Il y raconte l’histoire d’un drôle de gamin qui, un beau jour, surgit des bois. On est en 1908. Il ignore tout du reste du monde et cela est réciproque”. De nos jours le gars qui débarquerait ainsi de nulle part serait vite étiqueté : ce serait un migrant”. (Lire l’article)

Design
Isabelle Daëron est comme l’eau vive

par Anne-Marie Fèvre
Une fontaine à eau, un collecteur de feuilles, un cadran solaire, une veilleuse solaire… Avec ses objets dits “Topiques”, comme autant de greffes possibles dans l’espace urbain, la designer tire parti de nos ressources naturelles, des flux et des réseaux qui traversent un lieu. Comme le vent, le soleil, l’eau surtout, de pluie ou non potable. “J’ai appelé Topique, expliqueelle, un objet autonome déconnecté des réseaux énergétiques et connecté au milieu… Ils tentent de réinventer ces relations d’interdépendance entre un sol, une flore, une faune et les flux qui traversent un lieu, dans la constitution de notre habitat urbain.” Elle ne fait pas un retour poétique vers un univers vernaculaire mais projette des dispositifs alternatifs, simples, comme autant d’énergies potentielles, durables, et d’usages à réenchanter. (Lire l’article)

Danse
Les trois Grosses en fugue à Créteil

par Marie-Christine Vernay

Trois grandes fugues, par le Ballet de l'Opéra de Lyon. Grosse Fuge, Maguy Marin ©Stofleth

Le Ballet de l’Opéra national de Lyon, dirigé avec doigté par Yorgos Loukos, vient de présenter à Lyon un nouveau programme – Trois grandes fugues – qui réunit trois grandes dames de la danse contemporaine : Lucinda Childs, Anne Teresa De Keersmaeker et Maguy Marin. À voir à la Maison des Arts et de la Culture de Créteil, puis au Théâtre des Amandiers à Nanterre. (Lire l’article)