Guide
Les choix de délibéré

Pas vraiment une exposition, plutôt un « projet spécial » de Quentin Lefranc à la galerie Jérôme Pauchant. Des films vus et pas forcément approuvés : Personal Shopper, le thriller d'Olivier Assayas avec Kristen Stewart, et Rogue One : A Star Wars Story, space opera de Gareth Edwards. Une sélection de séries pour tous les goûts : Westworld, meta-série spectaculaire entre western et SF ; The Crown pour se remettre de la fin de Downtown Abbey ; le huis clos alcoolisé Horace & Pete ; et mieux qu'un cours de sociologie : American Crime. Un livre de Jean-Claude Carrière pour repenser la paix et une sélection de podcasts à l'occasion du centenaire de la mort d'Henry James. Suivez le guide !

Ordonnances littéraires
Des livres pour ceux qui ne lisent pas

par Paco Ignacio Taibo II
Je ne crois généralement pas aux miracles, mais si je résume ce qu'ont signifié les sept années de la Brigada para Leer en Libertad (Brigade pour lire en liberté), j'ai la folle impression qu'il y a dans cette expérience quelque chose de magique : 159 marchés aux livres ambulants, 1350 conférences, 467 manifestations artistiques, 3 Foires du Livre alternatives. En tout, plus de six millions de livres vendus à prix réduit ou offerts dans tous les recoins de Mexico, y compris les plus improbables. Et ce malgré une industrie éditoriale qui affirme que "Au Mexique, on ne lit pas."
(Lire l'article)

2017, Année terrible
Suffrage

par Édouard Launet
Si, au Panthéon, le caveau de Victor Hugo est vide depuis près d'un mois, c'est parce que son locataire est parti à Guernesey. Si Hugo s'en est allé à Guernesey, c'est parce qu'il voulait retourner sur les lieux de son dernier exil. S'il voulait retrouver l'exil insulaire, c'est parce qu'il brûlait de contempler la mer à nouveau. Et, contemplant la mer, Victor Hugo s'extasie. (Lire l'article)

Diogène en banlieue
Couloirs

par Gilles Pétel
L'anecdote remonte à une douzaine d'années. La salle où j'enseignais se trouvait à l'entresol d'un lycée construit sur une pente. On avait d'ailleurs installé dans cette partie de l'établissement la plupart des salles réservées aux classes techniques. L'endroit était sinistre et manquait cruellement de lumière. Personne, pas plus les élèves que les professeurs, n'aimait s'y attarder. Un jour, alors que mon cours était déjà bien avancé, je fus surpris par une odeur de brûlé, d'abord légère puis rapidement désagréable et forte. Soudain j'aperçus une fumée noire s'échapper par la porte de ma salle. J'ouvris sans réfléchir davantage. Dans le couloir, à deux pas de ma classe, les détritus d'une poubelle se consumaient lentement. 
(Lire l'article)

Caméras suggestives
Doctor Strange, ou le stade du miroir, de Nosferatu à Trump

par Thomas Gayrard
Que comprendre de l'adaptation de ce comics réputé psychédélique et de la "dimension-miroir" qu'il met en scène, double mystique de notre monde réel ? Toute-puissance magique du 7ème art  contemplant ses propres super pouvoirs ? Ou reflet de notre civilisation, dédoublée elle aussi en un univers parallèle où se jouent la bataille des puissants et le destin des mortels ?  (Lire l'article)

Le Nombre imaginaire
Le libre arbitre imposé et autres paradoxes

par Yannick Cras
Impossible de parler de logique sans consacrer une chronique à l'un des esprits les plus fins, les plus iconoclastes, les plus inventifs et drôles du vingtième siècle : Raymond Smullyan. Logicien, pianiste, adepte du Tao, magicien, grand vulgarisateur, il a inventé quelques perles de magie logique. Notamment Le Livre qui rend fou avec ses énigmes d'une implacable rigueur qui, conformément à son titre, peut  conduire aux confins de la folie. L'une de ses devinettes les plus célèbres met en scène un homme qui pointe du doigt un portrait masculin en disant : "De frère ou sœur n'ai mie, mais le père de cet homme est le fils de mon père". De qui parle-t-il ?
(Lire l'article)

Chroniques avéryennes
Obstinée comme une prégnance

par Nicolas Witkowski
Les divers accidents qui peuvent entraver la propagation de la prégnance sont une grande spécialité d'Avery au ressort comique indéniable. Parfois, elle s'avère impossible à arrêter. Mais parfois, elle s'arrête juste avant d'investir son récepteur, ce qui laisse le spectateur dans un état de frustration avancé. En fait, la seule façon d'arrêter une prégnance est de lui en opposer une autre. (Lire l'article)