Les choix de délibéré – 16 mai 2018

Sauvez Palimpseste !

Encore une librairie en danger. Palimpseste, c’est la librairie de Censier, comme on l’appelle couramment. Ou plus précisément la librairie située dans la rue Santeuil, juste en face de la Sorbonne Nouvelle (université Paris 3). Dans ses rayons, on trouve tout ce qui a trait aux études de lettres et sciences humaines : de la littérature, de la linguistique, du cinéma, beaucoup de théâtre et, cerise sur le gâteau des hispanistes, une librairie espagnole en V.O.. Qu’on se le dise : « Aujourd’hui, Palimpseste reste la seule librairie universitaire indépendante de Paris. Elle ne peut pas crever dans l’indifférence générale ! » Un appel à la solidarité a été lancé. Nous le relayons ici. CV

Appel au financement participatif : Sauvez Palimpseste !
Librairie Palimpseste, 16 rue Santeuil, 75005 Paris

  

Le Madd

Sous l’impulsion de la directrice Constance Rubini, le Madd (Musée des arts décoratifs et de design de Bordeaux), pourrait bien devenir un lieu privilégié très cohérent pour le design. Avant « Construction » de Martin Szekely, on a pu y voir la riche exposition « L’image-livre. Éditeurs et artistes de l’avant-garde tchèque (1920-1930) ». Dans la cour, le mobilier des designers Fien Muller et Hannes Van Severen entraine tranquillement vers le café Madd, pour déguster une carte simple, et lire un savoureux journal : Octopus, précis artistique des mots de bouche. AMF

Musée des arts décoratifs et du design, 39, rue Bouffard. Ouvert 11h-18h (fermé les mardis). Tél. 05 56 10 14 00. 

  

Un livre pour Notre-Dame-des-Landes

Pour que les 30 fermes, salles collectives, logements qui ont été rasés ne disparaissent pas des mémoires, Notre-Dame-des-Landes ou le métier de vivre est un projet de livre consacré à cette ZAD, édité par Loco. Dessins, photographies de Cyril Weiner, témoignages, préface de l’architecte Patrick Bouchain, un texte de Christophe Laurens et les relevés de ses étudiants du master Alternatives urbaines de Vitry-sur-Seine, tireront les leçons architecturales et expérimentales des cabanes auto-construites. Financement participatif pour faire exister cet « utile-beau-livre ». AMF

Soutien au projet Notre-Dame-des-Landes ou le métier de vivre.

    

Relais 4×400 m messieurs

Il faut aller voir le dernier film de Christophe Honoré en compétition à Cannes et sorti en salles mercredi dernier. Empreint d’une joie mélancolique, le film montre le relais que se passent trois hommes de générations différentes. Leur course est pleine d’obstacles : nous sommes dans les années 1990 et le SIDA fait des ravages. Mais, dans le film, l’amour est plus fort que la mort. Les dialogues très écrits, souvent drôles ou profonds, toujours spirituels, jouent un grand rôle dans la réussite de Plaire, aimer et courir vite. On appréciera enfin la remarquable interprétation de Vincent Lacoste qui campe avec grâce et gaîté un jeune provincial déluré aux accents balzaciens. GP

Plaire, aimer et courir vite, de Christophe Honoré, avec Vincent Lacoste, Pierre Deladonchamps, Denis Podalydès… Sortie en salles le 9 mai 2018.

  

Perrault creuse partout

Il vient de livrer l’Hippodrome ParisLongchamp. L’Université féminine Ewha qu’il a entaillée à Séoul fête son dixième anniversaire. Il projette la future gare de Villejuif pour le Grand Paris Express. Et son totem parisien, qui a été si polémique, est recreusé dans l’exposition « Dominique Perrault, la Bibliothèque nationale de France, portrait d’un projet 1988-1998 ». Cet architecte qui sonde «l’épiderme du sol» pour en extraire la « substance urbaine », ne cesse d’approfondir son architecture souterraine. Dans des conférences et son livre : Groundscapes : autres topographies. AMF

Dominique Perrault, BNF François-Mitterrand, jusqu’au 22 juillet 2018.
Livre : Groundscapes : autres topographies, 2016, éditions HYX, 25€.