Les choix de délibéré – 4 avril 2018

Face à face

Patria obscura est le film d’un photographe qui remonte le fil de sa généalogie pour interroger les silences d’une histoire familiale, qui est aussi celle de la France. « Je suis Français. Je veux regarder en face l’histoire dont je suis l’héritier. Je veux interroger un récit familial et national qui ne va pas de soi. Je suis Français de souche comme on dit, de cette souche vantée par les nationalistes et méprisée par les humanistes. Je refuse l’orgueil que me promettent les uns et je refuse la honte que me prescrivent les autres. Le pacte est rompu. » Dans ce film nécessaire, Stéphane Ragot manie l’art du face-à-face. Il le prolonge dans un livre, Patria lucida, où à ses photos répondent les textes de Pierre Bergounioux. Tous les deux seront présent ce samedi 7 avril à la Cinémathèque. Ça vaut le coup d’y aller voir. CV

Patria obscura, de Stéphane Ragot, projection le samedi 7 avril 2018 à 14h30 à la Cinémathèque, salle Georges Franju, 51 rue de Bercy, Paris 12e. La projection sera suivie d’un dialogue avec Pierre Bergounioux et précédée de la projection du film de Geoffray Lachassagne, La Capture : en compagnie de Pierre Bergounioux. En présence des deux réalisateurs et de l’auteur. 

Patria obscura (Les Films du Jeudi, 2014) est disponible en DVD et en VOD. 
Patria lucida, Le Bord de l’eau / Les Films du Jeudi, 2014, 30 €

 

 

Tourgueniev, tourbillon

Cinq minutes, c’est à peu près le temps qu’il faut pour oublier l’inconfort des fauteuils du Déjazet et la visibilité aléatoire. Dans la mise en scène d’Alain Françon et la nouvelle traduction de Michel Vinaver, Un mois à la campagne, la pièce de Tourgueniev, est un régal de précision, de vitesse, d’humour, de cruauté. Portée par des acteurs qui semblent, autour d’Anouk Grinberg, avoir tout compris de leurs personnages, l’histoire de ce coup de foudre au fin fond de la campagne russe du XIXe siècle se déploie sans une seule fausse note. RS

Un mois à la campagne de Tourgueniev, mise en scène d’Alain Françon, Théâtre Déjazet, 75003 Paris, jusqu’au 28 avril.

 

Scènes maritimes

Et c’est reparti pour un mois de spectacles, de lectures, d’ateliers, de performances et de rencontres en Seine-Maritime. Jusqu’à la fin du mois d’avril, du Havre à Eu, de Dieppe à Elbeuf, de Fécamp à Aumale, des dizaines d’artistes et d’auteurs, souvent en résidence dans la région, sont sur le pont. Le festival accueille aussi des invités de toute l’Europe. Le programme ne manque pas de souffle. Même la librairie, dite On The Road, est itinérante. Et puis ne ratez pas les 24 heures Duchamp… CV

Festival Terres de Paroles, jusqu’au 29 avril en Seine-Maritime.