Je me tais et je vais vous dire pourquoi

par Stéphanie Estournet

Réseaux sociaux, blogs, téléphones mobiles… Je scrute nos couacs relationnels, nos dérives de comportements, nos tics de langage – toutes ces choses qui font que, parfois, je préfère me taire.

L’obsession du bout des doigts

26 juin 2018

Il y a longtemps, quand le soir tombait, on s'installait devant "le petit écran". Pour les digital natives et quelques autres, on parle ici de la télévision, qui fut durant quatre décennies, envisagée comme une fenêtre ouverte sur le monde avec ses une à six chaînes. On y découvrait La Vie des animaux dans les années 1950, les images en couleurs dans les années 1970, le soft du dimanche soir dans les eighties. Aujourd'hui on est tous 2.0, une tablette sur les genoux, un téléphone dans la main, CandyCrush à tous les étages. L'écran est devenu plus éternel que n'importe quel diamant, plus envoûtant aussi. Assise sur le canapé du salon, la nuit est tombée, et je m'interroge : qu'ai-je fait de ma soirée – moi qui ai accès à tous les films possibles via des dizaines de VOD, des séries formidables, des courts créatifs ? Qu'ai-je fait de ce full access dont on rêvait jadis ? (Lire l'article)

Jet Li vieillit, Twitter pleure

5 juin 2018

Internet adore les cris, les réseaux s’en nourrissent. Une bête boulimique bâfrant du pathos et de la surenchère. On y perd gentiment son temps comme jadis avec les magazines dans les salles d’attente. Mais c’est autre chose quand le sujet nous concerne. Ou quand, du moins, il fait partie de ces gens et thématiques qu’on revendique comme élément de son bagage culturel – ou éthique, politique. C’est ainsi que j’apprenais la nouvelle suivante : le comédien Jet Li, atteint d’un trouble thyroïdien, ne serait plus, à 55 ans, le héros qu’on reconnaissait. (Lire l'article)

James Franco, salaud, le peuple aura ta peau

15 mai 2018

Il n’est pas question ici de défendre James Franco des accusations de harcèlement dont il fait l'objet. Je n’y étais pas, et il me semble que de ce fait, je n’ai aucune légitimité à m’exprimer sur le sujet. Que l'acteur-réalisateur soit jeté aux lions si la justice le juge coupable ! Mais peut-on éviter les « je condamne donc je suis », voire « je fais plus de bruit que vous donc je vous enterre tous » ? On pourrait par exemple faire un truc fou comme réfléchir, discuter de certains sujets en privé et choisir de ne pas les aborder sur les réseaux. (Lire l'article)