Guide
Les choix de délibéré

La 22e édition du Festival de Marseille brasse allègrement les cultures, réunit sept chorégraphes et met le cap sur l’Afrique pour une programmation osée. Pendant ce temps, à Lyon, on a le choix entre la biennale d’architecture et les « Livraisons d’été » des Subsistances, l’occasion de découvrir la jeune garde des scènes de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Et s’il y avait une SPAA – Société Protectrice Armée des Animaux – il y aurait davantage de sport et un rééquilibrage des pertes, paraît-il. Mais il faut lire Inger Wolf pour en savoir plus. Au fait, savez-vous ce qu’est un diorama? On vous propose d’en découvrir de toutes sortes et de toutes tailles au Palais de Tokyo à Paris. Suivez le guide !

Le nombre imaginaire
Énigmes d’été

par Yannick Cras
Les vacances d’été sont enfin là, et vous vous prépariez à partir les passer tranquillement au soleil entre plage et terrasse, mais patatras : votre vol low cost (acheté il est vrai sur arnaquepaschère.com, ce qui aurait tout de même dû vous alerter), votre vol donc est annulé au dernier moment. Bien entendu tous les autres vols sont pleins, votre hôtel réservé six mois à l’avance ne veut rien savoir pour rembourser vos arrhes, vos destinations touristiques favorites sont archi-complètes, vos possibilités de repli sont maigres et votre moral au plus bas. C’est alors que vous découvrez, sur une bannière fort opportunément apparue en marge de votre écran au cours de vos recherches frénétiques et désespérées, l’offre alléchante que voici : « Gagnez une croisière de rêve dans les Îles Grecques, transport et séjour tout compris. Concours sans obligation d’achat ». Après tout, pourquoi pas ? Qu’avez-vous à perdre ? Le clic suivant vous emmène sur la page d’un organisateur de croisières qui cherche à promouvoir son tout nouveau produit : une croisière historique et culturelle dédiée à la philosophie grecque et crétoise. Le concours – car concours il y a bien – va tester non vos connaissances, mais vos aptitudes mathématiques. (Lire l’énigme)

S’il vous manque une case…
Le ou la politique ?

par Didier Ottaviani

Quai d'Orsay © Blain - Lanzac - Dargaud 2010

Parce que la bande dessinée ne laisse pas de côté les réflexions politiques, il est nécessaire de consacrer, pendant l’été, un ensemble de chroniques à ces questions. Si les BD traitant de l’actualité politique ont eu tendance à se multiplier ces dernières années, il faut différencier celles qui ne traitent que de la politique de celles qui permettent de s’interroger de manière plus générale sur ce qui est véritablement en jeu dans le politique, qui s’écarte à plus d’un titre de la vie humaine normale. (Lire l’article)

Photographie
Stephanie Sinclair
sur le toit de l’Arche

par Édouard Launet
Il existe d’excellentes raison de grimper sur le toit de la Grande Arche de La Défense. Profiter d’une vue époustouflante sur Paris et la région parisienne en est une. Et puis, surtout, l’Arche du Photojournalisme accueille jusqu’au 24 septembre le travail fascinant de Stephanie Sinclair, photographe américaine qui a passé près de quinze ans à documenter une atrocité silencieuse : les mariages forcés de fillettes, une pratique qui sévit de l’Afghanistan aux États-Unis, du Népal à l’Éthiopie, de l’Inde au Yémen (au total une cinquantaine de pays), et qui touche des milliers d’enfants… chaque jour. Pour Stephanie Sinclair, tout commence en 2003 lorsqu’elle constate qu’en Afghanistan certaines fillettes préfèrent s’immoler plutôt que d’être mariées de force à des hommes beaucoup plus âgés. Son oeil commence alors un long combat. Et quel œil ! (Lire l’article)

Arts plastiques
Hélène Delprat, angoisse ludique
à la Maison rouge

par Stéphanie Estournet
Hélène Delprat, “Comment j’ai inventé Versailles” et Portail du château d’OtranteUn couloir argenté, psychédélique avec son chenillard de lumières arc-en-ciel. Une voix qui pourrait être celle de Hal 9000, l’intelligence artificielle badass de 2001 l’Odyssée de l’espace, enjoint, en boucle, à ne pas avoir peur : “C’est l’inconnu qui fait peur.” Il y a des poignées de porte qu’il faudrait peut-être tirer, et au bout du couloir, la voix, forte : celle d’Hélène Delprat, artiste plasticienne, qui investit la Maison rouge à Paris, jusqu’au 17 septembre. (Lire l’article)

Ordonnances littéraires
Traitement inédit pour ceux que les piles de livres font frémir

par Nathalie Peyrebonne
Appréhension marquée face à la surabondance, pertes d’équilibre, céphalées : autant de symptômes à ne pas prendre à la légère en ces temps de pré-rentrée littéraire où les piles de livres en attente de lecture grandissent dangereusement. Et requièrent un traitement tout à fait spécifique. Non pas un livre mais une librairie. Et pas n’importe laquelle. La librairie en question se situe à Tokyo, elle a été ouverte en mai 2015 par Yoshiyuki Morioka. Sur la vitrine de La Morioka Shoten, une devise est inscrite : « Une seule pièce avec un seul livre ». En effet, ce monsieur ne vend qu’un seul et unique livre, l’entoure durant toute une semaine de créations en lien avec son contenu : peintures, objets divers, ateliers, etc… mais le livre règne seul. (Lire l’article)

Danse
Montpellier Danse : Actions

par Marie-Christine Vernay

Steven Cohen, Put your heart under your feet…and walk / à Elu © Pierre Planchenault

Alors que beaucoup s’ingénient à faire des théâtres des lieux de divertissement, Steven Cohen et Antonio Canales ont volé les théâtres pour les transformer respectivement en temple et en café cantante de Séville. Les deux arrachent la scène et ont donné le ton de la 37édition du festival Montpellier Danse. Reprendre les théâtres pour en faire des sanctuaires non pas dédiés à une quelconque puissance divine mais à des rituels personnels. (Lire l’article) 

De A à Z

L’ABéCéDaire

de Pierre Teboul

Le coin des traîtres
Zorro

par Christilla Vasserot
« Un cavalier, qui surgit hors de la nuit
Court vers l’aventure au galop
Son nom, il le signe à la pointe de l’épée
D’un Z qui veut dire Zorro… » 
À un détail près : ça veut dire quoi, Zorro ? « Zorro, Zorro… Renard rusé qui fait sa loi… » Ah, merci. Il faut dire que Zorro, ça a de la gueule. Imaginez un peu : « Son nom, il le signe, à la pointe de l’épée d’un R qui veut dire Renard… »
Mais qui a eu la bonne idée de ne pas traduire ? Et y a-t-il une règle (à enfreindre, forcément) en matière de traduction des noms propres ? (Lire l’article)