Haut les masques

Le festival toulousain L’histoire à venir s’interroge pour sa quatrième édition, sur les « usages du faux ». « Réfléchir aux définitions du vrai et du faux constitue aujourd’hui l’une des premières missions de tout citoyen, précise le texte de présentation. […] Documents ou preuves fabriqués de toutes pièces, copies et faux en art, objets de contrefaçon, fausses nouvelles, imposteurs, artifices qui permettent parfois la manifestation du vrai… : nous questionnerons le faux dans tous ses états en nous posant la question de la norme qui permet de le définir comme tel, et du pouvoir que représentent les procédures de certification ». La  manifestation, déclinée cette année en quatre temps – mars, mai, septembre et décembre –, explore l’histoire l’histoire de la littérature, de l’art, du théâtre, renversant au passage quelques perspectives, ainsi cette rencontre, intitulée « Le monde est faux’ entre l’universitaire Sophie Rabau – par ailleurs collaboratrice de délibéré – et l’écrivain Pierre Senges, qui ambitionne de « jeter les bases du fiction-checking [afin de] proposer d’utiles corrections permettant aux faits de se rapprocher enfin de la vérité des contes et des poèmes »… À suivre en direct et en replay. 

Usages du faux, un festival en quatre temps, en vrai ou en visio. Premier temps du 18 au 21 mars 2021, en direct du Théâtre Garonne de Toulouse, avec la collaboration des équipes de recherche de l’université Toulouse Jean-Jaurès, des éditions Anacharsis et de la librairie Ombres blanches.