L’Hypothèse Robbe-Grillet est un centre de recherches polyvalent et multiforme, situé au croisement de la littérature et des arts contemporains. Il se focalise sur une problématique spécifique : l’idée selon laquelle l’œuvre d’Alain Robbe-Grillet se poursuit et se déplace dans le champ des arts visuels. Remodelage du récit, expérimentation narrative, structures fantasmatiques, rapport renouvelé du sujet aux objets et au monde… Loin de prendre l’œuvre de Robbe-Grillet comme seul objet d’études, L’HYRG l’envisage plutôt comme un point de départ, un creuset de problématiques esthétiques et philosophiques, un prisme pour considérer les propositions des artistes contemporains. En tâchant de suivre cette hypothèse dans les champs respectifs et ici conjoints de la littérature et des arts plastiques, il s’agit d’essayer d’articuler différemment recherche et création et de confronter les formes académiques et instituées du savoir universitaire aux stratégies plastiques et visuelles de la création artistique, et de la recherche en art.

L’Hypothèse Robbe-Grillet s’invite chez délibéré pour proposer une série d’entretiens avec des artistes qui citent, travaillent avec, empruntent, se confrontent à l’œuvre d’Alain Robbe-Grillet, de manière plus ou moins frontale et notoire.

Émeline Jaret et Lison Noël

Pour une nouvelle architecture

1 mai 2018

Grand lecteur d’Alain Robbe-Grillet pendant des années, l’architecte Philippe Rahm l’a rencontré en 2006 après lui avoir commandé des textes pour accompagner son installation “Météorologie d’intérieur” (Canadian Centre for Architecture, 2006). Une collaboration fertile, sous la forme d’un exercice de subjectivité que l’écrivain a poursuivi dans la construction son dernier livre, Un roman sentimental.
(Lire l'article)

Philippe Rahm

Topologie d’un imaginaire

27 mars 2018

Les artistes Pia Rondé et Fabien Saleil reviennent sur leur expo “Cité-Fantôme” et plus généralement sur leurs méthodes de travail et leurs sources d'inspiration. Le titre de l'expo était emprunté au roman Topologie d’une cité fantôme d’Alain Robbe-Grillet. La proposition d’une déambulation labyrinthique dans l’exposition, son érotisme latent et le vocabulaire géométrique dont est parcouru le discours des artistes ont invité à la regarder avec eux sous un prisme robbe-grilletien. (Lire l'article)

Pia Rondé et Fabien Saleil