Salope

Insultologie Appliquée. La Terre se réchauffe, les esprits s’échauffent, les chefs d’État s’injurient : l’insulte est l’avenir d’un monde en décomposition. Chaque semaine, la preuve par l’exemple.

En juin dernier, l’Académie française, à laquelle nulle dérive langagière ne saurait échapper, a tenu à mettre les choses au point : “Étymologiquement, salope n’est pas le féminin de salaud. Celui-ci est dérivé de sale, alors que celui-là est composé à l’aide de sale et de hoppe, forme dialectale de huppe, un oiseau qui traîne la triste réputation d’être particulièrement malpropre. Salope signifie donc d’abord ‘très sale’, et on lisait dans l’édition de 1835 de notre Dictionnaire : ‘Cet enfant, cette petite fille est salope, est bien salope’.”

Voilà qui méritait d’être rappelé tant, de nos jours, les salopes volent en formation serrée. C’est, en avril, le forain Marcel Campion qui disait publiquement d’Anne Hidalgo : “C’est carrément une salope”, au motif que la maire de Paris refusait une nouvelle installation de sa grande roue. Ce sont quelques dizaines de gilets jaunes qui, le mois suivant, s’attroupaient devant le domicile manceau de Marlène Schiappa, Secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes, pour hurler : “Salope ! Enfoirée ! Sors de là, salope ! Grosse salope !” C’est Éric Massin, président de la Fédération PS de Charleroi en Belgique, qui, l’an dernier lors d’une réunion publique, parlait de Caroline Taquin, bourgmestre de Courcelles, comme de “la plus rosse, là je suis trop gentil… la plus salope” des adversaires de son parti. Ce sont les patients énervés des services d’urgence qui lancent quasi quotidiennement des “salopes” à la figure des infirmières. C’est une épidémie, au point que la Fondation Maison des sciences de l’homme, à Paris, avait jugé opportun d’accueillir — il y a deux ans déjà — une exposition, Salope ! et autres noms d’oiselle, qui évoquait le parcours des pratiques sociales et culturelles qui ont donné naissance aux insultes à destination des femmes.

Au siècle dernier, l’injure était plus policée. En février 1988, lors d’un sommet européen très tendu à Bruxelles, l’alors Premier ministre Jacques Chirac, ignorant qu’il était enregistré par un magnétophone, s’était contenté de lâcher en parlant de Margaret Thatcher : “Qu’est-ce qu’elle veut de plus, la mégère ? Mes couilles sur un plateau ?”. Aujourd’hui, le micro capterait probablement des propos plus directs, quoique Édouard Philippe ne soit pas connu pour ses écarts de langage (tout au plus se hasarderait-il à un “enfoiré” pour qualifier Boris Johnson).

Je ne tiens pas à répondre à cela

L’Académie poursuit : “Le sens de salope s’est peu à peu modifié et ce mot est aujourd’hui un terme d’injure employé pour désigner une personne très vile et digne du plus profond mépris. Il est ainsi devenu un équivalent de salaud, qui a évolué de la même façon. Si la forme salaude existe, dans l’usage c’est bien salope qui sert de féminin à salaud. […] C’est bien, au masculin, salaud et, au féminin, salope qu’il faut employer, en précisant toutefois que le féminin salope peut avoir une forte connotation sexuelle.”

Qu’en pensent les assistants vocaux, ces nouveaux baromètres du politiquement correct ? À la question : “Es-tu une salope ? ”, la voix féminine du système Siri d’Apple répondait naguère : “ Je rougirais si je pouvais”. Aujourd’hui la réponse est : “Sans commentaire” ou bien “Je ne tiens pas à répondre à cela”. Plus classe, et surtout moins trempé dans un sexisme connivent. À la même question, l’assistant d’Amazon, Alexa, choisit de répondre : “Thanks for the feedback” (Merci pour le retour). Quant à l’assistant Google (OK Google !), il renvoie un “Mon algorithme ne sait pas traiter ce genre de langage” d’une franchise cristalline.

Continuons l’interrogatoire. “Dis Siri, es-tu féministe ?”. Réponse : “Je pense que tous les êtres humains devraient être traités sur un pied d’égalité”. Apparemment, Siri pense. Il le fait prudemment, au diapason de son époque, soucieux du poids de chaque mot. Relance : “Dis Siri, que penses-tu des injures ?”. Réponse :“C’est votre opinion qui compte”.

Édouard Launet
Insultologie appliquée

Jean Gabin - Tu m’emmerdes

Et je vous emmerde

10 novembre 2019
Fin octobre, plusieurs habitants de l'Orne et de la Sarthe ont reçu chez eux une boîte contenant des excréments. Elle était accompagnée d’une lettre se terminant par cette formule de politesse : “Je vous emmerde cordialement”...
You stupide shit. Let me educate you

Débile profond

29 octobre 2019
Par les temps qui courent, on se balance tant de noms d’oiseaux sur Internet et dans les assemblées parlementaires qu’il vaut mieux savoir à quoi l’on a affaire. Ça tombe bien : les insultes et injures font l’objet d’un nombre croissant de travaux de recherche.
Greta Thunberg - How dare you

Une chieuse

24 octobre 2019
Elle est jeune, c’est une femme, elle nous culpabilise, elle ne veut pas se taire. C’est le prototype même de la chieuse. Greta Thunberg fait chier un nombre considérable de gens. Et en plus, elle a de l'humour. 
Bullshit

Un gros tas de conneries

13 octobre 2019
Il y a un demi-siècle, les Rolling Stones faisaient scandale aux États-Unis. Aujourd’hui c’est Mick Jagger qui s’indigne des nouvelles mœurs américaines et britanniques. La provocation aurait-elle changé de camp ?

Va te faire foutre

29 septembre 2019
Voilà une injonction que l’on adresse rarement à son patron, sauf à avoir sa lettre de licenciement en main. À éviter aussi entre conjoints s'il reste un peu d'amour dans le foyer. Mais à lancer sans trop d’appréhension à la face des dirigeants politiques.

Pauvre con

22 septembre 2019
Tout a basculé le 23 février 2008. Ce jour-là, un président de la République en exercice — par ailleurs chef des armées, co-prince d'Andorre et chanoine d'honneur de la basilique Saint-Jean-de-Latran — gratifiait un de ses concitoyens d’un "Casse-toi, pauv' con !".

Je t’encule

15 septembre 2019
Je t’encule, tu m’encules, nous nous enculons en rond, au point que cela en devient vertigineux. Hier nous avions Racine et Corneille, aujourd’hui nous avons des enculés, des trous du cul et si peu d’alexandrins. Il faut dire que le débat politique est vif.
You son of a bitch

Fils de pute

8 septembre 2019
C'est l'année des fils de pute (et elle est loin d'être terminée). L’an prochain sera-t-il celui des salopes et des enculés ? On peut en douter car les fils de pute ont la peau dure, si bien qu’ils pourraient bien squatter la planète jusqu’au grand effondrement.

Un gros cul imbaisable

1 septembre 2019
En politique l’insulte n’est pas précisément une nouveauté. Ce qui est neuf, c’est son usage croissant (pour ne pas dire sa banalisation) jusqu’au sommet de l’État. Révolue est l’époque où les grands de ce monde avaient la vacherie drôle et feutrée.