Étiquette : Angélica Liddell

Traduire le vivant

Traduire un auteur vivant offre la possibilité de l'interroger, de lever des doutes, de confirmer ou infirmer des hypothèses, etc. Possibilité que le traducteur n'est pas tenu d'exploiter puisque c'est l'œuvre qui est soumise à traduction, et non les intentions de son auteur. Il est un cas où la parole de l'auteur s'impose au traducteur : lorsqu'il s'agit de traduire une pièce de théâtre mise en scène par l'auteur, voire jouée par l'auteur. En d'autres termes, lorsque l'auteur reprend les droits sur son texte, pour l'extraire des pages du livre et lui donner une nouvelle vie sur la scène d'un théâtre. (Lire l'article)

La Mouette, ou comment l’oublier

Une mouette et autres cas d'espèces, mise en scène Hubert Colas © Hervé Bellamy

Il n'y pas foule dans la salle transformable du théâtre de Nanterre-Amandiers, et il n'est pas sûr que le bouche à oreille la remplisse d'ici la fin des représentations (le 22 janvier). Pas sûr non plus que le spectacle d'Hubert Colas fasse le plein au théâtre Paul Éluard de Choisy-le-Roi où il est programmé le 26 janvier. Cela s'explique, Une mouette et autres cas d'espèces n'est pas une franche réussite. Mais c'est injuste, la scénographie est inventive, les acteurs talentueux, et la mise en scène d'Hubert Colas ne verse jamais dans la médiocrité. (Lire l'article)

Angélica Liddel, lumières dans la nuit

Les trois actes du dernier spectacle de l'Espagnole Angélica Liddell vont et viennent entre Paris et Tokyo et entre deux événements sanglants : le meurtre, en 1981 à Paris, d'une étudiante hollandaise, dépecée et mangée par Issei Sagawa, le “Japonais cannibale”, et la tuerie du Bataclan, le 13 novembre 2015. L'horreur et la douleur du monde, c'est ce qui nourrit l'écriture de Liddell et son engagement physique sur le plateau. Ce qu'elle y fait de son corps tient de la performance – et de l'offrande, dans un rituel où la beauté est le contrepoint de la souffrance. (Lire l'article)

Des Damnés qui font Mal

Le 70ème festival d'Avignon s'est ouvert mercredi 6 juillet avec la représentation dans la Cour d'honneur du Palais des Papes des Damnés, d'après le film de Luchino Visconti, dans une mise en scène de Ivo van Hove avec la troupe de la Comédie-Française. Cauchemar ou bal des spectres, au delà des personnages du film de Visconti, ce sont bien des figures théâtrales qui revivent et meurent sur le plateau de la Cour d'honneur. Ivo van Hove fait de son spectacle un rituel mortuaire, parfois magnifique, souvent glaçant, en lien avec le monde d'aujourd'hui.
(Lire l'article)

Mea culpa

Angélica Liddell, Todo el cielo sobre la tierra (2013) © Christophe Raynaud De Lage, Festival d'Avignon

Retour sur le Bentô de la semaine dernière et sur les réactions qu'il a pu susciter. L'occasion de relever ici un fait récurrent concernant la critique en général. Parler ou écrire à propos d’un film, d’un spectacle, d’une exposition, d’un livre... ce n’est jamais critiquer personnellement leurs auteurs mais le résultat de leur travail, à un moment donné. Insultes et menaces en tous genres parsèment la vie du critique. Mais il faut tenir bon, continuer à regarder, lire ou écouter sans complaisance, et essayer de transmettre le plus honnêtement possible ce que l’on a ressenti, analysé et pensé d’une œuvre. (Lire l'article)