Étiquette : Rodrigo García

Traduire le vivant

Traduire un auteur vivant offre la possibilité de l'interroger, de lever des doutes, de confirmer ou infirmer des hypothèses, etc. Possibilité que le traducteur n'est pas tenu d'exploiter puisque c'est l'œuvre qui est soumise à traduction, et non les intentions de son auteur. Il est un cas où la parole de l'auteur s'impose au traducteur : lorsqu'il s'agit de traduire une pièce de théâtre mise en scène par l'auteur, voire jouée par l'auteur. En d'autres termes, lorsque l'auteur reprend les droits sur son texte, pour l'extraire des pages du livre et lui donner une nouvelle vie sur la scène d'un théâtre. (Lire l'article)

Hijo de puta

Las putas insistimos en que los políticos no son nuestros hijos

Il y a quelques années, des pancartes ont fait leur apparition dans des manifestations organisées en Espagne, demandant à ce que l’on cesse d’attribuer à des prostituées la maternité des pires salauds de la terre, plus particulièrement celle des hommes politiques. La traduction de l'argot, des insultes, des grossièretés nous invite aussi à réfléchir au sens des mots, à leur emploi, aux sous-entendus véhiculés, à ce qu'ils disent de la société qui les galvaude ou les bannit. Alors comment traduire "hijo de puta" ?  (Lire l'article)

Aurillac en pleine forme

Festival d'Aurillac 2016 - une critique de René Solis dans délibéré

Soit, d'un côté, un festival dont le désordre public est la raison d'être, et de l'autre un contexte politique –l'état d'urgence– à la philosophie radicalement contraire. Le festival des arts de la rue d'Aurillac, qui s'est terminé samedi 20 août, a bien surmonté le dilemme, et ce n'est pas l'état d'urgence qui a gagné. Trente ans après sa fondation, en 1986, la manifestation se porte bien. Ce n'est pas qu'une question de chiffres –vingt compagnies dans la programmation officielle et plus de six-cents autres dites “de passage” dans le off. C'est aussi que les arts de la rue continuent d'inventer et de frapper fort, toutes générations confondues. (Lire l'article)

Espagne-Putes : branlée espagnole

délib'euro – l'Euro 2016 des écrivains, vu par Clo'e dans délibéré

Après-midi gris et pluvieux à Paris. Le Stade de France fait le plein de spectateurs venus assister au duel Espagne-Putes. Vicente Del Bosque a reconduit les onze joueurs qui ont qualifié l'équipe espagnole pour les quarts de finale, à une nouveauté près : la titularisation d'Iker Muniain. La sélection adverse, emmenée par Torbe, ne présente pas non plus de surprise majeure : Mirta dans les cages ; Jenifer, La Negra, Rebeca et Chiki à l'arrière ; Bonbon, Lolo, Alyson et Gina Lynn au centre du terrain ; et à l'avant, Susy et La Grecque. Le match commence... (Lire l'article)

Buzz

Golgotha Picnic Théâtre du Rond-Point Stéphane Trapier

Qu’est-ce qui fait buzzer ? C'est la question que pose le Bentô de cette semaine, où il est question, entre autres, de cinéma (Les nouvelles aventures d’Aladin et le site AlloCiné), de théâtre (le procès fait à Rodrigo García, aux éditions Les Solitaires Intempestifs et au Théâtre du Rond-Point) et de littérature (La 7ème fonction du langage, de Laurent Binet).  À qui profite le buzz ? Et à qui ne profite-t-il pas ? On sait aujourd’hui très bien qu’un clic n’est jamais loin d’un cent d’euro, et que les artistes qui font le plus cliquer ne tardent jamais à trouver une grande maison qui leur ouvre leur porte et leur carnet de chèques. (Lire la suite)