Ibsen à la source, Marie NDiaye de pièce en pièce

#guide

 

Ibsen à la source

Un ennemi du peuple, d'Henrik Ibsen, traduit du norvégien par Eloi Recoing, Actes Sud-Papiers, 2019Enseignant, metteur en scène, germaniste, Éloi Recoing a traduit sa première pièce d’Ibsen en 1992, alors qu’il ne savait pas encore le norvégien. Il s’est rattrapé depuis et Un ennemi du peuple est la septième pièce de l’auteur de Peer Gynt qu’il traduit pour les éditions Actes Sud-Papiers. Le texte fait par ailleurs l’objet d’une mise en scène de Jean-François Sivadier programmée à Paris au Théâtre de l’Odéon du 10 mai au 15 juin. Difficile de trouver pièce plus actuelle : un médecin découvre, à la veille de l’ouverture de la station thermale qui va assurer la prospérité de sa petite ville, que les eaux curatrices sont en fait gravement polluées. Au nom de la vérité, et de la santé publique, il dénonce le scandale et se retrouve cloué au pilori par les notables – dont, son frère, maire de la localité – et l’ensemble de la population, qui craint la ruine économique. À ce thème s’ajoute un autre, cher à Ibsen : le basculement de l’idéalisme vers le fanatisme et la pulsion de mort. Les traductions d’Éloi Recoing sont toujours un plaisir à lire et à entendre, elles coulent de source. 

Un ennemi du peuple, mise en scène de Jean-François Sivadier. Photo © Jean-Louis FernandezUn ennemi du peuple de Henrik Ibsen, traduit du norvégien par Éloi Recoing, Actes Sud-Papiers, 2019, 15 €. Et mis en scène par Jean-François Sivadier à l’Odéon-Théâtre de l’Europe, du 10 mai au 15 juin.


Marie NDiaye, de pièce en pièce

Parallèlement à sa production romanesque, Marie NDiaye poursuit, de façon plus confidentielle, une œuvre de dramaturge, révélée de façon éclatante en 2003, avec la mise en scène par André Engel à la Comédie-Française de Papa doit manger. Dans ses pièces comme dans ses romans, ou plus encore, le malentendu fonctionne comme un ressort dramatique particulièrement puissant. Il est au cœur des Trois pièces publiées par Gallimard. Dans Délivrance, un homme exilé en terre lointaine écrit des lettres d’amour désespérées à sa femme qui ne lui répond jamais. Dans Berlin mon garçon, une femme – libraire à Chinon – part pour Berlin à la recherche d’un fils disparu, et rien ne s’agence comme espéré. Honneur à Notre Élue enfin, est une drôle de fable politique, où autour du triomphe puis de la chute incompréhensible d’une femme politique, les motivations des uns et des autres ne sont jamais ce qu’elles semblent. Avec dans les trois textes, une tension qui repose aussi sur le grand écart entre la banalité ou la trivialité des situations, et l’élégance d’une langue qui se méfie des facilités du parler. 

Trois pièces de Marie NDiaye, Gallimard, 2019, 18 

René Solis
Guide