AccueilDavid Bowie

Étiquette : David Bowie

Bob Dylan

L'Amérique de Bob Dylan, par Hélène Quanquin

Enfant, Bob Dylan était toujours en train de courir. Il fugue pour la première fois quand il a 10 ans, part de la maison définitivement à l’âge de 18 ans pour s’installer à New York. “C’était comme si j’avais toujours été à la poursuite de quelque chose, quelque chose en mouvement – une voiture, un oiseau, une feuille qui s’envole – quelque chose qui pourrait m’amener vers un endroit mieux éclairé, une terre inconnue en aval”, écrit-il dans le premier volume de ses Chroniques, publiées en 2004. Lorsque l’un de ses profs lui dit que son fils a “la nature d’un artiste”, son père demande : “Un artiste, c’est pas un gars qui peint ?” Soixante ans plus tard, Bob Dylan est prix Nobel de Littérature. (Lire l'article)

Uzès danse roule en “Jaguar”

Le clou de la 21ème édition du festival Uzès Danse fut un spectacle de la Cap-Verdienne Marlene Monteiro Freitas, en duo pour le moins sportif avec Andreas Merk : Jaguar, créé en 2015. Présenté comme une chasse, chasse à l’homme, chasse à courre ou chasse à la danse, ce spectacle bourré de références tout autant aux œuvres chorégraphiques du passé, notamment des Ballets Russes (Jeux de Debussy, L’Après-midi d’un faune de Nijinsky…) qu’à des compositeurs (Stravinsky, Schönberg, David Bowie), ou des peintres et dessinateurs (Kandinsky, Adolf Wölfli), nous plonge dans un charivari sonore, visuel et gestuel. (Lire l'article)

Nécrologies

Lu sur Twitter : “Dans 10 ans, si on vous demande au Trivial Pursuit de donner la date de décès d’un artiste, essayez 2016 !” Il est vrai que ce début d’année est particulièrement endeuillé. Et ces décès en cascade nous permettent d’étudier d’un peu plus près le traitement médiatique des morts d’artistes. Démonstration avec Pierre Boulez, David Bowie, Jacques Rivette, Ettore Scola, Andrzej Zulawski, Ellsworth Kelly, Gottfried Honegger, Leila Alaoui et Umberto Eco. (Lire l'article)

Bentô comme Bowie

Il y a bien sûr quelques artistes qui franchissent les frontières de leur champ disciplinaire d’origine, et il y en a même de plus en plus. Mais David Bowie l’a fait plus tôt que la plupart, et avec un retentissement plus fort que tous. En cela, sa disparition est non seulement une tristesse individuelle, pour qui a aimé et suivi la carrière de l’artiste, mais aussi un deuil collectif, celui d’une certaine façon de considérer la vie d’artiste elle-même comme un des beaux-arts. (Lire la suite)

Bowie, la vieillesse comme avatar

Rétrovision II. David Bowie a 68 ans, le cinquième âge à l'aune du rock. La refonte par James Murphy de son morceau Love is Lost, intitulée Hello Steve Reich mix, n'arrive à nos oreilles que deux ans après sa sortie. L'album The Next Day s'usait assez vite, mais le laminage métallique de l'ex-LCD Soundsystem, culminant en un sample de Ashes to ashes apparié avec la rythmique de Fashion, font de ce Love is Lost une fusée qui donne délicieusement envie de mourir. (Lire la suite)