Accueilguide

Étiquette : guide

Le temps et l’espace

Si la musique a besoin du temps et des temps, elle se déploie également dans l’espace, les espaces même comme ceux, souvent inédits ou inattendus, que choisit le Festival Intervalles pour faire découvrir des musiques rarement jouées et inventer de nouvelles manières de les interpréter, de les écouter.

Serge Maggiani repousse le temps

Serge Maggiani dans Je poussais donc le temps avec l'épaule, mise en scène de Charles Tordjman

Allure princière, voix aux accents populaires, Serge Maggiani est à l'aise dans les salons et en cuisine, comme s'il était à la fois Swann et Françoise. La version 2019 de Je poussais donc le temps avec l'épaule, spectacle mis en scène par Charles Tordjman, n'est pas une re-création à l'identique de celle de 2001, mais son prolongement, une célébration du temps retrouvé. (Lire le guide)

Les mots face au désastre

"… ici on trompe la mort, on la sait inévitable, on parle depuis elle, on parle déjà mort, mais depuis trois-quatre mille ans qu’on sait l’extinction inévitable, on sait aussi la tromper, on sait lui faire face, on sait la déjouer, c’est presque devenu instinctif : on reforme des liens perdus ou imaginaires, on se met à plusieurs, comme alors et comme aujourd’hui, et on se raconte des histoires." Trompe-la-Mort de Lionel Ruffel, est paru chez Verdier. (Lire le guide)

Marronnages

Marronnages, lignes de fuite. Photo Bernard Gomez

Bernard Gomez photographie la Guadeloupe depuis une décennie. Sylvaine Dampierre, cinéaste, en collaboration avec Frédéric Régent, historien, président du comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage, se sont chargés du texte, du contexte, et d’un indispensable glossaire, à lui seul une mine. Marronnages, lignes de fuite, un de ces livres aimés par ceux qui l’ont fait. (Lire le guide)

Au bonheur des passages

Patrice de Moncan, Les Passages couverts de Paris, éditions du Mécène, 2018.

De la galerie Véro-Dodat aux Arcades des Champs-Élysées, combien y a-t-il eu de passages à Paris ? 305. Il y en avait encore plus d'une cinquantaine au XIXe siècle, il y en survit 18 aujourd'hui, raconte Patrice de Moncan, dans son ouvrage Les passages couverts de Paris : un livre d'histoire illustré publié aux éditions du Mécène,  pour redécouvrir les passages couverts de Paris. (Lire le guide)

De quoi L’Amie prodigieuse est-elle le nom ?

L'Amie prodigieuse (épisode 1): Ludovica Nasti (Lila), Elisa Del Genio (Elena)

Ça ressemble à un film néoréaliste, mais ça n’en est pas un (même lorsqu’une scène sort tout droit de Rome ville ouverte). Ça à l’allure d’une vaste fresque sociale, mais n’en est pas tout à fait une (trop lissée). Tout comme les livres d’Elena Ferrante ont un air de chef d’œuvre mais n’en sont pas vraiment. Co-produite par HBO et la RAI, l’adaptation en série du premier tome de la tétralogie à succès, L’Amie prodigieuse, est arrivée sur Canal+ à la mi-décembre. (Lire le guide)

Il Miracolo, une histoire du trouble

Dieu, ces derniers temps, visite souvent Arte et c’est tant mieux. Après Au nom du père, co-production avec le Danemark, et son ravageur pasteur, voici Il Miracolo, co-production avec l’Italie, avec sa vierge en plastoc qui pleure des litres de sang. Serait-ce un rien passéiste ? Parce que l’Italie, là, semble moins habitée par les miracles de la madone que par de bons vieux démons. Erreur. (Lire le guide)

Hugo Comics

Victor Hugo résiste à tout, même aux traits les plus fielleux. Ce sont ses adversaires qui ont pris un sacré coup de vieux. Exposition “Caricatures : Hugo à la Une” à la Maison Victor Hugo, place des Vosges à Paris.

Tomás Saraceno On Air

Ça ne tient qu’à des fils suspendus en l’air et pourtant on a rarement vu plus consistant. Sur les 20 000 mètres carrés qu’il s’est vu confier au Palais de Tokyo, Tomás Saraceno (Tucumán, Argentine, 1973) déploie un parcours d’œuvres vivantes qui s’échafaudent (littéralement) sur l’inframince.

Le pacte d’Adriana

Le Pacte d'Adriana, premier film réalisé par Lissette Orozco, intime, bousculé, avec vidéos familiales bancales, où certains parents ont fait flouter leurs visages, avec longues conversations par Skype, portables... est une investigation erratique et cruelle au sein d’une famille portée sur le silence, et d’un pays qui oublie. Adriana-Chany est-elle coupable, ou innocente comme elle le clame ?

Au nom du père

Au nom du père. Photo © Tine Harden

Ce pourrait être une saga nordique en dix épisodes, avec pasteurs, cols tuyautés, culte dépouillé ; la vibration intense des désirs humains confrontée à l’austérité luthérienne, sur fond de boiseries pastel et haute bibliothèque, tablée familiale, près de ces fenêtres lumineuses comme on les aime là-haut. Au nom du père est tout cela, entre autres.

Épopée

En juillet dernier, au festival cinématographique de La Rochelle, le jeune réalisateur Emmanuel Gras recevait le prix du cinéma Art et essai pour son film documentaire Makala, sorti en 2017 et ainsi assuré d’une seconde sortie, largement méritée.

Inscriptions et immersion

Dans Enfants de Paris, 1939-1945, le graphiste Philippe Apeloig met en page les photographies de 1200 plaques commémoratives de l'Occupation qu'il traque depuis longtemps. Dans Demain, le vaisseau chimère, les deux designers Gaëlle Gabillet et Stéphane Villard mènent une recherche sur l’illusion et l’écologie à travers le medium des fresques, questionnant le monde à venir. 

Silence, on souffle

Sopro, du metteur en scène portugais Tiago Rodrigues : à travers la souffleuse, ce n’est pas seulement la mémoire du théâtre qui s’éveille, mais l’air qu’on y respire qui semble prendre une autre épaisseur...

Famille, humour et patrimoine

Dans la série danoise Les Héritiers diffusée sur Arte, il est bien sûr question d’argent, de pas mal d’argent : un manoir de belle taille avec terres, et les œuvres de Veronika Grønnengaard, artiste contemporaine cotée au plus haut. Mais quand on parle d’argent, surtout en famille, on parle toujours d’autre chose.

Hugo et ses femmes

Victor Hugo et les femmes, c'est un joli thème de débat puisque Hugo fut à la fois un avocat du droit des femmes, un polisson patenté et un patriarche tourmenté. Eh bien, ce débat aura lieu le samedi 27 octobre à Granville, dans la Manche...

Les échos de Simone

La Passion de Simone – Weil –, de Kajia Saariaho, sur un livret français d’Amin Maalouf, compagnie La Chambre aux échos

Découvrir qu’il s’écrit des oratorios au XXIe siècle, qu’ils parlent toujours de passion, non plus selon Jean ou Matthieu, mais de la passion de Simone (Weil), adorer ou ne pas connaître encore la musique de la compositrice finlandaise Kajia Saariaho, retrouver ou rencontrer le travail de la compagnie de théâtre musical La Chambre aux échos... autant de raisons d’aller à Nantes.

Les Perses à l’Atelier

Les Perses d'Eschyle, traduction de Myrto Gondicas et Pierre Judet de la Combe, éditions Anarchasis

La librairie L'Atelier organise une rencontre avec Pierre Judet de La Combe et Myrto Gondicas autour d'une nouvelle traduction des Perses d'Eschyle, parue aux éditions Anacharsis. Une excellente façon de continuer à célébrer la traduction et les traducteurs, qui ont leur Journée mondiale, le 30 septembre, fête de saint Jérôme.

Beauté fatale

Jiangsu, Chine, 2016, usine de transformation de poulets © George Steinmetz

Pour se poser ces questions, ou d’autres, pour voir le monde comme on peut et peut-être plus qu’on ne peut, pour écouter avec les yeux les artistémoins de notre temps qui parlent avec des images, il faut aller à Perpignan au 30e festival international du photojournalisme.

Deux à l’infini

Deux adultes, retrouvant le livre de leur enfance, « jouent à l’Iliade » dans un grenier, avec les moyens du bord. Une Iliade jouée par deux comédiens qui incarnent tour à tour héros et héroïnes, dieux et déesses, armées entières et mouvement de foule, on pourrait vanter le plaisir qu’elle donne, le rire qu’elle fait naître, l’émotion qu’elle suscite. Une Iliade d'après Homère, traduction de Jean-Louis Backès, mise en scène de Damien Roussineau et Alexis Perret, au Lucernaire, à Paris.

L’horreur, l’horreur

"L'horreur, l'horreur" : c'est par ces mots que s'achève la fameuse nouvelle de Conrad Le Coeur des ténèbres. C'est par ces mêmes mots qu'on pourrait introduire la très belle exposition que consacre la Maison européenne de la photographie à l'œuvre de James Nachtwey.

En attendant la fin

Poussière, de Lars Norèn, à la Comédie-Française. Photo © Brigitte Enguerand

#guide

 

Poussière, de Lars Norèn, à la Comédie-Française. Photo © Brigitte EnguerandNe manquez pas Poussière de Lars Norén qui se joue actuellement à la Comédie-Française. Dans un décor de ruines, Lars Norèn campe une dizaine de vieillards cacochymes qui attendent la fin, comme dans une pièce de Beckett. Pour tuer le temps, chacun d’eux se lance à tour de rôle dans un monologue drôle ou désespéré mais toujours très réjouissant. Le texte de Lars Norèen possède une force comique redoutable et on ressort de ce spectacle un peu éberlué. 

Gilles Pétel
Guide

Poussière, écrit et mis en scène par Lars Norén, à la Comédie-Française, salle Richelieu, du 10 février au 16 juin 2018.

  

Perrault creuse partout

"Dominique Perrault, la Bibliothèque nationale de France, portrait d’un projet 1988-1998". Une exposition est consacrée jusqu'au 22 juillet 2018 à cet architecte qui sonde "l’épiderme du sol" pour en extraire la "substance urbaine", ne cesse d'approfondir son architecture souterraine.