La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

L’espion aux sept maisons

L’espion aux sept maisons

Je découvre en lisant le livre de Louise Michel La Commune. Histoires et souvenirs une remarque intrigante : « Vaysset qui pour mieux conspirer avait sept domiciles à Paris ». Je n’ai jamais entendu parler du dénommé Vaysset, mais le fait qu’il ait eu sept domiciles me semble une exagération, même pour un espion versaillais et anti-communard. Je me dis qu’il doit s’agir d’une métaphore sortie de la plume merveilleuse de Louise Michel. Piqué quand même par la curiosité, je me rends au garage où se trouve l’étagère de ma bibliothèque contenant les livres sur la Commune et j’y recherche le nom de Vaysset… (Lire l’article)

L’écrivain que personne n’a lu

L’écrivain que personne n’a lu

L’écrivain mexicain Paco Ignacio Taibo II a fouillé dans sa bibliothèque. Il y a trouvé des livres du Russe Vladimir Bogomolov, jamais traduit en français. Personnage discret à la biographie mystérieuse, Bogomolov, mort à Moscou en 2003, est entre autres l’auteur de Ivan, la nouvelle qui a inspiré le premier film d’Andreï Tarkovski. (Lire l’article)

Rodolfo Walsh en 36 vignettes (17-36)

Rodolfo Walsh en 36 vignettes (17-36)

Tu écris, Rodolfo, en 1968 : “Je suis le premier qu’il faut convaincre que la révolution est possible. Et c’est difficile à un moment de reflux total, où s’accumulent pour moi de façon catastrophique le projet bourgeois (le roman) et le projet révolutionnaire (la politique, le journal, etc.).”

Rodolfo Walsh en 36 vignettes (1-16)

Rodolfo Walsh en 36 vignettes (1-16)

Une drôle de note, glissée entre les cahiers saisis par la dictature peu avant ta mort, dit ceci :  “On m’appelle Rodolfo Walsh, quand j’étais enfant, je n’arrivais pas à trouver ce nom convaincant, je me disais par exemple qu’il ne m’aiderait pas si je voulais devenir président de la République.”  (Lire)