AccueilPascal

Étiquette : Pascal

The Dead Don’t Die

La question des morts-vivants est rarement abordée par les philosophes, qui préfèrent à tort des sujets plus sérieux comme celui des preuves de l’existence de Dieu ou du progrès de l'humanité. Les morts-vivants nous offrent pourtant un miroir à peine déformant de notre humanité. Nous nous reconnaissons en eux : leur avidité, leur férocité, leur absence de scrupules, leur ignorance de tous principes moraux, leur agitation permanente nous sont familiers. Et s'ils ne connaissent aucune limite, c’est parce qu’ils ignorent l’angoisse de mourir. (Lire l'article)

La folie ordinaire

Jérôme Bosch, La Nef des fous (détail)

Il est aujourd’hui à la mode d’être contre. Il y a quelque temps, une chanteuse en vogue déclarait qu’elle était contre le Sida. Une autre fois, une écrivaine de renom se disait contre la guerre. Les Gilets jaunes sont contre le gouvernement, contre Macron, contre le capitalisme et accessoirement contre les banques qu’ils brûlent et contre le Fouquet’s qu’ils saccagent. Les Anglais sont contre l’Europe. D’autres sont contre le réchauffement climatique. D'autres encore contre la souffrance animale. Mais si beaucoup savent vaguement ce qu’ils ne veulent pas, peu connaissent ce qu’ils désirent. (Lire l'article)

« Una cosa mentale »

Una cosa mentale © Gilles Pétel

La joie n’est pas un refus du monde tel qu’il est, c’est-à-dire bien souvent pénible et quelquefois effroyable. Elle n’est pas le produit d’une illusion qui verrait, comme le dit la chanson, "la vie en rose". Elle n’est pas enfin un aveuglement. La joie au contraire s’éprouve en connaissance de cause. C’est en ce sens que Rosset peut écrire que la joie de vivre se laisse le mieux appréhender en "l’absence de tout motif raisonnable". Il n’y a en somme guère de motifs de se réjouir et nous sommes pourtant bien heureux de vivre. (Lire l'article)

Comédie à Hollywood

Après avoir habitué les spectateurs à se délecter de comédies à la fois plates et bien pensantes, voilà qu’Hollywood nous offre aujourd’hui une comédie d’un tout autre genre, plus épicée, plus violente, moins morale que celles qui nous étaient habituellement servies, mais qui connaît d’ores et déjà un vif succès. L’affaire Harvey Weinstein a en effet tout d’une comédie si l’on veut bien admettre que la répétition est un des ressorts principaux du comique comme le remarque Bergson dans Le Rire. (Lire l'article)

Engagez-vous, rengagez-vous…

La bande dessinée a souvent été engagée au cours de son histoire, soit en présentant des récits qui prenaient ouvertement parti dans les événements contemporains, soit en cherchant à apporter une lecture critique de son époque. Mais l’engagement est une notion plus large, chaque individu étant embarqué malgré lui dans l’aventure qu’il partage avec ses semblables. Les traces de l’engagement actif ou passif sont ainsi sensibles dans les grandes œuvres dessinées, tout auteur se trouvant, consciemment ou non, immergé dans une situation qui le dépasse et avec laquelle il doit composer. (Lire l'article)