La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Gilles De Coninck
Nietzsche, Lou et Rée

Nietzsche, Lou et Rée

En 1882, Paul Rée présente Lou von Salomé à Nietzsche. Le coup de foudre est immédiat. Très vite les trois compères envisagent une vie commune. Leur correspondance, dont nous publions quelques fragments, témoigne de la confusion des sentiments qui règne entre eux.
Schopenhauer et la ruse de l’espèce

Schopenhauer et la ruse de l’espèce

C’est sans doute à Francfort que Schopenhauer fit la connaissance de celle à qui il s’adresse avec fougue dans cette lettre qu’il n’envoya jamais.
Hegel et la loi du cœur

Hegel et la loi du cœur

“Pauvre petite quetsche ! Au lieu de me haïr, tu devrais me remercier car je suis celui qui t’a permis de te débarrasser de ta première certitude”, écrit Hegel dans une lettre qui reste la seule trace de la liaison tumultueuse qu’il entretint avec une jeune femme de Iéna. 
Kant et son valet Lampe

Kant et son valet Lampe

« Il faut donc admettre que les relations entre hommes sont préférables à la masturbation et considérer que la sodomie reste le premier impératif catégorique »: un texte inédit et sulfureux de l’auteur  des Fondements de la métaphysique des mœurs.
David Hume et l’être venu d’un autre monde

David Hume et l’être venu d’un autre monde

“Ici la règle semblait être de se faire branler par deux matelots sans le sou” : surprenante conclusion d’une page inédite du Traité de la nature humaine, où le philosophe imagine des expériences à l’appui de ses hypothèses.
Diderot et Sophie Volland

Diderot et Sophie Volland

« Je brûle de vous prendre dans mes bras, je vous baise si tendrement ma chère et bonne Sophie… » Les lettres de Diderot à Sophie Volland sont connues, mais cette missive inédite jette une nouvelle lumière sur la nature exacte de leurs relations.
Jean-Jacques et Maman

Jean-Jacques et Maman

Les liens unissant Madame de Warens à Jean-Jacques Rousseau et Claude Anet, ses deux jeunes protégés partageant sa vie aux Charmettes, sont connus. Mais cette page inédite de l’auteur des Confessions les détaille avec une sincérité remarquablement explicite.
Pascal face à lui-même

Pascal face à lui-même

« La folle du logis pénètre mes songes et me contraint de forniquer dans des bras que je ne peux étreindre » : des pages inédites des Pensées tendent à prouver que, contrairement aux idées reçues, Pascal a bel et bien eu une vie sexuelle…
Spinoza et Mademoiselle

Spinoza et Mademoiselle

Une jeune fille de la bourgeoisie d’Amsterdam a-t-elle harcelé Spinoza à coups de lettres enflammées ? Oui, à en croire la réponse –inédite– du philosophe, qui lui indique comment atteindre la béatitude…
Descartes et la princesse Élisabeth

Descartes et la princesse Élisabeth

“Ne m’en voulez point si j’ai failli…” Une lettre inédite de Descartes à la princesse Élisabeth met quelque peu à mal l’image vertueuse de l’auteur des Méditations.
Montaigne et La Boétie

Montaigne et La Boétie

Dans un manuscrit longtemps inédit, Montaigne se risque à quelques confidences sur l’amitié d’homme à homme. On y voit un esprit audacieux évoquer librement les amours interdites, mais aussi un homme prudent.
Augustin et Monique

Augustin et Monique

Où notre chroniqueur fait main basse sur une lettre dans laquelle saint Augustin confie son amour à sa mère, Monique : “Qui saura donner un nom au trouble que j’éprouve quand ma mémoire ravive l’image de mes premières années…”
Épictète et la Romaine

Épictète et la Romaine

Où Épictète se souvient d’une Romaine riche et sévère : « Il est vrai, me demanda-t-elle, que les disciples de ta secte sont insensibles à la douleur ? » Épictète, insensible ? Quelques recherches dans les archives de Salt Lake City tendent à prouver le contraire…
Epicure et Léontion

Epicure et Léontion

Où Épicure écrit à la belle Léontion, courtisane et philosophe, et s’en prend vivement à Platon qui « a écrit tant d’inepties à propos de l’amour […] peut-être parce qu’il ne bandait pas assez pour remplir son tonneau des Danaïdes »…
Socrate et Alcibiade

Socrate et Alcibiade

Découverte d’une page inédite de Platon qui montre un Socrate ayant bien du mal à résister aux avances insistantes du fougueux Alcibiade. Le père de la philosophie avait donc d’abord écrit une toute autre fin pour son célèbre Banquet.
Vive la République !

Vive la République !

Il était presque dix-huit heures quand la tête du cortège a atteint la place de la Bastille. Un ministre nous attendait. Après avoir félicité vivement les fiertés transgenres pour la beauté de leur char, il a tenu un discours : “Transgenres, travestis, gays, lesbiennes, fétichistes de tous poils, la République est heureuse de pouvoir vous accueillir en son sein.” Dont acte. (Lire le texte)