La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Chroniques
Choses revues, Détournements

Pugilat sous la coupole

Hier soir, un groupe de Plompistes s’étaient réunis pour fêter joyeusement la fin de l’année anniversaire de la naissance de leur “héros” Iphigénin Plomp (1771-1857) quand a surgi une bande de Plompiens éméchés et vindicatifs.
Mot à mot

Drelin-Drelin

Drelin-Drelin, bientôt Noël. Prétexte pour un petit voyage sur la planète des onomatopées. Avec des escales inattendues. Ainsi, quel rapport entre toc toc toc et Jair Bolsonaro, le président brésilien ? Attention, une onomatopée peut en révéler une autre.
Charlie Chaplin, Les Temps modernes. Une chronique de Gilles Pétel
Diogène en banlieue

Manif à l’Élysée

Aidé par un vent mauvais, l’incendie avait ravagé les trois quarts du lycée. Les élèves ainsi que leurs professeurs furent contraints à nouveau de prendre des vacances. Les contractuels étaient discrètement licenciés, les personnels techniques affectés dans d’autres établissements. Quatre semaines plus tard, nous emménagions dans des containers installés en hâte au milieu de nulle part. (Lire l'article)

Métropolitain
Mot à mot

Accident voyageur

La langue de bois est à la fois rigide – normal, c’est du bois – et serpentine : elle zigzague entre les mots ne va jamais droit au but. Elle n’appelle pas un chat un chat, comme on dit. Sa fonction est de ne pas dire les choses comme elles sont.
An irish story, spectacle de Kelly Rivière au théâtre de Belleville
Le coin des traîtres, Théâtre, Traduction

Kelly Rivière remonte à la source

À partir d'un secret de famille – un grand-père irlandais disparu dont personne ne veut parler –, Kelly Rivière, seule en scène, offre une hilarante pièce intime solidement construite. Dans sa quête des origines, elle passe sans cesse d'une langue à l'autre, jusqu'à brouiller les repères, comme si les barrières linguistiques étaient emportées par le flux de son histoire. Une incertitude linguistique qui fait écho aux incertitudes d'un final qui laisse beaucoup plus de questions que de réponses. (Lire l'article)

Bernard-Marie Koltès, La noche justo antes de los bosques, traduit en espagnol par Fernando Renjifo, ed. Continta me tienes, 2018
Le coin des traîtres, Traduction

Traduire Koltès (La noche justo antes de los bosques)

Un texte pensé pour la scène se révèle bien souvent à la lecture aride ou incomplet, dépourvu de toute la créativité scénique qu’il convient de lui ajouter. Mais il existe des textes lumineux, qui jouissent de cette double nature, et qui son capable de transcender la page comme la scène. La pièce de Bernard-Marie Koltès, La Nuit juste avant les forêts, est l’une de ces œuvres dont la théâtralité et la valeur littéraire ne sont pas seulement inséparables mais se nourrissent mutuellement. Préserver cette dualité – ou cette unité – incestueuse à constitué l’une des difficultés majeures pour sa traduction en espagnol. (Lire l'article)

Julien Cabocel, Bazaar, L'Iconoclaste, 2018
Ordonnances littéraires

Masques et cordon sanitaire : Bazaar pour celui dont il ne faut pas prononcer le nom

La médecine, fût-elle littéraire, a ses limites. Quand la maladie est trop noire, trop contagieuse, trop périlleuse pour le staff et les patients, il n’est pas question de soigner, mais de mettre en quarantaine. Où ? À Bazaar, par exemple, dans ce lieu loin de tout, imaginé par Julien Cabocel et conditionné par les laboratoires L’Iconoclaste. Non contente de protéger le service, la Dr R. n’hésite pas à modifier la composition du médicament pour le rendre plus efficace. Espérons que le patient terriblement contagieux et extrêmement dangereux qui s’est présenté aux Urgences littéraires ne reviendra jamais. Pour lire cette ordonnance, il est recommandé de s’équiper d’un masque protecteur et de consulter aux premiers symptômes qui se présenteraient dans les 48 heures suivant la lecture. (Lire l'ordonnance)

Mollusque de Cécilia Castelli
Ordonnances littéraires

Mollusque de Cécilia Castelli, pour abréger les souffrances de Donald Trump (et les nôtres ?)

Toujours en convalescence et éloignée du service de médecine littéraire, le Dr. B. profite de son séjour en médecine traditionnelle pour parcourir la littérature burlesque et absurde. Après avoir attentivement examiné la notice de Mollusque, de Cécilia Castelli (Le Serpent à Plumes, 2019), elle suggère un diagnostic pour le cas énigmatique de Donald Trump, l’hyperréactif président des États-Unis qui semble souffrir d’une forme sévère de mollusquification incurable qui imposerait des décisions thérapeutiques radicales. (Lire l'article)

Kidults
Courrier du corps

The Kidults : “mascara, pourquoi ?”

L'idée formelle qui mène le burlesque des Kidults, c'est que tout se passe dans une salle de bains et que nous sommes à la place du miroir. Les sketches se déclinent en Vines de six secondes ou en formats plus longs sur Youtube. Deux couples de colocataires plus quelques guests entremêlent leurs cheveux, leurs brosses à dents et des dilemmes pataphysiques. La forme spéculaire est ultra-cohérente à l'époque. Que l'objectif de la caméra du smartphone soit notre nouveau miroir est une évidence. (Lire la suite)

Le coin des traîtres, Traduction

Mi declaración

Hommage à France Gall qui dans les années 60 chanta, entre autres, l'Amérique. Oui, mais quelle Amérique ? Et d'abord, c'est quoi, l'Amérique ? Un pays ? Un continent ? Un rêve ? Et comment la traduire ? Tout dépend de qui en parle. Tout dépend d'où on la regarde. Tout dépend de la façon dont on la fantasme. (Lire l'article)

Clément Rosset, Nice, 1980
La branloire pérenne

In memoriam Clément Rosset

Clément Rosset est mort à Paris le 27 mars 2018. Il avait 78 ans. Il est impossible de résumer une pensée qui s’est développée sur des dizaines d’années à travers de nombreux livres. On peut pourtant, comme Bergson nous y invite, soutenir qu’une pensée tourne toujours autour d’une intuition fondamentale. Pour Clément Rosset, cette intuition tenace était qu’il n’existait rien d’autre que ce que nous avons sous les yeux. C’est ce qui l’a conduit à s’opposer à toute forme de religion, qu’elle soit révélée ou politique. (Lire l'article)

Image d'illustration de la chronique "Cache-cache" © Jacqueline Phocas Sabbah
Mot à mot

Cache-cache

La règle est simple : plusieurs personnes se cachent, une autre doit les découvrir. Mais imaginons un jeu de cache-cache où TOUS les joueurs se cacheraient. C'est ce qui nous pend au nez avec le port du masque-cache-col, nouvel accessoire de mode que nous ne quittons plus.
Choses revues, Détournements

Mort d’un consonantiste

Le monde de l'édition perd en la personne d'Aimé Oiseau un de ses représentants les plus singuliers. Toute sa vie, il aura défendu l'écriture consonantique, ne récoltant souvent que l'incompréhension, voire l'hostilité, de ses professeurs d'abord, puis de ses pairs. 
“Eparse” de Lisa Balavoine, J.C.Lattès, 2018. Une ordonnance littéraire de Nathalie Peyrebonne
Livres, Ordonnances littéraires

Éparse pour Nadine Morano

En ce début d’année 2018, le service de médecine littéraire rouvre ses portes après quelques mois d’inactivité, et force est de constater que le cas de celle qui a été notre première patiente est loin d’être réglé. Morano, c’est du lourd, de l’épais, du sérieux. N’empêche, nous n’avons pas vocation à ne soigner que les petits bobos, la médecine de confort n’est pas forcément à dénigrer mais les pathologies lourdes exigent toute notre attention. Nous avons donc décidé de reprendre le cas de cette patiente bien connue de nos lecteurs. (Lire l'article)

Livres, Ordonnances littéraires

Arnaud Friedmann pour madame Nicole B., agent comptable d’une université française

Ils résistent, ils résistent, les personnages d’Arnaud Friedmann, et il leur faut pour cela une foi hors du commun, celle peut-être que vous n’avez plus, madame Nicole B., pour écrire des épître aussi incompréhensibles, ravagées de fautes et de bêtise. Lisez donc La Vie secrète du fonctionnaire, d’Arnaud Friedmann (JC Lattès). (Lire l'article)