Auteur : Chiara Montini

Entre écriture et traduction : la langue étrangère d’Elena Ferrante

“Les beaux livres sont écrits dans une sorte de langue étrangère”, affirmait Proust. Étrangement, cette phrase pourrait s'appliquer à la littérature d'Elena Ferrante, plus étrangère qu'il n'y paraît : elle brouille les pistes en rendant troubles les confins entre traduction et écriture. Ferrante, en effet, traduit le napolitain dans une langue apparemment incolore, inodore, surveillée, voire étouffée. Mais l'effacement du napolitain le rend plus présent que jamais. (Lire l'article)

Cannibalisme et traduction : Dmitri Nabokov traducteur de Vladimir Nabokov

Dmitri Nabokov fut l’un des traducteurs les plus assidus de l’œuvre de Vladimir Nabokov. Et cela non seulement du vivant de l’auteur : Dmitri sera un exécuteur testamentaire inspiré. Inspiré par son père lui-même qui, à ses dires, l’accompagna toujours, en lui soufflant les bonnes décisions à prendre. L'occasion d'aborder sous l'angle des rapports père-fils la question de la traduction ou, plus précisément, du cannibalisme en traduction. (Lire l'article)