La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Sur les traces des Camisards
par Thomas Gayrard 

Réalisateur amoureux des Cévennes et fasciné par son Histoire, me voici chargé par France 3 de faire un documentaire sur les Camisards : au début du XVIIIe siècle, ces protestants de la région, paysans ou artisans animés d’une foi mystique et menés par des prophètes-guerriers charismatiques, menèrent une guérilla sans merci contre l’armée du Roi-Soleil, pour réclamer leur liberté de culte et de conscience… Défenseurs d’une minorité religieuse protégée plus tard par la Révolution et la “laïcité à la Française”, mais aussi coupables de massacres, les Camisards nous lancent un défi d’actualité : fous de Dieu ou héros de la liberté ? À travers paysages des Cévennes et documents d’archives, interviews de spécialistes et œuvres de reconstitution, je veux faire connaître cette grande épopée tragique. Et écrire ici le carnet de bord d’une telle aventure, partager à la fois cette page oubliée de notre roman national, et tout le processus de création destiné à relever un défi de cinéma, 45 ans après la fiction mise en scène par René Allio : comment filmer l’Histoire – donner à voir et à entendre ce qui n’est plus ? Et comment filmer le territoire qui la porte ?

Filmer un territoire : les Cévennes, pays-palimpseste

Filmer un territoire : les Cévennes, pays-palimpseste

Dans ce spectaculaire monument de schiste, de calcaire et de granit que constituent les Cévennes, s’est déposée aussi par strates toute une geste des hommes, les mémoires mêlées des camisards, des maquisards, des Celtes… Alors, comment donner à voir le territoire, quand il est une telle puissance de l’espace et du temps ? Comment faire entrer, dans le format 1.85 du cadre et les 52’ du programme, les milliers de kilomètres carrés et d’années passées qui font un lieu ? (Lire l’article)

Tout est scène

Tout est scène

“Tu as déshonoré la mémoire de mes ancêtres !” C’est ainsi qu’un éminent protestant cévenol a interpelé Lionnel Astier, auteur de La Nuit des Camisards, spectacle joué en nocturne et en extérieur, sur la soirée où commence la Guerre des Cévennes. Alors, pourquoi tant d’ires ? La fiction de théâtre n’a-t-elle pas droit de heurter l’Histoire et la Foi ? La pièce pose d’abord la question de la fiction, de la liberté qu’elle prend avec le réel. Le réel, Lionnel Astier revendique de lui infliger les outrages du créateur… (Lire l’article)

Tout est signe

Tout est signe

Il y a, entre la foi et le cinéma, entre le mystique et le réalisateur, plus de correspondances qu’on ne croit. Le temps et l’espace prennent soudain une densité nouvelle, comme chargée de vibrations, d’évènements qui font avènements. Ces coïncidences dont le réel fait la bonne surprise à une équipe de tournage, notre infatigable guide et conseiller historique, Henry Mouysset, les résume d’une formule ironique reprise aux Camisards : “c’est un signal de l’Éternel”. (Lire l’article)

Résistant, participe présent

Résistant, participe présent

Comment filmer le Désert, quand c’est un trou tout noir ? En l’occurrence, la grotte du Péras, une cavité bien cachée parmi les chênes verts d’une colline de Mialet, assez grande pour accueillir des centaines de croyants en manque de la parole de Dieu. La veille du jour de Noël 1687, ils vinrent des alentours, et de bien plus loin, pour écouter la liturgie sous la voute même où des hommes préhistoriques ont laissé leurs traces. Comment donner à voir ce temple réinventé dans la roche néolithique, quand le matériel manque pour rendre visible tout le volume, quand sa perspective s’écrase ou s’efface sous le halo de la minette (petit projecteur accroché à la caméra) ? (Lire l’article)

La mémoire des morts, champ de batailles et théâtre d’ombres

La mémoire des morts, champ de batailles et théâtre d’ombres

L’Histoire est écrite par les vainqueurs. Celle-ci fut peinte par un enfant des vaincus. La Guerre des Cévennes, commencée en 1702, s’achève officiellement en 1704, en réalité un peu au-delà, par la mort ou l’exil des “soulevés”. Un homme s’est donné pour mission de faire revivre les ombres. Il s’appelle Samuel Bastide (1879-1962), c’est un artisan photographe natif de Saint-Jean-du-Gard, et pour tombeau à ses ancêtres, il leur fabrique une boîte et leur trace des vitraux : son monument aux disparus, ce sont des peintures sur verre projetées par une lanterne magique. (Lire l’article)

Prologue amoureux: comment commencent les histoires

Prologue amoureux: comment commencent les histoires

Il y a vingt ans, je montais en Cévennes, selon l’expression consacrée – c’est à la fois au Nord, et plus en altitude que mon Midi natal – pour repérer le décor d’un court métrage. Je cherchais alors un “mas”, que j’avais imaginé dans les garrigues de la plaine où j’ai poussé, entre Nîmes et Montpellier. Mais un ami poète et philosophe de la famille m’indiqua la ferme d’un ami, au cœur de cet arrière-pays, près de Barre-des-Cévennes. Je n’étais pas revenu dans le coin depuis l’enfance post-hyppie, et je n’en gardais que les souvenirs heureux mais confus des gardons de l’été, des châtaignes ou des champignons à l’automne. Ce fut une révélation, un coup de foudre. (Lire l’article)

À lire également

Une victoire peu honorable

Une victoire peu honorable

C’est au golf du Touquet, plus précisément au trou n°10 du parcours de la Mer, que j’ai fait la connaissance de l’écrivain anglais Pelham Grenville Wodehouse, Plum pour ses amis. La date:  juin 1935, si mes souvenirs sont exacts. Vu ce qui s’est passé par la suite, je le regrette…