La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Sécurité à table
| 18 Jan 2021
Faits divers, carnets mondains, nécrologies, publicités, potins et autres bruits du monde…

Vous souhaitez continuer à inviter vos amis à votre table, mais vous ne voulez surtout pas prendre ou leur faire prendre le moindre risque. Cet aspirateur de table, à la fois classique et non conformiste, est fait pour vous.


Covid'mag' janvier 2021Infiniment long et étonnament fin, avec sa silhouette élancée, son capot plat et sa poignée élégamment cintrée, le Covida Shooting appartient à cette catégorie d’aspirateurs de table tout à la fois classiques et non conformistes que l’on a perdu l’habitude de croiser sur nos tables. Un coup de crayon nerveux mais joliment amorti de la part de Guus Grappenmaker !

C’est la première fois que le célèbre de-signer se lance dans la réalisation d’un aspirateur de table haut de gamme. La catégorie, née il y a fort longtemps outre-Manche pour complaire aux lubies de gentlemen-farmer un peu snobs, est riche en paradoxes. Elle cultive une rare aptitude à captiver les esthètes touchés par son esthétique classieuse. On s’at-tendait à voir le très rigoureux designer s’aventurer un peu plus loin que ses concurrents sur le terrain des modèles de niche pour happy few, fussent-ils fortunés. Avec ce modèle au tarif plus que coquet (à partir de 999 euros pour un modèle de base, de nombreuses options étant proposées aux plus exigeants) , il ne nous a pas déçus !

Une fois lancé, le Covida Shooting taille sa route entre assiettes, plats, verres et couverts en toute quiétude, précis, mais – et c’est la seule critique que nous formulerions – légèrement pesant, il in-vite à conduire en souplesse. Tout s’y prête d’ailleurs, l’option à plusieurs vitesses à double embrayage lissant les accélérations toujours soyeuses de l’appa-reil.

Les virus sont emprisonnés dans le coffre galbé d’un volume utile limité à un demi-litre – pour des raisons esthétiques -, puis portés à une température létale de 60°. Votre table étant débarrassée de ces hôtes importuns, vous pouvez re-prendre en toute sécurité le cours de votre repas, en compagnie de vos amis rassurés.

On ne peut s’empêcher de ressentir une curieuse sensation de nostalgie antici-pée, tant il paraît évident que ce genre d’appareil ne sera bientôt plus – dans quelques semaines, quelques mois, qui peut le dire ? – qu’un témoignage élé-gant et racé du monde d’avant.

Le modèle d’entrée de gamme coûte 999 euros, les modèles avec options montent jusqu’à 2999 euros (Covida Shooting Prestige) Tous les modèles sont garantis 3 souches et 6 vagues !

Éléna Détrucq
Choses revues

 

Soutenez délibéré

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

Chants de Noël

Le toujours imprévisible Vladimir Poutine serait sur le point d’enregistrer des chants de Noël. Il serait accompagné par les Chœurs de l’Armée Rouge.

Bill Vuzay met la clim’

Dans un souci louable de réduire son empreinte carbone, c’est par téléphone que Bill Vuzay nous a entretenu de son nouveau projet ambitieux destiné à faire baisser les températures mondiales: installer des climatiseurs extérieurs.

Désillusion

Sale temps pour les sœurs Rosio, qui sur Spotify n’ont comptabilisé que deux écoutes le mois dernier… À quoi bon prêcher dans un désert peuplé d’incultes?

Une décision qui ne pas(tis)se pas

De nombreuses décisions ont été prises afin de réduire le gaspillage de l’eau dans les régions touchées par la sécheresse. La plupart d’entre elles ont été acceptées sans trop de résistance. Il y en a toutefois une qui ne passe pas…