AccueilChroniquesReprises d'Alain Robbe-Grillet

Catégorie : Reprises d’Alain Robbe-Grillet

Miroirs et cérémonies

L’une est une fidèle lectrice d’Alain Robbe-Grillet. L’autre est une lectrice passionnée de Catherine Robbe-Grillet. L’une a intitulé l’une de ses expositions d’après le titre d’un film d’Alain. L’autre a fait de Catherine un personnage important de son roman. Un intérêt commun pour le couple Robbe-Grillet en guise de point de départ d’une discussion foisonnante entre deux curatrices qui pensent l’écriture autant que l’exposition, font un usage jubilatoire de la référence interdisciplinaire, interrogent l’autorité du curateur, la dictature du white cube comme la démocratie dans l’exposition et lèvent un coin de voile sur leurs désirs d’expositions futures. (Lire l'entretien)

Jalousie tropicale

Membre fondateur de la Tropicool Company, Florian Viel travaille, à travers de nombreux médiums, sur un thème unique : les tropiques et la manière dont le regard occidental les perçoit. C’est en même temps qu’il lisait La Jalousie (Minuit, 1957) qu’il a conçu la Sculpture pour fenêtre ou sculpture pour observer discrètement la piscine de ses voisins, accompagnée d’une vidéo dans laquelle une voix off lit un extrait du roman d’Alain Robbe-Grillet. Un roman dans lequel il a puisé l’objet qu’allait reproduire la sculpture ainsi que la structure formelle de sa vidéo. Jusqu'au 8 juillet, Florian Viel présente une fresque intitulée Aperçu du sous-bois, dans le cadre de l'exposition "Sous les pavés, les arbres", au café Le Palmier d'Aubervilliers. (Lire l'article)

Pour une nouvelle architecture

Grand lecteur d’Alain Robbe-Grillet pendant des années, l’architecte Philippe Rahm l’a rencontré en 2006 après lui avoir commandé des textes pour accompagner son installation “Météorologie d’intérieur” (Canadian Centre for Architecture, 2006). Une collaboration fertile, sous la forme d’un exercice de subjectivité que l’écrivain a poursuivi dans la construction son dernier livre, Un roman sentimental.
(Lire l'article)

Topologie d’un imaginaire

Les artistes Pia Rondé et Fabien Saleil reviennent sur leur expo “Cité-Fantôme” et plus généralement sur leurs méthodes de travail et leurs sources d'inspiration. Le titre de l'expo était emprunté au roman Topologie d’une cité fantôme d’Alain Robbe-Grillet. La proposition d’une déambulation labyrinthique dans l’exposition, son érotisme latent et le vocabulaire géométrique dont est parcouru le discours des artistes ont invité à la regarder avec eux sous un prisme robbe-grilletien. (Lire l'article)