La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

délibéré mode d’emploi
par  
À nos (futurs) lecteurs [4]

À nos (futurs) lecteurs [4]

Après quelques mois d’adolescence, délibéré passera en 2016 à l’état adulte. Sa curiosité s’étendra bientôt à presque tous les champs de la culture. Cet état adulte sera une perpétuelle adolescence : délibéré est une revue critique qui entend privilégier les points de vue, les chemins de traverse, les fascinations, les fidélités, les choix délibérés. (Lire la suite)

À nos (futurs) lecteurs [3]

À nos (futurs) lecteurs [3]

délibéré avance et s’enrichit de nouvelles signatures : tous les jeudis, Arnaud Laporte propose son Bentô où il pratique le mélange des genres et met en correspondance des œuvres issues de différents horizons : au menu, littérature, théâtre, danse, musique, cinéma, arts plastiques… Un nouveau rendez-vous hebdomadaire qui s’ajoute aux chroniques déjà existantes. (Lire la suite)

À nos (futurs) lecteurs [2]

À nos (futurs) lecteurs [2]

Après des débuts sous le signe de la danse et du théâtre, délibéré ne se met pas entre parenthèses au mois d’août : Éric Loret publie chaque lundi un Courrier du corps ; le mercredi, c’est Footbologies, par Sébastien Rutés ; le samedi, Sciences du fait-divers par Édouard Launet. En attendant septembre et l’arrivée de rubriques inédites et de nouvelles signatures. (Lire la suite)

À nos (futurs) lecteurs [1]

À nos (futurs) lecteurs [1]

délibéré est en train de voir le jour autour d’une idée simple : inventer une revue culturelle critique, qui s’intéresse à tous les champs de la création – cinéma, théâtre, danse, musiques, livres, BD, photo, architecture, arts plastiques, arts de la rue, arts numériques, et toutes formes hybrides… – et privilégie les points de vue, les polémiques et les chemins de traverse. (Lire la suite)

À lire également

Galois du plus fort

Galois du plus fort

– Il me semble que nous disposons de nouvelles bases de nature, je l’espère, à nous permettre de résoudre nos problèmes en suspens. Qu’en dites-vous, Maître ?
– Oui, je le pense. Je vous félicite, vraiment bravo… Cependant…

10 – Pour lendemains de cuite

10 – Pour lendemains de cuite

Mal écrites, mal jouées, mal réalisées: ce sont les séries nanars. Il faut en voir quelques-unes pour mieux apprécier les autres. On ne va pas nécessairement jusqu’au bout de la première saison, ni même du premier épisode parfois, mais il est possible d’y prendre un plaisir pervers un lendemain de cuite…

La conteuse aux pieds nus

La conteuse aux pieds nus

« Une nuit à travers la neige » est adaptée de « L’Homme qui rit » de Victor Hugo par Ariane Pawin. Du conte, du théâtre-récit, du mime, de la peinture aussi grâce aux lumière de Marien Tillet. Et une petite forme qui n’a rien de mineure.