La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Rodolfo Walsh
par  

Il y a quarante ans, l’écrivain et journaliste argentin Rodolfo Walsh mourait dans une rue de Buenos Aires, tué par les soldats de la junte militaire. Le “Projet Walsh” lui redonne la parole. L’écrivain mexicain Paco Ignacio Taibo II lui rend hommage en 36 vignettes. Un portrait kaléidoscopique de l’auteur de Opération Massacre, considéré comme l’inspirateur du nouveau journalisme latino-américain.

Rodolfo Walsh en 36 vignettes (17-36)

Rodolfo Walsh en 36 vignettes (17-36)

Tu écris, Rodolfo, en 1968 : “Je suis le premier qu’il faut convaincre que la révolution est possible. Et c’est difficile à un moment de reflux total, où s’accumulent pour moi de façon catastrophique le projet bourgeois (le roman) et le projet révolutionnaire (la politique, le journal, etc.).”

Rodolfo Walsh en 36 vignettes (1-16)

Rodolfo Walsh en 36 vignettes (1-16)

Une drôle de note, glissée entre les cahiers saisis par la dictature peu avant ta mort, dit ceci :  “On m’appelle Rodolfo Walsh, quand j’étais enfant, je n’arrivais pas à trouver ce nom convaincant, je me disais par exemple qu’il ne m’aiderait pas si je voulais devenir président de la République.”  (Lire)

À lire également

7 – Humour en format court

7 – Humour en format court

Les sitcoms, pour comique de situation, ne laissent guère aux dites situations le temps de se développer, ni aux intrigues celui de prendre de l’épaisseur. Tout ou presque est dans des dialogues à la mitraillette. Est-ce pour autant un genre mineur dans le monde des séries?

Mr Cross vous absoudra

Mr Cross vous absoudra

[Ex Machina #22] Je vais te rassurer : tu n’as pas un problème, mais deux. Au moins. Et mieux valent deux problèmes relativement indépendants, abordables avec un peu de chance chacun de son côté, qu’un gros sac de nœuds où tout est lié à tout, non ?

Disparaître

Disparaître

La chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours dresse sa silhouette sombre, longiligne et pointue au sommet de la falaise du Pollet qui domine Dieppe, surplombe le port et la mer.