Iphigénin Plomp, précurseur de l’art du collage

Faits divers, carnets mondains, nécrologies, publicités, potins et autres bruits du monde…

On date souvent l’origine de l’art du collage au début du XXème siècle, on l’associe au cubisme et au dadaïsme. Pourtant, certains artistes utilisaient déjà cette technique dès la fin du XVIIIème siècle ! Iphigénin Plomp, plus connu comme peintre animalier et pour ses réflexions fantaisistes – que nous redécouvrons peu à peu grâce aux recherches de « plompistes » acharnés – en était friand. Les quelques exemples conservés à la Bibliothèque Nationale en font foi. Nous avons eu la chance de pouvoir les consulter. Leur état étant malheureusement particulièrement dégradé, nous avons obtenu l’autorisation d’en photographier plusieurs et dû procéder ensuite à un véritable travail de reconstitution. Si les images perdent un peu de la fraîcheur des originaux, elles gagnent en lisibilité.

L’exemple joint à cet article se moque de la mode apparue à la cour en 1774 des coiffures extravagantes crées par le coiffeur Léonard-Alexis Autié, en lien avec Rose Bertin, la « Ministre des modes » de la reine Marie-Antoinette. La première coiffure de ce type fut nommée « Pouf sentimental » et portée par la duchesse de Chartres à l’opéra. Dès lors, la mode fait fureur, tous les motifs y passent, les perruques peuvent peser 5kg et atteindre un mètre de haut ! En 1778, « Monsieur Léonard » crée la perruque dite « à la Belle-Poule » en référence au combat du 17 juin 1778 consacrant la victoire d’un navire français sur la marine anglaise*. Ce sont des gravures représentant de tels modèles qu’Iphigénin Plomp s’est amusé à détourner.

Choses revues

*Toutes ces informations sont puisées – et à retrouver – dans l’article : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pouf_(coiffure)