La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Les choix de délibéré – 21 déc. 2016
| 20 Déc 2016

LIVRES

On ne meurt que plein de fois

Booming, de Mika Biermann, éditions AnacharsisLes westerns en littérature sont nombreux. Celui-là est décalé, surprenant et quantique. Un petit gros et un grand maigre arrivent dans une ville de l’ouest américain où personne ne va. Un duel s’y déroule. Mais la balle mortelle est figée dans l’air. Les putes comme le shérif sont statufiés. Comme de pierre. Il y a quelque chose à voir avec le temps qui passe de totalement détraqué dans ce coin de poussière. Un truc qui coince et se débloque, qui recoince et empêche de se tuer normalement. LB

Booming de Mika Biermann, Éditions Anacharsis, 15 euros

 

Constance Guisset, le tourbillon du design

Constance Guisset Studio, éditions Infolio/Mudac, 2016Il a accompagné son exposition “anima” présentée au Mudac de Lausanne, mais ce n’est pas qu’un catalogue. Beaucoup d’objets y tourbillonnent, de la lampe Vertigo aux papiers de la scénographie du Funambule d’Angelin Preljocaj. Les mots, de la fiction à la poésie, se bousculent pour définir le rond, l’abstrait, la couleur, la délicatesse… Grâce au graphisme d’Agnès Dahan, à des invités comme l’écrivain Eric Reinhardt, la designer Constance Guisset éclaire en prestidigitatrice son petit monde et le travail de son studio. Dans un beau livre qui s’envole au-dessus du design tout en plongeant dans ses dessous. AMF

Constance Guisset Studio, éditions Infolio/Mudac, 35 euros.

 

Quand Lausanne s’est réveillée jardin

Landing Gardens, Lausanne Jardins 2014, Christophe Ponceau, Adrien Rovero, art & fictionOn arpente d’abord la ville suisse qui n’est constituée que de pentes”. On resitue bien les 30 étapes de Landing, Lausanne Jardins 2014, festival qui a transformé la ville en laboratoire végétal pendant quatre mois. Dans un ouvrage en trois cahiers distincts, le paysagiste Christophe Ponceau et le designer Adrien Rovero, commissaire de cette manifestation, retracent la genèse des projets. Semant, de textes en photos, de belles traces durables à ce que furent ces folies éphémères de créateurs : pépinière en transit, gazon gonflé à bloc, ou parking jardin. AMF

Landing Gardens, Lausanne Jardins 2014, Christophe Ponceau, Adrien Rovero, art & fiction, 30 euros.

 

SÉRIES TV

Pudding

Résumons : Downton Abbey, c’est bel et bien fini hélas, et la série spin-off de The Good Wife n’a pas encore commencé (c’est pour février prochain, sous le titre The Good Fight). Alors pour se consoler et pour patienter, il reste The Crown, la série de Netflix sur The Queen Elisabeth II. Il y a de beaux costumes et de bien belles images, des histoires d’amour contrariées et des dilemmes cornéliens dans chaque coin de château. C’est léger comme de la chantilly et ça se digère pareil. Après chaque épisode, on tend son assiette pour un petit rab tout en sachant qu’on va le regretter. Sinon, dans un genre diamétralement opposé, il y a la saison 7 de Shameless, où l’on pisse et où l’on vomit dans une parfaite alacrité. EL

The Crown, Netflix
Shameless, Canal + Séries

0 commentaires

Dans la même catégorie

La bande sauvage

Où sont ces mystérieux cavaliers, ces Rimbaud de la roue, l’haleine chargée de haschich et les yeux clignotants comme s’ils venaient de traverser le désert avec un savoir secret, où sont-ils maintenant ? Les poètes d’antan ou de demain, où sont-ils passés ?

Haut les masques

Le festival  toulousain L’histoire à venir s’interroge, pour sa quatrième édition, sur les “usages du faux”. Avec des universitaires, des écrivains, des traducteurs, des scénographes. À suivre sur Youtube…

Amélie Nothomb divine sur Audible

Déjà connue pour ses romans à succès, Amélie Nothomb se lance dans une série audio autour des mythologies du monde entier. Cette série en 11 épisodes intitulée La Divine Comédie sera bientôt disponible sur la plateforme Audible.

Lettre d’adieu pour aller nulle part

Pas un seul visage heureux le long de mes six kilomètres de marche quotidienne. Chercher à manger, c’est la spécialité nationale. Ça l’a toujours été, en dehors de quelques trêves, et encore.