La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Lyrique maintenant
| 16 Juil 2019

#guide

 

« Vous n’avez pas affaire à des tableaux
mais à des oeuvres qui se relisent. »

« Laisser l’aujourd’hui
s’installer dans le spectacle. »

Ces deux phrases, empruntées à la note d’intention de Christophe Honoré, metteur en scène de Tosca au Festival international d’art lyrique d’Aix-en-Provence, pourraient tout aussi bien servir d’exergue à l’ensemble de l’édition 2019 lancée, sous l’impulsion de Pierre Audi, son nouveau directeur, sur la route de l’avenir.

Tosca de Puccini – mise en scène Christophe Honoré – direction musicale Daniele Rustioni – Festival d’Aix-en-Provence 2019 © Jean Louis Fernandez

Tosca de Puccini – mise en scène Christophe Honoré – direction musicale Daniele Rustioni – Festival d’Aix-en-Provence 2019 © Jean Louis Fernandez

Parce que seuls les assis croient que l’opéra est un art rassis. Parce que la voix n’est pas un monument que l’on adore mais une matière que travaille Wolfgang Rihm dans Jakob Lenz. Parce que la technologie est tout sauf un truc pour épater mais un nouvelle flèche à l’arc du spectacle total dans Blank out, opéra de chambre pour soprano, baryton choeur et film 3D, de Michel van der Aa. Parce que la politique, quand on écrit un opéra en hébreu en 2018, se niche quelque part entre un son électro et le quart de ton d’un mélisme oriental (Les Mille endormis). Parce que non, toutes les places ne sont pas hors de prix, pour la danse levée par Romeo Castellucci au sein du Requiem de Mozart – et tout à coup il devient évident qu’il faut danser toutes les messes. Parce que c’est un bonheur non pas de retrouver Tosca mais de la voir par-dessus l’épaule de Christophe Honoré qui la lit aujourd’hui tout rempli de ses mémoires d’opéra. Parce que la voix, on ne sait jamais si. Parce que c’est maintenant. Parce que l’opéra est une aventure.

Sophie Rabau
Guide

Festival international d’art lyrique d’Aix-en-Provence, jusqu’au 22 juillet 2019.

Jakob Lenz de Wolfgang Rihm - Mise en scène Andrea Breth - Direction musicale Ingo Metzmacher - Festival d’Aix-en-Provence 2019 © Patrick Berger / artcompress

Jakob Lenz de Wolfgang Rihm – Mise en scène Andrea Breth – Direction musicale Ingo Metzmacher – Festival d’Aix-en-Provence 2019 © Patrick Berger / artcompress

0 commentaires

Dans la même catégorie

Park Plaza

Ce jour-là, j’étais avec Thelonious et Charlie dans la voiture de Nica. Elle avait un coupé Bentley gris argent décapotable avec intérieur et capote rouges : la grande classe. Nous étions partis de New York pour descendre à Baltimore…

It’s All Over Now

Sarcelles, extérieur jour. Sur le parking d’un hypermarché, deux hommes sont assis sur les sièges avant d’une Ford Fiesta rouge. L’un d’eux roule un tarpé surdimensionné. Lent travelling avant vers les deux passagers.
L’un (enlevant subitement de ses lèvres le pétard qu’il était sur le point d’allumer).– Eh, je la vois maintenant ! Ça se rapproche vite, dis donc.
L’autre.– Ben j’imaginais pas du tout les choses comme ça. Je voyais quelque chose de plus spectaculaire… (Lire la suite)

The Pusher

Cinq petits mois après le début de l’année, l’Europe a déjà pêché plus de poissons et coupé plus d’arbres que ce que les océans et les forêts sont capables de produire en un an, et elle a émis plus de carbone que ce que la nature est capable d’absorber. Si le monde entier vivait comme les Européens, il faudrait quasiment trois planètes pour subvenir aux besoins de l’humanité… (Lire l’article)

Black is Black

Ceux qui sont nés dans les années 80 ont intégré dès le berceau le concept de crise. Ils ont vu le jour dans la crise, ils ont appris très vite que la crise serait leur unique horizon, ils ont été des enfants puis des adultes de la crise. Mais aujourd’hui c’est pire. Maintenant les maternités grouillent d’enfants de la fin du monde. Ces poupons-là viennent de débarquer sur une planète qui court à sa fin, ils sont programmés pour l’autodestruction, la fin du monde est leur unique horizon. (Lire l’article)