La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Joan Baez, une voix pour un au revoir
| 20 Mar 2018

Une voix, un combat, un cœur… Et soixante ans de carrière. En fait, tout le monde connaît Joan Baez. Et si, après Paul Simon et Elton John, elle vient de décider de mettre un terme à ses longues tournées, la diva du folk n’a pas dit son dernier mot. « J’arrête les tournées mais pas la scène », déclarait-elle dans une récente interview. À 77 ans, la chanteuse qui partageait la scène avec le jeune Dylan au début des années soixante présente un nouveau disque studio, Whistle down the wind, album qu’elle va promouvoir dans sa tournée d’adieu. Il s’agit d’un recueil de reprises pour cette militante de la première heure aux côtés de Martin Luther King, toujours engagée dans les luttes pour les droits civiques. Sa dernière campagne en date soutenait les Indiens du Dakota. Tom Waits, Joe Henry, Mary Carpenter sont au programme de cet album, le premier depuis 2008.

Cela fait un moment qu’elle songe à ralentir ses tournées. Sa mère, décédée en 2013 à l’âge de 100 ans, lui avait finalement dit : « Maintenant tu peux. Tu en a fait assez ! ». Sa voix de soprano reconnaissable entre toutes est en train de changer. « Je ne peux plus atteindre certaines notes, expliquait-elle récemment au New York Times. La voix c’est un muscle et je dois travailler de plus en plus dur aujourd’hui. »

Désignée par Amnesty International « Ambassador of Conscience » il y a trois ans, Joan Baez continue ses manifestations de soutien à la cause progressiste. En janvier dernier, Joan, née à Puebla de père mexicain et de mère écossaise, s’est rendue en Californie pour commémorer l’accident d’avion de Los Gatos Canyon qui avait fait 32 victimes en 1948 avec à bord 28 Mexicains dont les noms n’ont jamais été donnés. Elle y avait chanté « Deportee » de Woody Guthrie, chanson qui raconte cette tragédie. « Je n’arrêterai jamais d’aller à ce genre de manifestations. S’il y a un appel contre la guerre, contre les armes ou n’importe quel festival où je n’ai jamais chanté, j’irai. »

Depuis une dizaine d’années, la chanteuse s’est tournée vers la peinture et le portrait. « Je n’ai jamais imaginé faire ça un jour. Mais je vais m’asseoir et me taire un moment. Et c’est la chose la plus difficile à faire. »

Dino Di Meo
Musique

Joan Baez, Whistle down the wind, Bertus France/Proper Records.

En concert du 4 au 17 juin à Paris à l’Olympia. Le 12 août au festival Jazz in Marciac.

 

EnregistrerEnregistrer

0 commentaires

Dans la même catégorie

Un opéra, c’est une vie

L’opéra, c’est une vie, mais beaucoup plus vivante que notre banale vie, une vie en relief et en je ne sais combien de dimensions: sonore, visuelle, vocale, pneumatique –ça respire–, olfactive – votre voisin s’est parfumé–, tactile – la peau du chanteur dans sa voix, le mur de ce décor…

Clichés et contre-clichés (lieu commun)

Chaque nouvelle édition du festival d’Aix-en-Provence apporte dans son sillage une nouvelle rhétorique de la note d’intention. Cette année, le cliché est à la mode, ou plutôt la chasse aux clichés. Mais que penser des contre-clichés du Moïse et Pharaon de Tobias Kratzer?

Débats lyriques (où le naturel revient au galop)

À l’opéra comme ailleurs, les débats font rage: on se dispute, on s’affronte, on s’écharpe. Et voici que revient sur l’avant-scène la très sérieuse question du black face, qui est une autre manière de parler de nature et d’artifice.

Chassez le naturel, il s’en va en courant

Qui d’autre que Néron peut chanter comme une soprano? Mais alors quand, comment et pourquoi s’est-on avisé qu’en fin de compte les rois, dictateurs et pères cruels devaient chanter très bas comme des barytons, des basses, à l’extrême rigueur, des ténors?

Graves et romanée-conti

L’opéra Norma de Bellini était donné pour la première fois à Aix-en-Provence. Avec, pour interpréter Norma, la très aimée Karine Deshayes: une prise de rôle attendue. C’est ici que les choses se corsent, du moins en termes de voix…