Auteur : Hélène Quanquin

Donald Trump (eh oui)

Wendell Phillips © Hélène Quanquin, une chronique de l'Amérique à l'heure des élections présidentielles

Le 23 octobre dernier, le New York Times publiait la liste des “282 personnes, lieux et choses que Donald Trump a insultés sur Twitter”, depuis Barack Obama et Hillary Clinton jusqu’à l’opérateur de télécommunications T-Mobile et le Super Bowl, en passant par le Parti républicain. Le 8 novembre, Donald Trump recueille la majorité des grands électeurs et devient “President-elect” des États-Unis, le titre qu’il portera jusqu’au jour de son investiture. C'est ça, l'Amérique de Donald Trump. (Lire l'article)

Pocahontas

En 1614, Pocahontas, la fille du chef de la tribu amérindienne de Virginie des Powhatan, se convertit au christianisme et épouse le colon britannique John Rolfe, connu pour avoir introduit la culture du tabac en Amérique du Nord. En 1616, ils traversent l’Atlantique avec leur fils et voyagent en Angleterre pour faire la promotion de la toute nouvelle colonie de Virginie. En mars 1617, Pocahontas meurt d’une maladie inconnue. Elle est enterrée à l’église Saint-George, dans le Kent. En mars 2017, la British Library organisera à Londres une conférence à l’occasion du 400anniversaire de sa mort. (Lire l'article)

Mildred Loving

Le 11 juillet 1958, au petit matin, le shérif de Central Point en Virginie et ses deux adjoints s’introduisent dans la maison de Mildred et Richard Loving et les arrêtent pour avoir enfreint la loi de l’État qui interdit le mariage entre deux personnes de races différentes. Neuf ans plus tard, la Cour suprême des États-Unis déclare que les lois interdisant les mariages interraciaux sont contraires à la Constitution. Le 4 novembre 2016, Loving, qui raconte l’histoire de Mildred et Richard Loving, sort sur les écrans de cinéma américains après avoir été sélectionné à Cannes. (Lire l'article)

Bob Dylan

L'Amérique de Bob Dylan, par Hélène Quanquin

Enfant, Bob Dylan était toujours en train de courir. Il fugue pour la première fois quand il a 10 ans, part de la maison définitivement à l’âge de 18 ans pour s’installer à New York. “C’était comme si j’avais toujours été à la poursuite de quelque chose, quelque chose en mouvement – une voiture, un oiseau, une feuille qui s’envole – quelque chose qui pourrait m’amener vers un endroit mieux éclairé, une terre inconnue en aval”, écrit-il dans le premier volume de ses Chroniques, publiées en 2004. Lorsque l’un de ses profs lui dit que son fils a “la nature d’un artiste”, son père demande : “Un artiste, c’est pas un gars qui peint ?” Soixante ans plus tard, Bob Dylan est prix Nobel de Littérature. (Lire l'article)

Victoria Woodhull

L'Amérique de Victoria Woodhull, par Hélène Quanquin

En mai 1872, Victoria Woodhull déclare sa candidature à l’élection présidentielle. Elle n’a pas le droit de vote, et a deux ans de moins que l’âge minimal de 35 ans requis par la Constitution américaine pour devenir président.e des États-Unis. Comme candidat à la vice-présidence, elle propose le nom de Frederick Douglass, l’ancien esclave devenu abolitionniste, qui déclinera la proposition – il n’avait pas été consulté au préalable. Trois jours avant l’élection, elle publie un article dans lequel elle accuse le pasteur Henry Ward Beecher d’avoir eu une liaison avec la femme de l’un de ses meilleurs amis. Elle est arrêtée pour “obscénité”. (Lire l'article)

Bruce Springsteen

Le 6 décembre 2009, Bruce Springsteen reçoit le prix du Kennedy Center. Assis entre Mel Brooks et Michelle Obama, il rit aux éclats lorsque le comique Jon Stewart réécrit l’histoire de ses origines : “Je crois que Bob Dylan et James Brown eurent un enfant et qu’ils abandonnèrent cet enfant – comme vous vous en doutez, les relations interraciales entre personnes du même sexe étant ce qu’elles étaient à l’époque – ils abandonnèrent cet enfant sur le bord de la route, entre les échangeurs 8A et 9 sur l’autoroute du New Jersey. Cet enfant, c’est Bruce Springsteen”. L'Amérique de Bruce Springsteen, dont l'autobiographie est sortie le 26 septembre, c’est celle des origines. (Lire l'article)

Wendell Phillips

“Qu’elle soit enchaînée ou couronnée la liberté est toujours victorieuse.” Wendell Phillips © Hélène Quanquin

Le 5 juillet 1915, plus de 5000 personnes se massent dans le jardin public de Boston pour assister à l’inauguration de la statue en bronze de Wendell Phillips, œuvre du célèbre sculpteur Daniel Chester French, qui, quelques années plus tard, sera l’auteur de la statue imposante d’Abraham Lincoln à Washington, D.C. L’ouvrage, qui a coûté 20 000 dollars, a été commandé par la ville en novembre 1911, à l’issue des cérémonies du centenaire de la naissance de Wendell Phillips. Une citation de celui-ci surplombe la statue : “Qu’elle soit enchaînée ou couronnée la liberté est toujours victorieuse”. (Lire l'article)

Charles Whitman

Campus de l'Université du Texas, à Austin © Hélène Quanquin

Le 1er août 1966, un peu après 11 heures 30 du matin, Charles Whitman monte en haut de la tour qui domine le campus de l’Université du Texas à Austin, où il est étudiant-ingénieur. Pendant 96 minutes, cet ancien tireur d’élite dans les Marines tire sur toutes les personnes qui passent dans sa ligne de mire. Quelques heures plus tôt, il a tué sa mère et sa femme. Bilan : 17 morts, 32 personnes blessées. Charles Whitman vient de commettre le premier massacre sur un campus universitaire aux États-Unis, le premier d’une longue série. (Lire l'article)

Ghazala Khan

Cimetière américain de Colleville-sur-Mer © Hélène Quanquin - Une chronique sur les présidentielles américaines

Ghazala Khan, c’est cette présence frêle sur la scène du Wells Fargo Center à Philadelphie, pendant la convention du Parti démocrate en juillet dernier. Elle se tient, la tête voilée, aux côtés de son mari Khizr. Derrière eux, le portrait géant de leur fils Humayun, victime en 2004 d’une attaque-suicide à Bagdad, où il était stationné avec son régiment. Ghazala Khan ne dit pas un mot. C’est son mari qui parle. “Avez–vous jamais lu la Constitution américaine ?”, demande-t-il à Donald Trump en brandissant un exemplaire du texte. (Lire l'article)

La Veuve Basquiat pour Chelsea Manning et les victimes de l’enfermement

Jennifer Clement, La Veuve Basquiat, traduit de l'anglais (États-Unis) par Michel Marny, Christian Bourgois éditeur, 2016. Une ordonnance littéraire d'Hélène Quanquin dans délibéré

Le 21 août 2013, Bradley Manning est condamné à trente-cinq ans de prison par un tribunal militaire pour avoir donné des documents classés secret défense à Wikileaks. Le lendemain de sa condamnation, Bradley Manning déclare sa transidentité et prend le nom de Chelsea. Son histoire entre en résonance avec La Veuve Basquiat. Une histoire d’amour de Jennifer Clement (traduit de l’anglais - États-Unis- par Michel Marny, Christian Bourgois éditeur), récit fragmenté, à plusieurs voix, de la relation entre Suzanne Mallouk et Jean-Michel Basquiat dans le New York des années 1980. (Lire l'article)