La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Trump, la contre-danse
| 24 Jan 2017

4,1% des habitant.e.s de Washington ont voté pour Donald J. Trump. Alors que la ville se transforme avec l’arrivée des supporters du futur président des Etats-Unis pour assister à l’investiture, plusieurs groupes ont organisé des événements pour protester contre l’investiture du Président Donald J. Trump : une queer dance party devant la nouvelle maison du vice-président Mike Pence, connu pour ses positions homophobes ; une distribution de joints dans la capitale ; plusieurs manifestations le jour même de l’investiture sous le mot d’ordre « disruptJ20 » (pour la date de l’investiture, le 20 janvier). Ces photos ont été prises à McPherson Square et Lafayette Square, tout près de la Maison Blanche. 

 [huge_it_gallery id= »21″]

Mike Pence a dit que « plus de la moitié » des femmes qui avaient participé à la Women’s March étaient des supporters de Trump. Le signe qu’on est vraiment entré dans la nouvelle ère des « faits alternatifs », vantés par la conseillère du nouveau président des États-Unis. Organisée comme réaction aux propos misogynes pendant la campagne et aux attaques contre les droits des femmes du candidat Trump, la Women’s March a réuni au moins 3 millions de participant.e.s dans le monde (on attend les chiffres officiels) et un grand nombre de pussyhats roses tricotés pour l’occasion. On a dénombré plus de 600 manifestations dans le monde. 

[huge_it_gallery id= »22″]

 

Hélène Quanquin

[print_link]

0 commentaires

Dans la même catégorie

Un gros cul imbaisable

En politique l’insulte n’est pas précisément une nouveauté. Ce qui est neuf, c’est son usage croissant (pour ne pas dire sa banalisation) jusqu’au sommet de l’État. Révolue est l’époque où les grands de ce monde avaient la vacherie drôle et feutrée.

Ubu Trump, acte II

À la Maison blanche, la veille de la cérémonie d’investiture, puis dans le bureau ovale, une semaine plus tard.

Père Trump.– J’ai faim ! Michael n’est toujours pas arrivé ?

Sarah.– Mister Président a signé son premier décret d’expulsion. Huit millions de Mexicains ont été arrêtés ce matin.

Mère Trump.– Mais mon gros chéri, tu n’es pas encore tout à fait Président ! La cérémonie d’investiture n’a pas encore eu lieu !

Père Trump.– Merdre !

Michael Pinn, les bras chargés de hamburgers, de cornets de frites et de sodas.– Et voilà, Père Trump ! Les burgers sont arrivés ! Comme vous êtes Président, le vendeur vous a mis une quadruple épaisseur de steaks hachés. Vous avez le burger impérial !

Père Trump, à Michael.– Le Super Méga Big Burger ?! Oh ! Dans mes bras, mon fidèle lieutenant ! Bougre de merdre ! Ça a l’air rudement bon ! (À Mère Trump.) Tu vois bien, vieille haridelle, que je suis LE Président ! Même le vendeur du bouffre Donald le sait ! Espèce de vieille chipie ! Je vais te répudier, je vais te faire jeter au cachot… je vais, je vais t’envoyer en Irak ! (Lire l’acte II)

DJT 1987 : l’archi-héros

Il s’appelle Patrick Bateman, il est le psychopathe le plus superficiel de l’histoire, il est un serial killer obsédé par le graphisme des cartes de visite, un cannibale éperdu d’obtenir une table — une bonne table — au Dorsia, il est l’American Psycho de Bret Easton Ellis et, de page en page, il pense à Donald. (Lire l’article)

À lire également