Auteur : Katell Brestic

Les Échos de la Terreur de Jean-Clément Martin pour le corps enseignant

Jean-Clément Martin, Les Echos de la Terreur, Belin, 2018

Une grosse tête et surtout, un corps en souffrance. Le service de médecine littéraire est cette semaine confronté à un patient hors norme, éreinté et agressé de toute part. Cela tombe bien, nous venons de recevoir un médicament à usage complexe, Les Échos de la Terreur de Jean-Clément Martin (Belin, 2018) qui va néanmoins nous imposer un dilemme : envisageons-nous une posologie radicale avec effets secondaires importants ou un traitement plus léger mais au long cours, dont l’efficacité n’est pas garantie ? (Lire l'ordonnance)

Moi, ce que j’aime, c’est les monstres pour Angela Merkel

Emil Ferris, “Moi, ce que j'aime, c'est les monstres”, Monsieur Toussaint Louverture, 2018

L’été qui se prolonge invite à la torpeur et pourtant, le service de médecine littéraire a vu arriver cette semaine une patiente de tout premier plan en la personne de la chancelière allemande Angela Merkel. Victime du mandat de trop, elle évolue depuis quelque temps dans un milieu à risques qui pourrait voir survenir une nouvelle épidémie de peste brune. Pour la préserver des piqûres de nuisibles, nous avons sorti les grands moyens et lui avons prescrit l’époustouflante première œuvre d’Emil Ferris, Moi ce que j’aime c’est les Monstres (Monsieur Toussaint Louverture, 2018). Attention, traitement addictif. (Lire l'article)

Une partie d’échecs avec mon grand-père, pour Pinocchio

Au paroxysme de l’été caniculaire, le service de médecine littéraire reste ouvert et reçoit cette semaine un patient bien embêté par son état, Pinocchio, qui, à force de mentir, ne passe plus les portes. Pour traiter les symptômes et faire en sorte qu’il fasse de sa maladie chronique une force, nous lui avons administré un roman étonnant, entre fiction et réalité, Une partie d’échecs avec mon grand-père de l'Argentin Ariel Magnus (Rivages, 2018, traduit de l’espagnol par Serge Mestre), au risque de nous y perdre nous-mêmes. (Lire l'article)

Les Géants d’Ermanno Cavazzoni pour les Schtroumpfs

Le service de médecine littéraire s'interroge sur ses propres pratiques thérapeutiques. Sur ce, les Schtroumpfs, atteints de stress post-traumatique, y débarquent. Débarrassés de Gargamel, ils ne supportent nerveusement pas l’activisme de Jupiter. Nous leur proposons un protocole psychiatrique en plusieurs étapes basé sur la somme unique d’Ermanno Cavazzoni, Les Géants, de leurs caractéristiques physiques et sociales à l’histoire de leur chute. La thérapie devrait rassurer les patient.e.s sur leur propre condition. (Lire l'article)

Entrez dans la danse de Jean Teulé, pour le sinistre de l’Intérieur

Depuis quelques semaines, notre sinistre de l’Intérieur présente des symptômes de plus en plus inquiétants, qu’il a du mal à contenir. L’équipe du service de médecine littéraire a tenté un traitement novateur en lui prescrivant Entrez dans la danse de Jean Teulé (Julliard), histoire d’une épidémie de danse, symbole de désespoir, et de sa gestion par les autorités politiques et religieuses. Le patient semble malheureusement avoir mal répondu à ce traitement à risques. (Lire l'article)

Le Bruit du monde pour Madame Bovary

Madame Bovary existe, elle est venue nous consulter. Malheureuse dans sa vie étriquée de petite bourgeoise de province bien sous tous rapports, elle a des rêves et des envies. Elle s’ennuie dans son malheur qu’elle cultive pourtant avec tant de soin. Madame Bovary souffre d’une carence en courage qui touche au Nord de la Loire autant de femmes que celle en vitamine D. Nous lui recommandons la lecture du dernier roman de Stéphanie Chaillou, Le Bruit du monde. Elle y trouvera une héroïne qui comme elle subit une existence qui l’empêche de vivre réellement. Elle y trouvera surtout une dose de courage pour changer les choses. (Lire l'article)

L’Amour après, pour les trois filles du Docteur Ferry

Luc Ferry a décidé de donner son avis, sans qu’on le lui demande, sur une affaire judiciaire en cours impliquant un ministre du gouvernement. Il en a profité pour distiller publiquement un conseil éclairé, pour ne pas écrire illuminé, à ses trois filles. Pour notre part, nous leur recommandons la lecture immédiate de L’Amour après, de Marceline Loridan-Ivens (écrit avec Judith Perrignon), rescapée de Birkenau devenue cinéaste et femme libre. Plongée dans les souvenirs épars et épistolaires contenus dans une valise, l’auteure témoigne d’une farouche envie d’apprendre le corps, de savoir la sensualité et de saisir la liberté, sans comptes à rendre, à personne. (Lire l'article)

Fabcaro, pour Boris Ravignon, maire de Charleville-Mézières, et ses sympathisants

M. Boris Ravignon, premier édile carolomacérien et disciple sarkozien, n’est pas content car le gouvernement lui a demandé d'accueillir cinquante migrants dans sa ville. Qu'il lise donc de toute urgence le road-movie” graphique à large spectre de Fabcaro : Zaï Zaï Zaï Zaï. Le postulat de ce chef-d’œuvre en 35 pages bichromatiques pourrait sembler absurde, même à nos patients : un dessinateur de bande dessinée oublie un jour sa carte de fidélité de supermarché, doit en conséquence fuir, devient l’ennemi public numéro 1 et déclenche l’implacable mécanisme politique, social et médiatique qui nous est depuis trop longtemps déjà si familier. (Lire l'article)