Délices de l’hypnose

“Un homme hypnotisé sur son canapé par une émission de télé !” (France Bleu Gascogne)

Ce soir-là, TF1 diffusait “Stars sous hypnose”, émission dont le titre résume à peu près l’ambition. À Parentis-en-Born, village des Landes, un homme de 51 ans et sa femme regardaient s’agiter sur leur écran l’hypnotiseur de foire connu sous le nom de Messmer ainsi que diverses personnalités connues pour leur célébrité. C’était un samedi soir, quoi. Mais soudain la femme s’aperçoit que son mari a l’air ailleurs, il n’a plus aucune réaction, il semble comme endormi les yeux ouverts. Coup de téléphone affolé au SAMU. Les secours arrivent et constatent ceci : la victime a été hypnotisée par le téléviseur. Le médecin n’en revient pas, il confie que c’est bien la première fois qu’il voit ça. France Bleu Gascogne a vent de l’affaire, la relaie et, quelques heures plus tard, le fait divers régale toute la presse. Laquelle s’en va comme un seul homme interviewer divers spécialistes qui confirment : oui, chez certaines personnes particulièrement réceptives, un état hypnotique peut être induit à distance. La preuve était faite qu’en plus de vendre du temps de cerveau disponible aux annonceurs, TF1 dealait du subconscient à on ne sait trop qui dans on ne sait quel but. Mais peu importe dans le fond, car la télévision n’hypnotise plus grand-monde aujourd’hui : la ménagère de moins de cinquante ans, comme les autres, télécharge des séries américaines qu’elle regarde sur l’écran de son ordinateur en fumant de vagues pétards.

L’hypnotisé du canapé a repris ses esprits rapidement, sans séquelle apparente, et la presse est repartie fouetter d’autres chats. C’est dommage, il y avait encore beaucoup à dire sur le sujet. Car ce n’était pas la première fois que Parentis-en-Born défrayait la chronique. La fois précédente, c’était en mars 1954 lorsque la société Esso avait découvert près du bourg rien moins qu’un gisement de pétrole. Dans la France de l’après-guerre en pleine reconstruction, assoiffée d’énergie, ce n’était pas rien. “Les Landes vont-elles devenir une manière de Texas ?” s’interrogeait alors la Radiodiffusion-télévision française. “Parentis, cité de l’Or noir, voilà de quoi faire rêver”, suggérait la même.

Ce rêve-là a duré plus longtemps que l’état hypnotique du téléspectateur parentissois. Le pétrole local était intéressant car fluide et ne nécessitant qu’un raffinage modéré. Ici naquirent les premiers forages lacustres d’Europe, nous informe Wikipédia. Cependant les quantités se sont révélées limitées et les Landes, ouf !, ne sont pas devenues pas une manière de Texas, même si l’exploitation continue aujourd’hui.

Parentis-en-Born est un lieu de spectacle absolument remarquable. Il n’est pas à exclure que d’autres événements sensationnels s’y produisent. Par exemple, Emmanuel Macron pourrait un jour prochain y débarquer pour annoncer tout à trac sa candidature à la présidence de la République. Une soucoupe volante pourrait même s’y poser ; en descendrait un envoyé extraterrestre qui hypnotiserait la population et l’emmènerait tel le joueur de flûte de Hamelin se noyer dans une flaque de pétrole. Avec un peu de chance, cela se produirait le jour de la visite de Macron. Peut-être ne serait-ce pas une coïncidence.

Édouard Launet

Sciences du fait divers

Imprimer Imprimer