Les choix de délibéré – 15 mars 2017

DANSE

  

Ça déménage à la Ménagerie

Festival Etrange Cargo, La ménagerie de verre, 2017Depuis 20 ans, le festival Etrange Cargo proposé par la Ménagerie de Verre n’a jamais coulé. Toute la danse contemporaine des années 80 a déboulé dans ce lieu atypique où l’esprit studio est resté, au cœur de Paris (11e). Puis les disciplines s’y sont croisées pour le bonheur (et parfois le malheur) de sa « tenancière » hors pair, Marie-Thérèse Allier qui a toujours eu un franc parler et le nez. Cette année, le festival regarde du côté du cinéma, reprend des pièces trop peu montrées, tire la danse vers le théâtre et renoue avec l’art performance. Une belle manière de surfer en s’immergeant. MCV

Festival Etrange Cargo, jusqu’au 4 avril, Ménagerie de Verre, 12-14, rue Léchevin- 75011 Paris, 01 43 38 33 44

   

Elles (ils) écrivent, elles (ils) dansent

Festival Concordan(s)eLe festival « concordan(s)e » consacré à la liaison entre la littérature et la danse (en général de jeunes auteurs) a depuis le 15 mars, ravi nombre d’auditeurs-spectateurs. Dans la place à la Maison de la poésie, au Carreau du Temple, au Colombier de Bagnolet initiateur de la manifestation et dans de nombreuses bibliothèques (30 lieux au total), ce festival révèle beaucoup de la parole, de la syntaxe, de la ponctuation et de l’échange entre artistes de différentes disciplines. Un mot peut en cacher un autre (geste) au cours de sept duos et quatre créations. MCV

Concordan(s)e, jusqu’au 2 avril

    

Krump, le puissant royaume

Heddy Maalem © Patrick FabreApparu plus tard que le hip hop, le KRUMP, acronyme de Kingdom Radically Uplifted Mighty Praise que l’on peut traduire par « louanges au royaume radicalement soulevé » ou « élévation du royaume par le puissant hommage », est né à Los Angeles dans les années 90 lors d’émeutes raciales. Transmis en France par les pionniers américains (notamment à Grichka), cette danse peut paraître violente et en tout cas puissante. Mais les krumpers se servent en fait d’avatars pour exprimer leurs revendications, leur ras le bol et leur espoir. Le chorégraphe contemporain Heddy Maalem a mis en scène cette danse urbaine dans Éloge du puissant royaume, avec un respect de chacun des krumpers et de son personnage. C’est dans le cadre du festival Sens dessus dessous, qui se poursuit à la Maison de la danse de Lyon jusqu’au 18 mars, où l’on retrouve Dorothée Munyaneza et son regard sur le Rwanda de 1994. MCV

Festival Sens dessus dessous, Maison de la danse de Lyon, 04 72 78 18 00. Krump, le 15 mars à 19h30, Dorothée Munyaneza le 18 à 20h30

   

LIVRES

  

La fraternité du zinc

Jacques Josse, Chapelle ardente (Le Réalgar)Un bar, les amis, face à l’océan. Et le cercueil qui arrive pour une dernière mousse. Le professeur parlera. Le boucher va passer. Le cascadeur aussi, aux jambes mortes, qui garera sa voiture automatique pour qu’on lui apporte sa bière au volant. Ils sont une soixantaine à fêter le Barbu. La Taupe, Pierrot Le Loup ou le Pitbull. Un comptoir aussi peut valoir une messe. LB

Chapelle ardente de Jacques Josse, éditions le Réalgar

   

EXPOSITION

   

Jardins des réminiscences

Grand Palais, « Jardins », Galeries nationales. Jusqu'au 24 juilletUne fresque de Pompéi, des oeuvres de Penone, de Dürer… Puis des toiles de Monet et Klimt, des photos de Yann Monel ou de Jean-Baptiste Leroux.Toutes ces oeuvres nourrissent l’exposition « Jardins » du Grand Palais. Dessinée par Laurent Le Bon (président du musée Picasso), elle évoque ce lieu clos artificiel qui se plait à représenter le monde, entre terre et ciel. Le parcours offre un vagabondage entre histoire et jardinage, herbiers et parfums, peintures et sculptures, plantes et plans, films et photographies. Dans toutes les allées, les différents media se hument, se complètent. Un labyrinthe d’associations fertiles. AMF

Grand Palais, « Jardins », Galeries nationales, accès par le square Jean Perrin. Jusqu’au 24 juillet. 01 44 13 17 17