La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Beth Hart et Joe Bonamassa, un “Black Coffee” de qualité
| 02 Fév 2018

Le duo avait déjà fait ses preuves à deux reprises avec deux albums exceptionnels Don’t Explain (2011) et See Saw (2013). Revoilà Beth Hart et Joe Bonamassa dans Black Coffee, une production prolifique et énergique qui livre un blues de choix puisé dans l’American Songbook. La chanteuse californienne a déjà montré tout le talent qui l’habite. Mais à chaque fois que Joe Bonamassa vient l’accompagner, cette voix inimitable s’en retrouve transcendée, comme si le guitariste virtuose sacrifiait le devant de la scène pour mieux servir le feeling exceptionnel de Beth. En six ans, cette association diabolique a collectionné disques d’or et Grammy Awards.

Encore une fois, l’album est enregistré en moins d’une semaine avec une efficacité incroyable. Grâce notamment à la baguette de Kevin Shirley, le producteur entre autres de Led Zeppelin et d’Aerosmith. Les compositions de Ike et Tina Turner, Etta James, Ella Fitzgerald, Howlin’ Wolf et même Lucinda Williams font partie du nouvel album, également décliné en coffret de luxe.

Beth Hart, habituée à se produire à l’Olympia, envahira (sans Bonamassa) le Palais des Congrès à Paris le 14 mai prochain. À ne pas manquer.

Dino Di Meo
Musique

Black Coffee, Mascot/Provogue.
Beth Hart en concert le 14 mai au Palais des Congrès.

EnregistrerEnregistrer

0 commentaires

Dans la même catégorie

Fragments de terre et d’eau

Depuis six ans, au début du mois de septembre, le Festival Terraqué pose la musique vocale et instrumentale à Carnac et ses environs. Son directeur artistique, Clément Mao-Takacs, fait de chaque concert un exercice d’hospitalité accueillant aux artistes, aux publics et à la musique. Le mot Terraqué, emprunté à Guillevic, signifie « de terre et d’eau ».

Un opéra, c’est une vie

L’opéra, c’est une vie, mais beaucoup plus vivante que notre banale vie, une vie en relief et en je ne sais combien de dimensions: sonore, visuelle, vocale, pneumatique –ça respire–, olfactive – votre voisin s’est parfumé–, tactile – la peau du chanteur dans sa voix, le mur de ce décor…

Clichés et contre-clichés (lieu commun)

Chaque nouvelle édition du festival d’Aix-en-Provence apporte dans son sillage une nouvelle rhétorique de la note d’intention. Cette année, le cliché est à la mode, ou plutôt la chasse aux clichés. Mais que penser des contre-clichés du Moïse et Pharaon de Tobias Kratzer?

Débats lyriques (où le naturel revient au galop)

À l’opéra comme ailleurs, les débats font rage: on se dispute, on s’affronte, on s’écharpe. Et voici que revient sur l’avant-scène la très sérieuse question du black face, qui est une autre manière de parler de nature et d’artifice.

Chassez le naturel, il s’en va en courant

Qui d’autre que Néron peut chanter comme une soprano? Mais alors quand, comment et pourquoi s’est-on avisé qu’en fin de compte les rois, dictateurs et pères cruels devaient chanter très bas comme des barytons, des basses, à l’extrême rigueur, des ténors?