La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Ailleurs l’herbe est plus jaune
| 17 Nov 2022

Depuis quelques mois, ici ou là (pas vraiment ici d’ailleurs) on ne parle que des à-côtés du mondial du Qatar.

Pots-de-vin, esclavage, chantiers mortels, catastrophe écologique à tous les étages  et diverses autres broutilles collatérales que nous passerons sous silence.

Bizarrement, on parle moins de la grande spécificité de cette compétition qui, rappelons-le pour nos lectrices qui ne sont pas toutes géographes, se déroule dans un pays pas spécialement réputé pour la verdure de son gazon.

En effet, on a peu souligné le fait que tous les matchs se joueront… sur du sable ! Vous avez bien lu, mais après tout quoi d’extraordinaire, il y a des lustres que les compétitions de beach-volley se jouent ainsi.

Est-ce dû à une mauvaise communication toujours est-il que certaines délégations l’ont découvert seulement en arrivant à Doha? Certains joueurs s’en sont plaint. « On va jouer avec des tongs ? » aurait demandé ironiquement un de nos bleus. « Ou avec des palmes ? » lui aurait finement répondu un de ses collègues.

Mais foin de commentaires et trêve de digressions, ce qui nous intéresse ( et nos lectrices…) aujourd’hui, c’est que les matches seront bien joués sur du sable, mais, et c’est là une grande nouveauté, sur du sable synthétique !

L’idée peut paraître curieuse dans un pays où le sable est à portée de main (et de pied. NDLR). Pourtant personne ne semble surpris que dans notre pays, où l’herbe est plus verte, on joue bien sur des gazons synthétiques. « C’est pas plus con ! » a d’ailleurs souligné un de nos confrères du tout nouveau magazine spécialisé  FOOT FURIEUX*.

Nous avons interrogé des responsables afin de devancer les questions qui déjà se pressent sur les lèvres de nos fidèles lectrices. « L’idée de remplacer le vrai sable par du sable synthétique est en grande partie motivée par un souci louable de préserver ce bien précieux pour la construction , nous a-t-on affirmé en haut lieu, avant d’ajouter avec une pointe d’humour inattendue, pour paraphraser un de vos anciens slogans “Au Qatar, nous avons du pétrole, mais nous avons aussi des idées” » !

Les organisateurs vantent les qualités de ce dispositif plus économe en eau que le gazon qui, lui, doit être régulièrement arrosé. En revanche, on ignore sur quelle fondation solide les épais rouleaux de sable synthétique sont installés. On nous a assuré qu’il ne s’agissait pas d’une chape de béton…

Précisons – et c’est le seul point, à notre avis, un peu critiquable du projet – que le sable synthétique est essentiellement fabriqué avec des matières plastiques.

À suivre…

*Profitons de l’occasion qui nous est offerte pour souhaiter bon vent à ce nouveau venu dans notre vert « paysage footballistique ».

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie