La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

J4 – L’esprit des lois
| 02 Sep 2015

“Footbologies” : les mythes et les représentations propres à un championnat de football analysés journée après journée de Ligue 1.

L’affaire Tongo Doumbia. Le joueur du Toulouse Football Club a été condamné à 10.000 euros d’amende et huit mois de prison ferme pour excès de vitesse répétés, absence de permis et conduite en état d’ivresse à l’origine d’un accident. Réforme pénale oblige, sa peine a été aménagée, il l’effectuera sous le régime du bracelet électronique. Une situation qui suscite d’intéressants débats.

D’abord, le rapport à la loi. L’affaire Doumbia risque de mettre en lumière un conflit entre loi pénale et loi du jeu. Sa peine ayant été aménagée en vertu de la réforme pénale de 2014, rien n’empêche Doumbia de jouer au football. Par contre, les règles de la FIFA lui interdisent de jouer avec des bijoux ou tout autre équipement “dangereux pour l’adversaire”, ce qui peut valoir pour le bracelet électronique. Cas intéressant : ce n’est pas la loi qui empêche le joueur d’exercer son métier, ce sont les règles propres à sa profession. Comment se résoudra la tension ? Un des codes doit céder. Si c’était la loi du jeu, Doumbia pourrait jouer avec le bracelet, il représenterait alors un danger potentiel pour ses adversaires. Qui en serait responsable ? Lui-même, qui pourrait faire l’objet de poursuites pour coups et blessures involontaires ? L’arbitre qui aurait jugé le bracelet inoffensif et serait coupable aux yeux du jeu –par manquement à sa fonction de protection des joueurs– et devant la loi, pour non-assistance, peut-être ? Ou alors le club employeur, ou la FIFA ? Personne ne s’y risquera, quoique plusieurs arbitres se disent favorables, selon une enquête de la DTN. Alors, l’avocat du TFC cherche à obtenir l’infléchissement de la loi pénale, en demandant une dérogation les jours de match. On se rappelle que Vincent Péricard, condamné en Angleterre en 2007 pour usurpation d’identité suite à des excès de vitesse, avait obtenu de jouer avec Stoke en soirée sans son bracelet. Ainsi, dans le conflit entre deux lois, celle de la République pourrait-elle céder face à celle du jeu. Quel autre sport pourrait s’en targuer ? État dans l’état, la FIFA a pu croire jusqu’à récemment aux mythes de son extraterritorialité, et que ses milliards justifiaient la prévalence de ses règles sur la loi…  

Mais l’affaire Doumbia pose aussi un problème de morale. Le joueur échappe à la prison grâce à la réforme pénale de Christiane Taubira, accusée de laxisme par des détracteurs au nombre desquels il semble falloir compter certains acteurs du football, qui en appellent à des sanctions disciplinaires contre Doumbia, voire à la rupture de son contrat. Le joueur ne figurait pas sur la feuille de match contre Rennes et a soudainement disparu de la sélection malienne d’Alain Giresse, qui affrontera le Bénin en éliminatoires de la CAN. Quant au TFC, il a annoncé que son joueur consacrerait 50 heures à des actions sociales en collaboration avec la sécurité routière, tout en reconnaissant qu’il s’agissait d’une “affaire d’ordre privé”. Le problème est bien là, dans la distinction entre le public et le privé. S’agissant de footballeurs surmédiatisés, objets de tous les regards et tous les commentaires, la sphère privée n’existe plus, et toutes les confusions sont possibles. Témoin cette substitution des instances du football à la justice. Pour Doumbia, c’est la double peine. Que dirait-on d’un chef d’entreprise qui mettrait à pied un salarié en liberté conditionnelle dans des cas que la loi ne prévoit pas ? Situation pour le moins paradoxale : la réforme pénale crée des aménagements afin que les condamnés puissent continuer à travailler, mais c’est l’employeur qui refuse ce droit à son employé. Deux dynamiques opposées semblent à l’œuvre, dans la société et dans le sport. 

Merveille du football : son permanent état d’exception ! Ses détracteurs prétendent que l’excès d’argent conduit à négliger les principes moraux. Pourtant, qu’ils sont loin les Maradona, les Gascoigne, les Huiguita ! Le football d’aujourd’hui veut des enfants sages, du moins en apparence. Pour preuve, les douze cartons rouges distribués en quatre journées de Ligue 1, plus du double de la saison passée. Dura lex, sed lex ! est le mot d’ordre arbitral. Le football se veut exemplaire, et ses joueurs –qui n’ont rien demandé à personne– se voient bombardés modèles de vertu. Dans le conflit entre moralité et légalité, les censeurs du football tranchent pour la première. Un casier vierge, voilà ce qu’on semble exiger des joueurs, à l’instar des magistrats, des instituteurs et des gardiens de prison (tout en valorisant les bads guys, plus vendeurs). La grande tartufferie du football des valeurs, plus légaliste que la loi et qui croit devoir compenser par des excès de zèle moral les multiples affaires qui l’entachent, à l’heure où Interpol poursuit à travers le monde les dirigeants de la FIFA en fuite…

Sébastien Rutés
Footbologies

[print_link]

0 commentaires

Dans la même catégorie

J38 – Ecce homo

En cette dernière journée de la saison, une question demeure : pourquoi une telle popularité du football ? Parce que le supporteur s’y reconnaît mieux que dans n’importe quel autre sport. Assurément, le football est le sport le plus humain. Trop humain. Le football est un miroir où le supporteur contemple son propre portrait. Le spectateur se regarde lui-même. Pas comme Méduse qui se pétrifie elle-même à la vue de son reflet dans le bouclier que lui tend Persée. Au contraire, c’est Narcisse tombé amoureux de son propre visage à la surface de l’eau. (Lire l’article)

J35 – Le bien et le mal

Ses détracteurs comparent souvent le football à une religion. Le terme est péjoratif pour les athées, les croyants moquent une telle prétention, et pourtant certains supporteurs revendiquent la métaphore. Le ballon leur est une divinité aux rebonds impénétrables et le stade une cathédrale où ils communient en reprenant en chœur des alléluias profanes. Selon une enquête réalisée en 2104 aux États-Unis, les amateurs de sport sont plus croyants que le reste de la population. Les liens entre sport et religion sont nombreux : superstition, déification des sportifs, sens du sacré, communautarisme, pratique de la foi… Mais surtout, football et religion ont en commun de dépeindre un monde manichéen. (Lire l’article)

J34 – L’opium du peuple

Devant son écran, le supporteur hésite. Soirée électorale ou Lyon-Monaco ? Voire, le clásico Madrid-Barcelone ? Il se sent coupable, la voix de la raison martèle ses arguments. À la différence des précédents, le scrutin est serré, quatre candidats pourraient passer au second tour. D’accord, mais après quatre saisons dominées par le Paris Saint-Germain, la Ligue 1 offre enfin un peu de suspense… Dilemme. Alors, le supporteur décide de zapper d’une chaîne à l’autre, un peu honteux. Le football est l’opium du peuple, et il se sait dépendant… (Lire l’article)

J33 – Coup de comm’

Candidat à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron a récemment déclaré sa flamme à l’Olympique de Marseille. Dans un football français polarisé par la rivalité Paris-Marseille révélatrice de vieux enjeux socio-culturels, voilà une prise de position étonnamment tranchée pour celui que ses adversaires accusent d’être « d’accord avec tout le monde ». Dans des campagnes électorales où tout est précisément calculé par les conseillers en communication, le supporteur voudrait que le choix du club fût celui du cœur. Il n’en est rien, les clubs ont une image qu’il est plus ou moins recommandable d’associer à celle d’un candidat. Alors, pourquoi ce choix en apparence clivant pour le candidat du consensus ? (Lire l’article)

J32 – Les fils de Samson

Contre Lille, Mario Balotelli a inscrit un doublé. L’efficacité retrouvée de la plus célèbre crête de Ligue 1 offre l’opportunité de s’interroger sur les rapports complexes des footballeurs à leur coiffure. À première vue, la coupe de cheveux participe de la mise en valeur du corps, au même titre que le tatouage. Le corps est un instrument de travail dont on prend soin. Son efficacité suscite une fierté qui mérite d’être rendue publique. On se souvient du même Balotelli, torse nu, immobile, tous muscles bandés après son chef-d’œuvre contre l’Allemagne à l’Euro 2012 : le rapport amoureux de l’artisan à ses outils. (Lire l’article)