La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Architecture: une proposition de Jérémie Decker
| 18 Fév 2024

Constat

Chacun·e peut aisément constater le niveau absolument catastrophique de l’architecture d’aujourd’hui. Il suffit pour cela de se promener dans la banlieue bouleversée par le Grand Paris. Partout les promoteurs, avec la complicité d’architectes sans talent – ne parlons même pas de leur morale – commettent des ensembles interchangeables sans aucun intérêt, ni aucun avenir. Beaucoup de ces réalisations se dégradent à peine finies et devront probablement être totalement remaniées ou entièrement détruites d’ici vingt ou trente ans. C’est bien la première époque où des architectes auront vu autant de leurs réalisations détruites de leur vivant!

Proposition

La proposition de Jérémie Decker est destinée à mettre fin à ce triste état de fait en responsabilisant les architectes, grâce à des mesures sévères mais justes inspirées de celles appliquées aux permis de conduire de tout un chacun (et de toute une chacune. NDLR) La principale mesure étant donc l’établissement d’un diplôme à points.

Sanctions

Lors de l’obtention du diplôme, chaque architecte se verra doté de 12 points. Une échelle de sanctions établie en fonction de la gravité des fautes commises dans l’exercice de leur métier pourra leur en faire perdre. 3 points pour des fautes légères (et très répandues. NDLR) telles le décollement des placages de carreaux en céramiques ou autres fausses briques en façade nécessitant l’installation de filets protecteurs. Si le problème se pose sur plusieurs immeubles construits par un même architecte, évidemment les points s’accumulent. 12 points perdus et les coupables se verront confisquer leurs diplômes et retirer leur autorisation d’exercer pendant un délai plus ou moins long.

Interdiction à vie?

Les fautes les plus graves entraîneront une obligation de repasser le diplôme après un délai de carence et dans les cas extrêmes une interdiction d’exercer à vie! Jérémie Decker cite un exemple qui entraînerait une telle sanction. Le collège Assia-Djebar d’Ivry Confluences, dont l’ouverture prévue à la rentrée 2015 n’a toujours pas eu lieu huit ans plus tard ! Ce collège a en effet été construit sur un terrain contaminé au mercure ! Ne pouvait-on pas commencer par analyser le sol d’un terrain où se trouvait auparavant une usine Philips de fabrication d’ampoules, avant d’entamer les coûteux travaux d’un bâtiment destiné à recevoir les collégiens?

2500 m3 de terres contaminées doivent être traitées par “désorption thermique” (une technique consistant à injecter de la chaleur dans le sol (de 250 à 350°!) afin que les polluants se volatilisent. Nos lectrices se demandent bien où? Elles se rassureront sans doute (et sans rire! NDLR) en apprenant que la nappe phréatique était régulièrement analysée.

Pas de pitié pour les coupables! Retrait du diplôme!

Responsabilité

En outre, Jérémie Decker préconise que la durée (limitée actuellement à dix ans) de la responsabilité professionnelle soit étendue à leur vie entière. Pourquoi pas en effet, après tout, beaucoup de pavillons de banlieue, souvent construits par leurs premiers occupants eux-mêmes, sont encore debout plus d’un siècle après leur édification, alors que tant de résidences aux appellations ronflantes, sont déjà dégradées avant même leur finition et comme nous l’avons déjà dit, seront détruites dans vingt ou trente ans!

Pas de pitié pour les stars!

Et quid des grandes réalisations comme le centre Pompidou salué en 1979 – date de son inauguration – pour sa grande audace ? Une audace qui a déjà nécessité une fermeture de trois ans, pour travaux avant une autre de cinq ans, de 2025 à 2030. Huit ans de fermeture en cinquante ans ! Bravo les artistes ! Quel “tarif“ faudrait-il leur appliquer, 9 points en moins… ou 12 et donc l’obligation de repasser le diplôme?

Jérémie Decker penche – comme les tours Duo de Jean Nouvel… et il se demande toujours pourquoi (rires) – évidemment pour la deuxième solution.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

JO 2024, dernière chance

250000 billets pour les jeux olympiques ont été mis en vente ce mercredi 17 avril. C’était donc la toute dernière chance de ne pas en réserver.