La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Christilla Vasserot
Enseigne le théâtre, le cinéma et la littérature d’Amérique latine à la Sorbonne Nouvelle. Traduit du théâtre, des romans et des BD. Pratique le tir en dilettante.
Hospitalière Chartreuse

Hospitalière Chartreuse

Du 20 au 23 juillet, la Chartreuse de Villeneuve-Lès-Avignon (Centre National des Écritures du Spectacle) accueille avec la Maison Antoine Vitez un cycle de lectures et de rencontres intitulées « De l’urgence de l’hospitalité ».

Le clan Nabokov

Le clan Nabokov

Chiara Montini rédigea pour la chronique Le coin des traîtres un article consacré au cannibalisme en traduction vu sous l'angle des relations père-fils, à travers un exemple bien précis: celui de Dmitri Nabokov...

La machine à traduire

La machine à traduire

Vous souvenez-vous de l’arrivée du couteau électrique SEB sur la table familiale les soirs de gigot ? Du walkman ? Du Minitel ? Du magnétoscope VHS ? De la machine à traduire ?
Les mots de l’année

Les mots de l’année

Le dictionnaire de la Real Academia española a mis en ligne sa mise à jour de l’année 2020. La liste des nouveaux mots offre une lecture passionnante. Sans rire.  Et certains d’entre eux témoignent de l’un des enjeux de la traduction : l’intraduisible.
Traduire ses craintes

Traduire ses craintes

Avant l’instauration du couvre-feu en France, on a volontiers cité l’exemple allemand. Erreur de traduction ? On en serait presque à se demander si l’on n’a pas traduit une crainte (française) plus qu’une réalité (allemande). 
Welcome Potato

Welcome Potato

C’est l’histoire d’une fausse mauvaise traduction devenue virale. Google Translate, aka Gougueule Trad, aka Georges Traître avait de nouveau frappé. Ou peut-être pas. Un fake finalement réjouissant car, en la détournant, il met la traduction à l’honneur.
#jamaissansmonmasque

#jamaissansmonmasque

Un conseiller municipal de Valence, en Espagne, a défendu, en anglais et derrière un masque, la candidature de sa ville à un prix européen pour l’innovation. Problème : il ne parle pas un traître mot d’anglais.
Jouissif échec

Jouissif échec

L’Argentin Marcos Mundstock est mort le 22 avril dernier. L’occasion de revoir quelques sketches des Luthiers. Et d’envisager la traduction, soudain, comme un jouissif échec… 
Écrire, lire, traduire la poésie

Écrire, lire, traduire la poésie

Un atelier de poésie intitulé « Écriture, lecture et traduction », organisé par la librairie Cien Fuegos à Paris. Côté lecture : des poètes latino-américains du XXe siècle à nos jours. Côté traduction : lire des traductions réalisées par des poètes, penser la traduction comme un laboratoire de poésie. (Lire le guide)

Roma d’Alfonso Cuarón : des sous-titres polémiques

Roma d’Alfonso Cuarón :
des sous-titres polémiques

Une polémique inattendue est née autour du dernier film d’Alfonso Cuarón, Roma. Elle est apparue en Espagne, où le film a été programmé dans cinq salles, accompagné de sous-titres en espagnol. Tollé sur les réseaux sociaux, très vite relayé dans la presse. Les réactions sont vives, le débat est riche. (Lire l’article)

ypsilon à l’honneur

ypsilon à l’honneur

Ypsilon est une maison d’édition étonnante née en 2007 d’un projet précis : publier Un coup de Dés d’après les épreuves conservées à la Bibliothèque nationale de France et corrigées par Mallarmé, qui en avait prévu chaque détail : le format, les caractères et les illustrations d’Odilon Redon. Depuis, le catalogue s’est étoffé, des collections ont été créées… La Maison de la poésie lui consacre toute une soirée.

Les Perses à l’Atelier

Les Perses à l’Atelier

La librairie L’Atelier organise une rencontre avec Pierre Judet de La Combe et Myrto Gondicas autour d’une nouvelle traduction des Perses d’Eschyle, parue aux éditions Anacharsis. Une excellente façon de continuer à célébrer la traduction et les traducteurs, qui ont leur Journée mondiale, le 30 septembre, fête de saint Jérôme.

La place du mort

La place du mort

Aux Rencontres de la photographie d’Arles, deux expositions s’articulent autour d’un convoi funéraire. D’une part, le voyage en train, de New York à Washington, de la dépouille de Bob Kennedy, le 8 juin 1968. Monté à bord, Paul Fusco avait photographié ceux et celles qui ont tenu à lui rendre un dernier hommage le long de la voie ferrée. Autre cortège funèbre, celui transportant les cendres de Fidel Castro de La Havane à Santiago de Cuba, en 2016. Monté dans une voiture, l’Américain Michael Christopher Brown a photographié les Cubains venus saluer le líder máximo armés de pancartes « Yo soy Fidel ». Dees morts qui en disent long sur les vivants. (Lire l’article)

Sauvez Palimpseste !

Sauvez Palimpseste !

Encore une librairie en danger. Palimpseste, c’est la librairie de Censier, comme on l’appelle couramment. Un appel à la solidarité a été lancé. Nous le relayons ici. 
José Triana de l’autre côté du miroir

José Triana de l’autre côté du miroir

L’écrivain José Triana (1931-2018) vient de mourir. Comme nombre de ses compatriotes, il est mort loin de Cuba. À Paris, en l’occurrence. Mais il n’aura jamais cessé d’être un auteur cubain. Une façon de rester au pays : ne jamais cesser de l’écrire. Sans nostalgie. Sans rêver de retour. (Lire l’article)

Détournement : un choix pas comme un autre

Détournement : un choix pas comme un autre

Les logiciels de traduction automatique n’ont pas remplacé les traducteurs. Mais les humains sauront-il défier l’intelligence artificielle ? Il est un art qui donne à ces logiciels controversés un intérêt nouveau : le détournement. Ainsi en est-il de la traduction de Hamlet imprimée par L’Indéprimeuse, “imprimerie spécialisée dans l’imprimé inutile et le livre illisible”. Son Jambonlaissé est à inscrire sur la longue liste des pastiches, parodies et autres détournements littéraires, auxquels la traduction n’est pas étrangère parfois. (Lire l’article)

Mi declaración

Mi declaración

Hommage à France Gall qui dans les années 60 chanta, entre autres, l’Amérique. Oui, mais quelle Amérique ? Et d’abord, c’est quoi, l’Amérique ? Un pays ? Un continent ? Un rêve ? Et comment la traduire ? Tout dépend de qui en parle. Tout dépend d’où on la regarde. Tout dépend de la façon dont on la fantasme. (Lire l’article)

Question de choix

Question de choix

Traduire, c’est aussi se coltiner un certain nombre de contraintes au sein desquelles la traduction se réserve des choix, se ménage des espaces de liberté ou de jeu. À l’heure où les débats autour de l’écriture inclusive font l’actualité, quand certain⋅e⋅s évoquent (voire invoquent) les règles – grammaticales, syntaxiques, orthographiques– à respecter, les questions de traduction sont plus que jamais à l’ordre du jour. Nouveaux défis en perspective. (Lire l’article)

Numérologie

Numérologie

Même si les mathématiques semblent au profane qui n’y entend goutte un langage universel, l’expression quotidienne regorge de chiffres dont la traduction est loin d’être évidente. Traduire les mots, d’accord. Mais traduire les nombres, c’est parfois une autre paire de manches. Car la traduction des chiffres en général et des dates en particulier, contre toute attente, ne s’impose pas. Surtout que la traduction est parfois une question d’interprétation… (Lire l’article)

Zorro

Zorro

Un cavalier, qui surgit hors de la nuit
Court vers l’aventure au galop
Son nom, il le signe à la pointe de l’épée
D’un Z qui veut dire Zorro…
À un détail près : ça veut dire quoi, Zorro ?

Zorro, Zorro… Renard rusé qui fait sa loi… Ah, merci. Il faut dire que Zorro, ça a de la gueule. Imaginez un peu : Son nom, il le signe, à la pointe de l’épée d‘un R qui veut dire Renard… Mais qui a eu la bonne idée de ne pas traduire ? Et y a-t-il une règle (à enfreindre, forcément) en matière de traduction des noms propres ? (Lire l’article)

(N.d.T.)

(N.d.T.)

Dans un texte consacré à la la traduction vue comme “un autre livre”, selon les mots de Thomas Bernhard, Olivier Mannoni brossait il y a quelques semaines un tableau du “traducteur en spectre et en auteur”, en “écrivain de l’ombre”. Mais dans quel recoin obscur, cave ou placard ce fantôme est-il tapi ? Il existe un espace réservé au traducteur, un territoire où il règne en maître : la note du traducteur, dite (N.d.T.). Un espace investi voire réinventé de façon parfois surprenante par certains. Exemples avec André Markowicz et Brice Matthieussent. (Lire l’article)

Chambre d’écho

Chambre d’écho

Au cinéma, rien n’est plus ardu que de faire rire en version originale sous-titrée. Parce qu’il est difficile, déjà, de faire rire en traduction. Dans le cas du sous-titrage de film, aux problèmes communs à toute traduction s’ajoutent des contraintes techniques (rythme et concision) et une particularité propre : la confrontation de la traduction (à lire), de la version originale (à entendre) et de l’image (à voir). 
(Lire l’article)

Élysée

Élysée

“La première étape qui doit conduire les Français à l’Élysée est franchie.” Que veut donc dire cette phrase prononcée par Marine Le Pen au soir du premier tour de l’élection présidentielle française ? Pour essayer de la comprendre, cherchons à savoir comment elle a été traduite. Mais dans la traduction anglaise qui circule sur les site d’information en ligne, elle a été omise. En espagnol, la traduction mot à mot ne nous rassure guère… (Lire l’article)

Voilà

Voilà

Le soir du premier tour, arrivé en tête, il a dit : « Voilà. » Deux fois. Qu’a-t-il voulu dire par là ? Pour mieux comprendre, essayons de traduire. Oui mais comment traduire « voilà », ce « verbe défectif réduit à la forme unipersonnelle du présent de l’indicatif de l’aspect inaccompli », qui semble vouloir dire pas mal de choses et leur contraire ? (Lire l’article)

Faux et usage de faux

Faux et usage de faux

Cette semaine, au diable la théorie, place à la pratique : un bel exemple de traduction par Les Luthiers. L’interprétation consécutive anglais–espagnol est assurée par Daniel Rabinovich et par Marcos Mundstock. Le tout sous-titré en français par nos soins. La fidélité à l’original n’est pas garantie…
(Entendre et voir la traduction)

Un mot pour un autre

Un mot pour un autre

On a coutume de considérer la traduction comme le transfert d’un message d’une langue à une autre. Mais elle peut aussi être manipulation du message et s’exercer, parfois, au sein d’une même langue. La campagne présidentielle, entre autres, nous en fournit chaque jour bien des exemples. Il arrive même que le message initial ne soit plus repérable dans la traduction qui en est fournie. Certains se sont pris à ce jeu. La preuve par Borges, George Clooney, Jean Dujardin, Babar, La Sorbonne Nouvelle et Barack Obama. (Lire l’article)

La guerre des mots

La guerre des mots

Dans Champ de mines, l’Argentine Lola Arias continue à œuvrer à la (re)construction d’une mémoire collective, avançant le long d’une ligne ténue entre réalité et fiction. Elle y met en scène six hommes ayant appartenu à deux camps ennemis : l’armée argentine et l’armée britannique, en 1982, au moment de la guerre des Malouines. En revenant sur cet épisode de l’histoire des deux pays, Champ de mines place les questions de traduction au cœur de ses préoccupations. (Lire l’article)

Mot à mot

Mot à mot

Traduction mot à mot, littérale, ou libre, transposition, adaptation, recréation… Autant de variantes sur lesquelles la traductologie s’est longuement penchée et qui en disent long sur ce qu’est un choix de traduction. La traduction dite “mot à mot” peut parfois prêter à rire, mais l’affaire est plus sérieuse qu’il n’y paraît. (Lire l’article)

Traduire le vivant

Traduire le vivant

Traduire un auteur vivant offre la possibilité de l’interroger, de lever des doutes, de confirmer ou infirmer des hypothèses, etc. Possibilité que le traducteur n’est pas tenu d’exploiter puisque c’est l’œuvre qui est soumise à traduction, et non les intentions de son auteur. Il est un cas où la parole de l’auteur s’impose au traducteur : lorsqu’il s’agit de traduire une pièce de théâtre mise en scène par l’auteur, voire jouée par l’auteur. En d’autres termes, lorsque l’auteur reprend les droits sur son texte, pour l’extraire des pages du livre et lui donner une nouvelle vie sur la scène d’un théâtre. (Lire l’article)

Hijo de puta

Hijo de puta

Il y a quelques années, des pancartes ont fait leur apparition dans des manifestations organisées en Espagne, demandant à ce que l’on cesse d’attribuer à des prostituées la maternité des pires salauds de la terre, plus particulièrement celle des hommes politiques. La traduction de l’argot, des insultes, des grossièretés nous invite aussi à réfléchir au sens des mots, à leur emploi, aux sous-entendus véhiculés, à ce qu’ils disent de la société qui les galvaude ou les bannit. Alors comment traduire « hijo de puta » ?  (Lire l’article)

La Ribot attitude

La Ribot attitude

La Ribot a présenté une sélection de ses “pièces distinguées” au Centre national de la danse : des Distinguished Hits regroupant les fragments d’une collection initiée en 1993. Chaque pièce est un tableau vivant et bien vivant, où le corps se transforme au fil des rôles et des accessoires qu’il endosse. La Ribot sait manier l’humour pour mieux pratiquer l’art du détournement, jouer avec les codes, les images et les objets.  (Lire l’article)