La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Versus, vice-versa
| 06 Mar 2018

Christophe Béranger est un danseur que l’on connaît bien puisqu’il fut interprète, chorégraphe et assistant artistique au Ballet de Lorraine de 1992 à 2005. Jonathan Pranlas-Descours a un tout autre parcours. Il se forme sur le tard à la danse, à P.A.R.T.S., l’école d’Anne Teresa De Keersmaeker à Bruxelles. Les deux ont fondé leur compagnie Sine Qua Non Art en 2012 et ils viennent de signer au KLAP, maison pour la danse de Marseille [1], un duo de soli ou un solo à deux qui a également égayé les Hivernales d’Avignon, un festival de choix qui fêtait sa quarantième édition.

Versus est un spectacle tout à la fois sur la discordance et la concordance. Deux artistes musiciens sont par exemple invités à faire coexister leurs univers très différents. Le premier, en partie sur scène, Édouard Hazebrouck, ténor, nous fait pénétrer dans le baroque. Le second, Damien Skoracki nous projette dans l’électro. Les deux danseurs jouent aussi sur ce fil de la concordante discordance. Ils ne se touchent pas, ne livrent pas de pas de deux et pourtant, malgré leur démarche solitaire, ils sont en parfait accord, réunis par notre regard.

La colonne vertébrale de cette pièce est une œuvre du plasticien Étienne Rey. Sorte de mur en constant déplacement, la réalisation plastique peut tout autant trancher l’espace ou tout à l’inverse l’illuminer. Mur de séparation ou écran de projections colorées, la pièce bouge avec les danseurs. Que l’on voit ou bien qui disparaissent. Les personnages construits sur la gestuelle de chacun des deux interprètes sont tout d’abord insaisissables, mystérieux, reines de nuit, des robots, des anonymes cagoulés, des Vénus à la fourrure. Par un subtil travail de diffraction de la lumière, ils sont un ou bien démultipliés, deux ou trois. On aime cet univers interlope où les apparences sont louches. Dommage qu’à la fin du spectacle, les deux danseurs retrouvent, alors que la musique enfle, une place plus conventionnelle. Ils redeviennent les très bons danseurs que l’on connaît.

Il n’en demeure pas moins que ce solo à deux, pour ne pas dire à plusieurs puisque le plasticien et les musiciens en sont aussi les acteurs, nous laisse une impression pour le moins lumineuse.

Marie-Christine Vernay
Danse

[1] D’autres spectacles sont à découvrir au KLAP de Marseille, dirigé par Michel Kelemenis lors du festival « + de genres » du 17 mars au 19 avril.

Prochaines représentations de Versus les 22 et 23 mars au CCN de La Rochelle

0 commentaires

Dans la même catégorie

La danseuse inconnue

À partir d’une image acquise dans une vente en enchères, un voyage dans le temps à la poursuite de Marina Semenova, icône de la danse classique au temps de l’Union soviétique.

La Pavlova

Elle fut la première véritable diva du ballet. La star des tsars. Mondialement connue elle contribua à faire passer la danse de l’artisanat à l’industrie du rêve. Un livre, signé Martine Planells, retrace la vie d’Anna Pavlova, danseuse et chorégraphe de légende.

Bailographies à Mont-de Marsan

La 31e édition du festival Arte Flamenco de Mont-de-Marsan s’est tenue du 2 au 6 juillet. Programmation de qualité, mélange générationnel, la manifestation ne s’essouffle pas. En prime, une très belle expo photo signé Michel Dieuzaide.

Maguy Marin ou l’urgence

Œuvre d’amour, d’admiration, Maguy Marin : l’urgence d’agir, le film de David Mambouch sur sa mère chorégraphe n’a rien de convenu. Le réalisateur travaille l’épaisseur et la densité du vécu, sait laisser parler, prend lui-même la parole. Et l’on sent qu’il y a, de son côté, une exploration des origines, que le ballet May B, conçu par Maguy Marin alors qu’elle était enceinte de lui, est pour lui un second ventre maternel. 

Christian Rizzo en terre de lumière

Dans Une maison, sa nouvelle création, Christian Rizzo convie quatorze danseurs emportés dans un flux continu de mouvements ponctués par de nombreuses entrées et sorties. On est tantôt sous un chapiteau avec des personnages qui portent des chapeaux pointus, turlututu !, dans une boîte de nuit pour un slow, dans une mascarade basque, dans un carnaval masqué où les mains se saisissent pour une ronde et autres farandoles. Le spectacle, créé après résidence à Bonlieu, Scène nationale d’Annecy, part pour une tournée internationale avant qu’on ne le retrouve en France avec de nombreuses dates l’an prochain et en ouverture du prochain festival Montpellier Danse en juin. (Lire l’article)