La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

| 16 Fév 2020

Insultologie Appliquée. La Terre se réchauffe, les esprits s’échauffent, les chefs d’État s’injurient : l’insulte est l’avenir d’un monde en décomposition. Chaque semaine, la preuve par l’exemple.

Les températures battent record sur record, un nouveau virus menace la planète, le populisme trumpien prospère, l’Europe part en morceaux, mais depuis quelques jours tout le monde s’en branle : il n’y en a plus que pour l’affaire Griveaux. Cet incident a certes des conséquences politiques non négligeables à l’échelle parisienne et sans doute nationale, mais l’effet de sidération qu’il produit tient d’abord au séisme provoqué dans l’inconscient collectif. La branlette comme carburant de l’actualité, ça, c’est vraiment de l’inédit.

Fred Savage Flood GIF by What Just Happened??!

Ainsi est-on passé directement des abus sexuels sur les jeunes patineuses aux pignolades d’un ancien ministre. Commentaire du nauséabond Marcel Campion, candidat à Paris : « Je ne veux pas faire de vilain jeu de mot, mais ça fait un branleur en moins ». Résumé lapidaire de l’incident par Serge July sur le plateau de LCI : « Comment peut-on être ministre et se branler devant une caméra ? Griveaux est un con ! ». On le voit, les vannes sont ouvertes et il est à parier que rien ni personne ne parviendra plus à les refermer. Si les révolutions s’annoncent d’abord par des mots, alors on peut s’interroger avec inquiétude sur la nature de celle qui poind.

Simpson & ApocalypseDe quoi branleur est-il le nom ? On se souvient de l’adresse twittée de Hugh Grant à Boris Johnson au plus fort de la crise du Brexit : « Va te faire foutre, espèce de canard de bain incompétent. Toi et ta petite bande de branleurs, vous révoltez la Grande-Bretagne. » Naguère, branleur était synonyme de flemmard ; aujourd’hui, il évoque vaguement l’Apocalypse. Ouvrons le Nouveau Testament : « Après ces choses, je vis un autre ange descendant du ciel, ayant un grand pouvoir ; et la terre fut illuminée de sa gloire. Et il cria d’une voix forte, en disant : Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande ! (…) Car toutes les nations ont bu du vin de la fureur de sa fornication, et les rois de la terre ont commis la fornication avec elle, et les marchands de la terre se sont enrichis par la puissance de son luxe. »

Apocalypse Doomsday GIF by Unbreakable Kimmy Schmidt

Conclusion : il est possible que le sexe en érection de Benjamin Griveaux soit un nouveau totem, celui autour duquel vont naturellement s’agglutiner les collapsologues, les révoltés et les prophètes de l’Apocalypse. Le « nouveau monde » est décidément plus surprenant que celui que l’on nous annonçait.

De toute évidence, il s’annonce comme un champ de ruines.

Édouard Launet
Insultologie appliquée

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

Insulter l’avenir

Fini le petit confort et le grand inconfort du confinement. Retour au monde d’avant, en pire bien entendu. Une sidération durable s’annonce : celle qui va frapper quand nous aurons le nez dans la facture économique et sociale.

Un sacré bordel

Rien ne va plus entre le Président et son Premier ministre. Les nerfs sont à vifs, les enjeux énormes, les responsabilités écrasantes. À preuve, ce violent échange qui a eu lieu la semaine dernière dans le Jardin d’hiver de l’Élysée.

Espèce de pangolin ! 

Il y a au moins un événement culturel dont la pandémie n’a pas eu la peau : la Journée Mondiale du Pangolin. Elle se tient chaque année le troisième samedi de février. En 2020, sa neuvième édition est tout juste passée entre les gouttes.

Godwin, nom de Dieu !

Le chemin qui va du coronavirus à la Shoah est étroit, tortueux et improbable. Pourtant, la pandémie a vite atteint le point Godwin, ce moment où, dans tout débat, les adversaires finissent par s’injurier en se jetant à la figure des allusions à l’Allemagne nazie.

Offense du chef de l’État

La visite d’Emmanuel Macron chez le professeur Didier Raoult, jeudi dernier à Marseille, s’est extrêmement mal passée. Un témoin a saisi ce bref échange entre les deux hommes à l’arrivée du convoi présidentiel. Le chef de l’État semblait passablement énervé.