Chroniques du mobilhome

par Juliette Keating

Elle, Lui, leurs enfants. Notre rencontre était improbable, notre amitié plus encore. La ville nous a mis face à face : ses rues que je parcours tous les jours pour me rendre au travail, ses rues où, sans abri, sans rien, ils ont vécu trop longtemps. La vie nous a liés. En trois ans et demi, nous avons appris à nous connaître. Nous sommes devenus des proches. Elle, surtout, femme étrangère, femme rom, amie et sœur ou bien fille : elle m’appelle en riant « ma mère de France », puisque j’en ai l’âge. Ces Chroniques du mobilhome, sont des extraits d’un journal écrit à l’automne 2019. Journal irrégulier d’une amitié singulière, notations éparses et récits d’un quotidien, à part.

Photo © Gilles Walusinski

Chroniques du mobilhome © Gilles Walusinski

Chroniques du mobilhome (1)

Chroniques du mobilhome (1)

14 mars 2020
Je les ai rencontrés, Elle, Lui, La Grande et Le Petit, fin juillet 2016. Avec douze autres familles roms qui habitaient depuis six ans un bâtiment industriel désaffecté, ils venaient d’être expulsés et se retrouvaient brutalement à la rue.
Chroniques du mobilhome (2) © Gilles Walusinski

Chroniques du mobilhome (2)

25 mars 2020
J’écris en grappillant du raisin rapporté des vendanges, et dont Elle m’a donné quelques grappes. Grains blonds, petits, serrés, très juteux, très sucrés, collants et fragiles : déjà certains sont tachés et virent à l’ocre. Ils ont poussé sur les vignes de l’est de la France.
Chroniques du mobilhome © Gilles Walusinski

Chroniques du mobilhome (3)

5 avril 2020
Nous projetons sur les Roms les images positives ou négatives qui nous conviennent. Les Roms invisibles, qui vivent dans la population selon le mode de vie commun, nous n’en parlons pas ; sortis du folklore et de la marginalité, ils ne sont plus intéressants.
Chroniques du mobilhome © Gilles Walusinski

Chroniques du mobilhome (4)

12 avril 2020
Septembre 2019. Dans un mois, on fêtera l’anniversaire de leur installation dans le mobilhome. C’est une expression, on ne fêtera rien. Sortir de la rue : depuis quand utilisons-nous comme une évidence cet oxymore énonçant en creux le scandale qu'est la vie sans abri ?
Chroniques du mobilhome © Gilles Walusinski

Chroniques du mobilhome (5)

19 avril 2020
Aux abords des écoles, les enfants affluent. Ta mère salue joyeusement ses connaissances. Des femmes dont certaines portent le hidjab, un boubou, des hommes parlant diverses langues, des grands-parents au pas tranquille, des parents très pressés...