La nudité selon Ren Hang, Luigi Ghirri et le sens de la ligne

#guide

 

La nudité selon Ren Hang

Ren Hang, Untitled © Courtesy of Estate of Ren Hang and OstLicht GalleryLa Maison européenne de la photographie expose en ce moment un jeune artiste chinois disparu en 2016, à l’âge de 29 ans. Il laisse derrière lui des centaines de clichés dont le thème principal est la nudité. Plus précisément, Ren Hang montre des corps enchevêtrés qui évoquent parfois certains dessins de Hans Bellmer. C’est là où cet artiste est le plus surprenant, flirtant avec l’absurde ou le surréalisme. D’autres photos où les corps se mêlent non les uns aux autres mais à la nature ou à l’animal sont peut-être moins convaincantes. Dans tous les cas, ce jeune artiste dérangeait le PCC et on comprend bien pourquoi : la Chine qu’il montre est loin des images de la propagande officielle. Un étage au-dessus, le curieux pourra aller jeter un coup d’œil à l’exposition d’une autre photographe, Coco Capitá, née en Espagne et installée à Londres. Sa cote, nous dit-on, ne cesse de monter. Il n’est cependant pas certain qu’il faille la suivre si haut ! Chacun jugera. 

Ren Hang, exposition à la Maison européenne de la photographie, 5/7 rue de Fourcy, 75004 Paris, du 6 au 26 mars


Luigi Ghirri et le sens de la ligne

LuigiGhirri_Salzburg1977

Le Jeu de Paume montre actuellement une superbe rétrospective consacrée au photographe italien Luigi Ghirri (1943–1992). Originaire d’Emilie-Romagne, Ghirri s’intéresse particulièrement aux traces que laissent les hommes dans le paysage. Ici pas de nature magnifiée mais un décor fabriqué par la culture, une culture d’ailleurs populaire comme cette foire de Modène que Ghirri photographie de façon décalée. Puis çà et là apparaissent des silhouettes, des êtres esseulés et pris dans espace construit au cordeau. Méconnu du public français, Luigi Ghirri est un grand artiste qu’il faut découvrir. 

Luigi Ghirri, cartes et territoires, exposition au Jeu de Paume, Concorde, Paris. Jusqu’au 2 juin.

Gilles Pétel
Guide