Serge Maggiani repousse le temps

#guide

 

Serge Maggiani dans je poussais donc le temps ©Laurencine Lot-Théâtre de la VillePrès de vingt ans plus tard, le temps a sculpté le visage sans entamer l’élégance de la haute silhouette au manteau noir. En 2001, à Nancy, puis à Avignon et en tournée, Serge Maggiani disait des extraits de À la recherche du temps perdu et son spectacle, mis en scène par Charles Tordjman, valait moins par l’originalité des passages retenus – un florilège des pages les plus célèbres des trois premiers tomes de la Recherche – que par la sobriété de leur interprète, capable de tout faire vibrer sans emphase. Allure princière, voix aux accents populaires, Serge Maggiani est à l’aise dans les salons et en cuisine, comme s’il était à la fois Swann et Françoise. Je poussais donc le temps avec l’épaule : le titre du spectacle est emprunté à Saint-Simon. La version 2019 n’est pas une re-création à l’identique de celle de 2001, mais son prolongement, une célébration du temps retrouvé.

René Solis
Guide

Je poussais donc le temps avec l’épaule, d’après Marcel Proust, mise en scène de Charles Tordjman, avec Serge Maggiani, Théâtre de la Ville (Espace Pierre Cardin), Paris, jusqu’au 25 juin ; Espace Bernard-Marie Koltès, Metz, les 28 et 29 juin; festival des Jeux du théâtre de  Sarlat, le 22 juillet.