L’oryctérope

Faits divers, carnets mondains, nécrologies, publicités, potins et autres bruits du monde…
Il n’est pas rare de rencontrer au cours de nos déplacements quelqu’un avec un rat sur l’épaule ou un furet en laisse. On connaît le succès de certaines espèces plus rares : fennecs, phalangers volants, mouffettes et même wombats. D’aucuns ont été jusqu’à tenter d’apprivoiser des sponks ! Le résultat a été catastrophique, comme il fallait s’y attendre. Les associations de défense des animaux s’en sont d’ailleurs alarmés, de nombreux spécimens de ce curieux rongeur ayant été abandonnés cet été sur les aires d’autoroutes. Nous livrons cette semaine le témoignage du propriétaire* d’un animal de compagnie plus insolite encore : l’oryctérope. 

L'oryctérope, nouvel animal de compagnie

* M.Aldebert (le prénom a été changé) n’est pas inconnu, puisqu’il se trouve être le découvreur de la malle de Christophe Mayeut, qui avait fait couler bien de l’encre dans ces colonnes.  

 

Choses revues