La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Le virus des objets
| 09 Juin 2019

#guide

 

Au début, elle écrit : « Pourquoi les belles choses coûtent-elles cher et pas les moches ?… Ces trente dernières années, j’ai observé avec inquiétude la disparition progressive de la beauté. Je crois que la beauté a quelque chose à voir avec la liberté. »

Au début, lui écrit : « Il y a cinquante ans, on avait vingt ans et nous ne parlions pas de design, encore moins de designers, et pourtant l’on accueillait joyeusement les objets qui semblaient nous offrir un décor neuf pour une vie nouvelle. »

Elle, c’est Martine Bedin, née en 1957 à Bordeaux, designer, architecte et enseignante, qui a participé activement au mouvement Memphis, mené à Milan par Ettore Sottsass en 1981. Lui, c’est Claude Eveno, né en 1945, cinéaste, urbaniste, écrivain, enseignant et promeneur. Ils se sont rencontrés en 2000, ont beaucoup correspondu. Ils ont décidé d’œuvrer ensemble à un livre à quatre yeux, à deux cœurs. Au fil de leur amitié, à travers textes et lettres, ils retracent leurs souvenirs respectifs, leurs initiations croisées, leurs constats actuels. Se répondent leurs relations aux lieux, à l’espace, aux voyages, aux maisons, à l’art, à l’architecture, à la photographie… Au design finalement, dans Objets, nos amis. Une conversation, un livre où ils dressent un état du monde des choses subjectif, joyeux et désenchanté.

Martine Bedin et Claude Eveno, Objets, nos amis. Une conversation, éditions éoliennesIl y a des histoires d’enfances, des réminiscences de pinces à linge et de copeaux d’acier, de vases « qui faisaient penser au cinéma de Visconti » ou qui deviennent un bouquet. Pour lui, l’espoir (perdu) que « les choses pouvaient se mêler aux idées » avec le Bauhaus, finalement « devenu le design pour tous, produit par Ikea ». Pour elle, il y eut la bande de Memphis, une histoire « d’objets qui, tels des virus, s’infiltraient dans les intérieurs bourgeois bien assortis, pour en rendre malade l’ordre domestique ».

L’échange se prolonge, entre Bordeaux et Florence, entre l’Andalousie et Tel Aviv, autour d’une Casazul, de citrons, d’un observatoire des objets, de l’enseignement, de la transmission. Lui finit par dire : « Il y a eu trop de choses, le défilé sans fin des choses me donne la nausée. » Dans une « mélancolie détendue », en quête d’un effacement apaisé. Funèbre peut-être ?

Elle constate : « Chaque projet nous fait prendre conscience de la disparition d’un morceau de ville avec l’impossibilité de lui substituer du meilleur. » Mais elle aura le dernier mot : « Les choses sont en ordre maintenant, je peux reprendre mes crayons, et poursuivre mon chemin. » Lueur vacillante ?

Anne-Marie Fèvre
Guide

Objets, nos amis. Une conversation, Martine Bedin et Claude Eveno, éditions éoliennes, 17 €.

 

0 commentaires

Dans la même catégorie

Bordeaux… ô verre, suspends ton vol !

À la Cité du vin de Bordeaux, bâtiment élevé à la gloire des vins du monde entier, l’exposition « Renversant » est une présentation de verres contemporains, bouteilles, carafes… au carrefour du design et de l’art. La designer Matali Crasset y a été invitée pour créer un nouvel objet pour la dégustation, Vino sospeso (Vin suspendu). Elle démontre là, une fois de plus, sa manière de regarder nos usages familiers avec un autre œil et d’autres doigts. (Lire l’article)

Les frères Bouroullec, de la fontaine à la source

Le 21 mars, jour du printemps, l’eau des six fontaines taries du Rond-Point des Champs-Élysées – elles avaient été piétinées lors de la Coupe du monde de foot 98 – va jaillir à nouveau, quinze mètre au-dessus du sol. Elle s’écoulera du haut de six mâts, dans du cristal, vers les six bassins conservés, datant du XIXe siècle. Ces pièces exceptionnelles ont été redessinées, complètement réinventées par Ronan et Erwan Bouroullec, dans l’esprit de celles conçues par le verrier Lalique en 1930. Leurs mâts des Champs, projet précieux, fragile et onéreux, feront sans doute l’objet de critiques, au temps des gilets jaunes sur rond-point. En attendant, les deux frères font un pas de côté. Et exposent leur dessins personnels et respectifs, chez kreo, leur dixième monographie en cette galerie parisienne. (Lire l’article)

 

Cache toi, objet !

Regarder Mai 68 du côté du mode de vie, de l’architecture intérieure, du design (même si ce mot n’est pas encore utilisé en France à l’époque), n’est pas anecdotique. “On veut changer toute la vie !” Le designer italien Ettorre Sottsass est tout à fait dans le coup quand il affirme : “Faire du design, ce n’est pas donner forme à un produit plus ou moins stupide pour une industrie plus ou moins luxueuse. Pour moi le design est une façon de débattre de la vie.” Le design, né et systématisé avec la révolution industrielle du XIXe siècle, a été immédiatement placé en responsabilité politique et sociale. Pas étonnant qu’il ait été prêt à faire les barricades. (Lire l’article)

Martin Szekely, la constance de l’essentiel

Le designer français expose “Construction” au Musée des arts décoratifs et de design de Bordeaux, dans les salles de l’ancienne prison. Il a trouvé là le lieu idoine pour faire dialoguer quelque 40 pièces limpides et les pierres brutes des murs. Un éloge de la simplicité des meubles, née d’une complexité technologique équilibriste et invisible, menée avec artisans et petites entreprises. Le minimum face aux excès, le silence loin du vacarme. (Lire l’article)