Sexualité à pâte molle

“Agressée sexuellement alors qu’elle choisissait un camembert au supermarché.”

La jeune femme était au rayon fromages d’une grande surface de Cagnes-sur-Mer, tâtant mollement un camembert pour en estimer la bonne date de consommation lorsque, s’approchant par derrière, “un homme s’est permis un geste déplacé avec son index qu’il a placé dans le fessier de sa victime” a relaté Var Matin, le quotidien reprenant probablement ici les termes du rapport de police. Si la nature exacte du geste reste floue, la qualification d’agression sexuelle peut assurément être retenue. “J’ai mal interprété un sourire”, s’est défendu l’homme à la barre du tribunal de Grasse. Il n’en a pas moins été condamné à un mois de prison avec sursis et 2.000 euros d’amende, ainsi qu’à l’inscription de son nom au fichier des délinquants sexuels.

“Quand tu fais la tarte aux pommes, poupée, tu es divine
Rien n’est plus beau que les mains d’une femme dans la farine
Allez roule-moi, roule-moi la pâte, ça me plaît, ça m’émeut
Quand je vois voltiger les mains blanches de mon cordon bleu.”

Le sexologue et chanteur Claude Nougaro a naguère bien décrit le lien subtil qui court entre sexualité masculine et mains qui pétrissent, ou tâtent. Concernant le fromage, objet transitionnel s’il en est, la verve métaphorique du poète demandait toutefois à être scientifiquement complétée. C’est le sociologue Pierre Boisard qui s’y est collé avec son ouvrage Le camembert, mythe français. On y lit ceci : “Le camembert, matière vivante issue d’un organisme animal, nous ramène sans cesse au corps et au plaisir des sens, à la jouissance sexuelle et à ses interdits.” Quand je vois tes mains blanches voltiger sur le claquos, poupée, ça me fait des choses, serait la traduction nougarienne de cette sociologie à pâte molle et à croûte fleurie.

Allons plus loin dans l’analyse, car le chemin qui va du camembert au doigt dans la culotte est loin d’être rectiligne. Pierre Boisard poursuit : “Le camembert, plus que tout autre fromage, semble animé d’une vie propre et difficilement contrôlable. L’écoulement ultime, à l’issue de la maturation, évoque d’autres écoulements, féminins ou masculins, menstrues ou sperme, selon les goûts ou les fantasmes. Certains, allez savoir pourquoi, prennent un grand plaisir à prélever sur un camembert trop fait la pâte qui s’écoule par la béance obscène pratiquée par le couteau.”

De tout ceci, on inférera sans trop de difficultés que le doigt du client indélicat, empruntant des voies périlleuses, a été le vecteur saillant d’une relation trouble entre corps et fromage. Ah, la folle sensualité des rayons Frais ! Ne serait-on pas bien avisé de les fermer, ou tout au moins de proscrire la vente de camemberts dans les grandes surfaces ? Idéalement, il faudrait restreindre l’offre aux produits à pâte compacte et à croûte dure de ces jansénistes de Néerlandais chez lesquels la concupiscence trouve rarement à s’exprimer via les spécialités fromagères. Plus largement encore, il faudrait s’intéresser aux agissements des clients autour des rayons charcuterie car, tout de même, ces étalages de rillettes, de couenne et de queues de boeuf semblent de nature à émouvoir les consommateurs les plus endurcis. Surtout ceux-là peut-être.

Édouard Launet

Sciences du fait divers

Imprimer Imprimer