La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

J7 / J8 – Manifeste de critique sportive
| 30 Sep 2015

“Footbologies” : les mythes et les représentations propres à un championnat de football analysés journée après journée de Ligue 1.

L’époque est au retour à la morale. Miracle du populisme, nos hommes politiques font pénitence, se flagellent en public et portent le cilice en soirée, sur le frac. On veut faire l’ange après la bête, et pour faire bonne mesure, convertir autrui à sa récente vertu. Alors, on rétablit les cours de morale à l’école, on prêche à la tribune et l’on décrète ici ou là des devoirs d’exemplarité, dont les footballeurs sont les dernières victimes à la mode.

Les joueurs doivent être des modèles pour la jeunesse, proclament ministres des sports et dirigeants du football qui n’ignorent pas que les investissements des annonceurs et des diffuseurs en dépendent. Un sport plus propre pour plus de profit : voilà de quoi encourager à la vertu ! Et les commentateurs de sermonner en tribune de presse, la bouche pleine des valeurs du sport, de distribuer les mauvais points comme les arbitres français des cartons rouges, et de s’autoproclamer comité sportif de salut public.

Il en va de ces censeurs comme des critiques d’art qui crient à l’immoralité d’une œuvre. Pourquoi pas ? L’art est un champ en perpétuelle évolution. Les arts du spectacle y ont fait leur entrée. Les deux notions –art et spectacle– tendent à se recouvrir. On parle désormais d’arts du cirque, d’art de la tauromachie. Dans la société du spectacle, le football se donne à voir, il met beaucoup plus en jeu que le simple résultat. Représentation, il prône l’attractivité, le spectaculaire, le beau. Pourquoi alors ne pas parler d’art ?

Or, si le match fait œuvre, s’applique le précepte d’Oscar Wilde dans la préface au Portrait de Dorian Gray : “il n’y a pas de livre moral ou immoral. Un livre est bien ou mal écrit. Un point, c’est tout.” Non pas que la fin justifie les moyens (comme dit le philosophe : “il n’y a que les trois points qui comptent”), c’est au contraire la valeur esthétique du football qu’il s’agit de proclamer : un match est bien ou mal joué, un point c’est tout.

Un championnat, c’est une saga, avec ses personnages et sa dramaturgie. Chaque journée est un roman, chaque match un chapitre et chaque joueur, un mot, une expression ou une phrase. Qu’importe que le mot soit vulgaire si l’œuvre l’exige ? Des poèmes sublimes furent composés avec des mots orduriers, et d’autres décrivent une charogne. Ni le sujet ni le registre de langage ne font la valeur d’une œuvre littéraire. C’est le tout, pas la partie qu’il faut valoriser. “Révéler l’Art en cachant l’artiste, tel est le but de l’Art”, écrit Wilde : révéler le match en cachant le joueur, tel est le but du football.

Art éphémère jadis, happening, performance pour quelques privilégiés des tribunes ; œuvre pérenne désormais, qu’on revoit comme on réécoute un opéra, comme on relit un roman. Qui ne s’est jamais repassé la finale de la Coupe du monde 1998 ? Le résultat connu, reste l’émotion, et la beauté des gestes.

Le football a sa grammaire d’enchaînements de jeu, de déplacements sur le terrain, d’automatismes. Il a sa syntaxe de passes, ses paragraphes tactiques, et sa ponctuation : un arrêt de jeu comme un retour à la ligne, un dribble comme une virgule, une reprise de volée en forme de point d’exclamation. Les roulettes, les ailes de pigeons et les coups du sombrero, voilà les figures de style d’une rhétorique qui s’écrit avec les pieds. Le slalom d’Hatem Ben Arfa contre Saint-Etienne ? Une somptueuse période à la cadence variée : une protase cyclique, faite d’un tour sur lui-même ; une acmé de dribbles après la gradation du rythme tout en touché ; et l’apodose d’un tir croisé, à la prosodie un peu bancale, la faute à un contre favorable sur le pied de Florentin Pogba.

“Tout art est à la fois surface et symbole”, dit Wilde. Ce n’est pas en censeur qu’il faut aborder le football, mais en esthète, en critique d’art, et en analyser sans a priori la forme pour mieux en comprendre le fond, le symbole.

Sébastien Rutés
Footbologies

[print_link]

0 commentaires

Dans la même catégorie

J38 – Ecce homo

En cette dernière journée de la saison, une question demeure : pourquoi une telle popularité du football ? Parce que le supporteur s’y reconnaît mieux que dans n’importe quel autre sport. Assurément, le football est le sport le plus humain. Trop humain. Le football est un miroir où le supporteur contemple son propre portrait. Le spectateur se regarde lui-même. Pas comme Méduse qui se pétrifie elle-même à la vue de son reflet dans le bouclier que lui tend Persée. Au contraire, c’est Narcisse tombé amoureux de son propre visage à la surface de l’eau. (Lire l’article)

J35 – Le bien et le mal

Ses détracteurs comparent souvent le football à une religion. Le terme est péjoratif pour les athées, les croyants moquent une telle prétention, et pourtant certains supporteurs revendiquent la métaphore. Le ballon leur est une divinité aux rebonds impénétrables et le stade une cathédrale où ils communient en reprenant en chœur des alléluias profanes. Selon une enquête réalisée en 2104 aux États-Unis, les amateurs de sport sont plus croyants que le reste de la population. Les liens entre sport et religion sont nombreux : superstition, déification des sportifs, sens du sacré, communautarisme, pratique de la foi… Mais surtout, football et religion ont en commun de dépeindre un monde manichéen. (Lire l’article)

J34 – L’opium du peuple

Devant son écran, le supporteur hésite. Soirée électorale ou Lyon-Monaco ? Voire, le clásico Madrid-Barcelone ? Il se sent coupable, la voix de la raison martèle ses arguments. À la différence des précédents, le scrutin est serré, quatre candidats pourraient passer au second tour. D’accord, mais après quatre saisons dominées par le Paris Saint-Germain, la Ligue 1 offre enfin un peu de suspense… Dilemme. Alors, le supporteur décide de zapper d’une chaîne à l’autre, un peu honteux. Le football est l’opium du peuple, et il se sait dépendant… (Lire l’article)

J33 – Coup de comm’

Candidat à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron a récemment déclaré sa flamme à l’Olympique de Marseille. Dans un football français polarisé par la rivalité Paris-Marseille révélatrice de vieux enjeux socio-culturels, voilà une prise de position étonnamment tranchée pour celui que ses adversaires accusent d’être « d’accord avec tout le monde ». Dans des campagnes électorales où tout est précisément calculé par les conseillers en communication, le supporteur voudrait que le choix du club fût celui du cœur. Il n’en est rien, les clubs ont une image qu’il est plus ou moins recommandable d’associer à celle d’un candidat. Alors, pourquoi ce choix en apparence clivant pour le candidat du consensus ? (Lire l’article)

J32 – Les fils de Samson

Contre Lille, Mario Balotelli a inscrit un doublé. L’efficacité retrouvée de la plus célèbre crête de Ligue 1 offre l’opportunité de s’interroger sur les rapports complexes des footballeurs à leur coiffure. À première vue, la coupe de cheveux participe de la mise en valeur du corps, au même titre que le tatouage. Le corps est un instrument de travail dont on prend soin. Son efficacité suscite une fierté qui mérite d’être rendue publique. On se souvient du même Balotelli, torse nu, immobile, tous muscles bandés après son chef-d’œuvre contre l’Allemagne à l’Euro 2012 : le rapport amoureux de l’artisan à ses outils. (Lire l’article)