La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

S’il vous manque une case…
par  

Vous pensez que la bande dessinée est un divertissement qui n’est plus de votre âge ? Qu’elle marque le triomphe d’une sous-culture de masse aliénante ? Que le phrasé de ses phylactères atteste la déchéance de la langue française, creusant le fossé entre un peuple Schtroumpfs et des élites certes imparfaites, mais du subjonctif ?

Alors, assurément, il vous manque une case ! Point de panique cependant, notre cabinet de curiosités accueillera progressivement ce qui vous fait défaut : classiques incontournables, perles méconnues, succès d’estime ou commerciaux, collectés au gré de nos humeurs et de notre errance au sein du « neuvième art ».

People are strange

People are strange

Avec la réédition de l’ouvrage Des gens bizarres, les éditions Cornélius proposent un véritable livre d’art, servi par une édition très soignée, qui nous plonge dans l’univers expressionniste et très particulier de Nicolas de Crécy. Ses personnages sont autant de fenêtres ouvertes vers les différentes autres productions de l’auteur, et une manière originale d’entrer dans son œuvre. (Lire l’article)

“On n’est pas couché” dehors…

“On n’est pas couché” dehors…

Prie-Dieu, La Mergez et Amédée, sont des clochards établis sur les quais de Seine, jusqu’au jour où ce dernier apprend qu’il est l’héritier de sa tante Adélaïde, qui lui lègue son pavillon en banlieue. Mais il ne pourra occuper ce domicile fixe que s’il prend en charge son neveu Nicolas, un jeune trisomique fasciné par Gagarine et les étoiles. Les fugues de Nicolas ou les frasques des amis plus ou moins honnêtes des SDF seront les moteurs d’une odyssée citadine où s’accumulent les rencontres de personnages hauts en couleur, sans jamais tomber ni dans le pathos larmoyant ni dans la glorification idéalisée de la marginalité. (Lire l’article)

Lapi-not dead at all

Lapi-not dead at all

Après avoir été laissé pour mort dans le dernier album de la série des “Formidables aventures de Lapinot”, le héros éponyme de Lewis Trondheim est à présent ressuscité, pour le plus grand bonheur de ses fans. Ce n’est pas seulement le célèbre lapin que nous avons le plaisir de retrouver mais aussi ses amis, l’immature Richard, Titi ou Pierrot, dans une histoire où le fantastique se mêle à une lecture de notre société contemporaine et de ses dérives, qu’il s’agisse du terrorisme ou des sites de rencontre pour célibataires. C’est surtout l’occasion de découvrir, pour ceux qui ne le connaîtraient pas déjà, un des plus grand auteurs de la BD française contemporaine. (Lire l’article)

Les animaux politiques

Les animaux politiques

Les réflexions politiques utilisent souvent les figures animalières, qu’il s’agisse de fables ou de récits utopiques, afin de porter un regard différent sur les sociétés humaines. Parce qu’il reste naturel, l’animal peut être considéré comme un modèle de l’homme dans son état originel, avant qu’il ne soit corrompu par les pratiques ou les passions sociales, ce qui en fait le symbole d’une nature non pervertie. Mettant souvent en scène des animaux, la BD cherche aussi par ce biais à mener une lecture critique de la politique, se plaçant ainsi au coeur d’une tradition qui remonte à l’Antiquité. (Lire l’article)

Les arts du possible (2)

Les arts du possible (2)

En constituant des mondes miroirs du nôtre, les BD présentent des univers virtuels qui, sous la forme de métaphores ou de dystopies, mettent en évidence les réalités de notre quotidien ainsi que ses dérives possibles. Elles proposent ainsi une lecture permettant de comprendre que la recherche du bien-être, ou les pratiques les plus consensuelles de nos systèmes sociaux, portent en elles des risques pouvant mettre en danger le fondement même de la vie politique : la liberté. (Lire l’article)

Les arts du possible (1)

Les arts du possible (1)

Bismarck (ou Gambetta) disait que “la politique est l’art du possible”, or une telle formule pourrait aussi s’appliquer à d’autres arts, comme la bande dessinée. Les deux cherchent à proposer des mondes possibles, c’est-à-dire des univers cohérents qui possèdent toutes les caractéristiques de l’existence. Si elles ne sont pas toujours probables, les réalités parallèles que met en place la BD constituent des extrapolations possibles, permettant de mettre en lumière certains des aspects les plus obscurs de notre monde. (Lire l’article)

Engagez-vous, rengagez-vous…

Engagez-vous, rengagez-vous…

La bande dessinée a souvent été engagée au cours de son histoire, soit en présentant des récits qui prenaient ouvertement parti dans les événements contemporains, soit en cherchant à apporter une lecture critique de son époque. Mais l’engagement est une notion plus large, chaque individu étant embarqué malgré lui dans l’aventure qu’il partage avec ses semblables. Les traces de l’engagement actif ou passif sont ainsi sensibles dans les grandes œuvres dessinées, tout auteur se trouvant, consciemment ou non, immergé dans une situation qui le dépasse et avec laquelle il doit composer. (Lire l’article)

Le ou la politique ?

Le ou la politique ?

Parce que la bande dessinée ne laisse pas de côté les réflexions politiques, il est nécessaire de consacrer, pendant l’été, un ensemble de chroniques à ces questions. Si les BD traitant de l’actualité politique ont eu tendance à se multiplier ces dernières années, il faut différencier celles qui ne traitent que de la politique de celles qui permettent de s’interroger de manière plus générale sur ce qui est véritablement en jeu dans le politique, qui s’écarte à plus d’un titre de la vie humaine normale. (Lire l’article)

Wesh wesh, bande de bolos

Wesh wesh, bande de bolos

Intéressé par la peinture de la vie des jeunes générations et la manière dont ils expriment leurs ressentis, Riad Sattouf propose avec Histoires de mes 11 ans le second volume de sa série Les Cahiers d’Esther. L’auteur y suit la fille d’un couple d’amis, qu’il nomme Esther pour préserver son anonymat, l’écoutant régulièrement faire le récit de sa vie, qu’elle soit scolaire ou familiale, ce qui donne l’occasion de découvrir une vision de l’existence au travers des yeux d’une petite fille, à présent en CM2. (Lire l’article)

Credo fide esse veram…

Credo fide esse veram…

Après avoir hérité de son oncle d’un stock de cierges, Manu, accompagné de sa copine Sam et de Jordan, le frère pénible de celle-ci, prennent le volant d’un van afin de les vendre et se faire de la « thune ». Au travers d’un road trip qui les conduit dans différents lieux de culte des provinces françaises, ils vont découvrir un autre monde, celui des religieux et des croyants, aux pratiques de vies très éloignées des leurs. Et ce périple sera aussi spirituel pour Manu : sous la conduite d’un étrange prêtre débonnaire, il va se remettre en question et découvrir la foi. (Lire l’article)

Une lecture ’pataphysique de Lucky Luke

Une lecture ’pataphysique de Lucky Luke

La bande dessinée peu être assimilée à une forme de ’pataphysique, discipline inventée par Alfred Jarry et définie comme “science des solutions imaginaires”, nous invitant à adopter sur les choses un nouveau point de vue et casser nos attentes habituelles. C’est aussi ce que nous propose Bouzard dans Jolly Jumper ne répond plus, en nous faisant découvrir une interprétation hilarante et très personnelle du personnage de Lucky Luke, qui modifiera complètement la vision que vous aviez du Lonesome cowboy. (Lire l’article)

Kobane calling (to the underworld)…

Kobane calling (to the underworld)…

La situation moyen-orientale peut être envisagée à partir de bien des prismes, et c’est celui des combattants kurdes qu’a choisi le dessinateur italien Zerocalcare dans Kobane calling. Parti à la frontière de la Turquie, de l’Irak et du Kurdistan pour produire ce qu’il définit lui-même comme “un carnet de voyage, pas un traité de sociologie”, il s’inscrit dans la nébuleuse de ces témoignages en BD, qui peuvent prendre des formes extrêmement variées. Avec une différence majeure dans le cas de Zerocalcare : c’est un punk… (Lire l’article)

Henriquet ou la confusion des genres

Henriquet ou la confusion des genres

Oui, c’est clair, notre modernité rejoue le XVIe siècle, ce que nous confirme la lecture de Henriquet, l’homme-reine de Richard Guérineau. Après son remarqué Charly 9, d’après celui de Jean Teulé, l’auteur nous plonge dans une peinture d’Henri III qui, déclinée en trois parties, présente les grands moments de son règne, de son couronnement en 1575 à sa mort en 1589. Insistant parfois sur des aspects anecdotiques et ne reculant pas devant les outrances, ce récit ne manquera pas de faire tiquer l’historien sourcilleux qui chercherait là une stricte biographie. (Lire l’article)

À lire également

Les maquilleurs de mots

Les maquilleurs de mots

Escroc, maquilleur d’autos, contrebandier, cambrioleur : le traducteur ouvre ce qu’on croit hermétiquement fermé, il crochète les langues et les cultures, il met en circulation. Il n’aime pas plus l’idée d’une œuvre achevée que le braqueur un coffre-fort. Son butin, il le refourgue ailleurs. Il prend, il donne, il fait profiter.

Chants de Noël

Chants de Noël

Le toujours imprévisible Vladimir Poutine serait sur le point d’enregistrer des chants de Noël. Il serait accompagné par les Chœurs de l’Armée Rouge.

3 – «Based on a true story»

3 – «Based on a true story»

Nombre de séries de fiction sont basées sur des faits réels. Sont-elles pour autant plus faciles à concevoir? Oui et non.

(Ne pas) Voir la guerre en peinture avec Vassili Verechtchaguine (1842–1904)

(Ne pas) Voir la guerre en peinture avec Vassili Verechtchaguine (1842–1904)

Vétéran de l’armée des tsars, le peintre Vassili Verechtchaguine, né en 1842 à Tcherepovets dans le Nord de la Russie européenne, a participé pendant les années 1860 à la brutale et douloureuse conquête coloniale du Turkestan par la Russie. Il avait été invité à se joindre aux troupes impériales en tant que peintre officiel…

Érato

Érato

par un jeu de mots qu’elle savait qu’on trouverait facile et peut-être même de mauvais goût, indigne en somme d’une poétesse, mais qui exprimait selon elle parfaitement, c’est-à-dire dans une forme imagée, précise et économique comme un proverbe, un dicton, une épitaphe, la manière singulière dont elle s’abandonnait à l’inspiration, elle disait…

Un chien redondant

Un chien redondant

[Ex Machina #19] Si un concept vous gêne, vous n’avez qu’à vous en débarrasser. Supprimez donc le chien. Ou alors l’animal, si ça revient au même. D’ailleurs pour ce qui me concerne vous pourriez supprimer tous les chnops d’un coup, ça ferait des vacances aux autres concepts.